Introduction

Huawei se positionne désormais comme l’un des plus grands fabricants de smartphones au monde. Vous allez le voir, le Huawei Mate 10 Pro est un téléphone impressionnant sur le papier, mais encore plus en main.


Le Mate 10 Pro est à la fois attrayant et différent. Il arrive à se différencier de la masse, mais aussi de Samsung et d’Apple. Ce n’est pas le téléphone le plus original au monde, mais il est difficile de trouver des défauts à son design et ses finitions – c’est un appareil très bien conçu.

Le Mate 10 Pro s’est considérablement affiné

Les bordures se sont considérablement affinées, de tous les côtés. Il arbore un écran de 6 pouces dans un format compact, où l’on trouvait habituellement une dalle de 5,5 pouces. Il est donc relativement grand, mais sa prise en main est confortable, même à une main. Tandis qu’à l’arrière, le panneau d’aluminium qui couvre l’ensemble de l’appareil, dont la caméra, offre un toucher agréable et une forme incurvée. Vous remarquerez néanmoins qu’il imprime facilement les traces de doigts.


Huawei s’appuie sur sa large sélection de couleurs et de finitions pour se démarquer. Le modèle mocha que vous voyez sur la photo en est un exemple, avec une finition sobre, inhabituelle au dos. Notez, au passage, que Huawei a apporté une capacité attendue depuis longtemps pour les utilisateurs : la certification IP67, qui permet de plonger littéralement le smartphone dans l’eau. Il rejoint donc le club des smartphones résistants à l’eau, dont ceux de Samsung, LG ou encore Apple.


Là il diffère des anciennes éditions des séries Mate, c’est son écran : une dalle OLED de 6 pouces en définition 2160 par 1080 pixels (FHD+) et au format d’affichage 18:9 (à la mode). Il est également compatible HDR10, ce qui promet des couleurs intenses et des contrastes améliorées sur Netflix et Amazon.

Le duo 12 et 20 mégapixels, ouvert à f/1.6 sur les deux

Comme le P10, le Mate 9, mais aussi le P9, Huawei affiche son partenariat avec Leica. Cela prend, sur le Mate 10 Pro, la forme d’un duo de modules arrière de 12 et 20 mégapixels, respectivement en RGB et en monochrome. Ce duo peut être surprenant, étant donné que (théoriquement) le capteur noir et blanc est censé récupérer de la lumière pour le capteur couleur.

Chaque caméra est doté d’une optique stabilisée (ouverte f/1.6 sur les deux, vous avez bien lu) et le capteur noir et blanc peut fonctionner seul ou de concert avec son compère couleur. En pratique, nous avons pu prendre quelques photos : sur le Mate 9, nous trouvions que le bruit électronique était trop présent.

En plus d’une caméra et d’une optique améliorées, Huawei puise dans les compétences de son Kirin 970, en particulier de l’arrivée de la puce NPU (celle qui s’occupe de l’IA) et d’un nouvel ISP (censé accélérer la mise au point et le déclenchement). Huawei est parti du constat que peu d’utilisateurs utilisent le mode manuel de son smartphone, dont les paramètres et réglages nécessitent des compétences en photographie. L’entreprise chinoise a donc développé un « super mode automatique intelligent ». Ce n’est pas son nom, mais vous avez sûrement compris où je veux en venir.

Huawei aurait ainsi analysé 100 millions de photo pour proposer les meilleurs réglages en fonction du contexte, ce contexte est détecté par les différents capteurs de l’appareil, les données sont ensuite traitées par le Kirin 970. Pas besoin donc de proposer plus de 15 modes différents, dont un mode portrait comme Apple, sur l’application de l’appareil photo. Vous cadrez votre photographie, l’appareil détecte la scène et applique automatiquement les bons réglages.

En pratique, c’est assez bluffant : avec une jolie assiette au restaurant ou une photographie de portrait, le Mate 10 Pro arrivera à tirer le meilleur du cliché. De l’éclairage, le contraste, la balance des blancs, la colorimétrie… l’ensemble des réglages s’adaptent à l’environnement. Le résultat était vraiment intéressant, j’ai ainsi pu comparer quelques photographies avec un Huawei P10 Plus et un Samsung Galaxy S8. C’est flagrant sur une photographie de nourriture : l’éclairage est ajusté, les couleurs dominantes sont mises en avant. Le mode portrait, quant à lui, est activé automatiquement, on peut ainsi obtenir un bokeh plus marqué et ainsi détacher le sujet de son arrière-plan.

La photographie obtenue semble aussi bonne que ce que l’iPhone 8 Plus peut faire, mais il faudra réaliser un comparatif détaillé pour en être sûr.
Si Huawei confirme l’essai, ce Mate 10 Pro est potentiellement un des meilleurs photophones de l’année. D’ailleurs, c’est sûrement la meilleure manière de montrer les capacités de cette nouvelle puce NPU. La philosophie est séduisante.

Théoriquement puissant

Concernant les performances, nous savons depuis septembre que la série Mate 10 serait accompagnée de la puce maison Kirin 970, conçue par la filiale HiSilicon. Le Kirin 970 affiche donc un CPU octo-core : quatre ARM Cortex-A73 cadencés à 2,4 Ghz et quatre ARM Cortex-A3 cadencés à 1,8 GHz. Le GPU est un ARM Mali G72MP12 qui propose des performances graphiques environ 20 % plus élevées que le précédent SoC. 6 Go de mémoire RAM accompagnent le tout, ainsi qu’un nouvel ISP pour la photographie et une intrigante puce nommée NPU.
NPU (pour Neural Processing Unit) est une nouvelle puce du SoC, ce que Huawei nommé « IA Mobile ».

Plus concrètement, Huawei s’est attaché à améliorer ses performances de reconnaissances d’images mais aussi la reconnaissance vocale, les performances et l’autonomie. Le NPU vient en support du CPU et du GPU, sa conception différente est adaptée à certaines tâches précises. Pour le moment utilisé par les outils Huawei, lees développeurs auront la liberté d’appréhender cette solution en utilisant sa puissance dans leurs applications. Espérons que le groupe chinois encourage les éditeurs et développeurs à sauter le pas.

Théoriquement, le Mate 10 Pro affichera des performances au niveau du Qualcomm Snapdragon 835, et nous prenons peu de risque en attendant des performances au-dessus. Si c’est le cas, il sera le smartphone Android le plus puissant de 2017.

Une autonomie importante

L’autonomie est également (théoriquement) un point fort de ce Mate 10 Pro. Evidemment, difficile de se prononcer sans l’avoir réellement testé, néanmoins sur le papier c’est du solide. 4 000 mAh de capacité, ainsi que la charge rapide (30 min pour passer de 0 à 58 %, comme le Mate 9). Encore une fois, le NPU va entrer en action : la puce analyse votre comportement et votre usage du smartphone et ajuste la consommation d’énergie.

Votre smartphone est censé voir son autonomie augmenter au bout de 15 jours, c’est ce que m’a expliqué un des responsables Huawei qui teste le Mate 10 Pro depuis plusieurs semaines. Cela peut sembler assez fou, mais cela s’explique : en fonction des applications utilisées mais aussi de votre manière d’utiliser votre smartphone, l’appareil peut gérer les tâches en arrière plan sans perturber l’expérience utilisateur (vous ne voulez pas rater une notification, j’imagine).

Vous prendrez comme vous voulez ces chiffres, mais voici ce que Huawei communique :

  • 20 heure de vidéo
  • 30 heures d’appels 3G
  • 20 heures de navigation 4G

Huawei a voulu faire un sans faute : avec l’entreprise allemande TUVRheiland, ils assurent une sécurité de la batterie (avec un clin d’oeil bien ciblé).

EMUI Desktop, pour faire du Mate 10 Pro l’appareil tout-en-un universel

Le Mate 10 Pro adopte également une fonction du Galaxy S8, S8 Plus et Note 8 : nommé EMUI Desktop, il vous suffit de brancher votre smartphone en USB-C (vers HDMI) sur un écran (TV ou moniteur) pour basculer dans un mode PC. Vous accédez alors à une interface de type Windows 10 (macOS, ou n’importe quelle interface graphique GNU/Linux) avec quelques applications dédiées (un gestionnaire de fichiers par exemples), mais surtout la possibilité d’ouvrir des apps Android encapsulées. Evidemment, c’est un modèle très similaire à Samsung DeX. Pas besoin de station d’accueil, un simple adapteur USB-C permet de transformer n’importe quel écran en PC.

Faire du smartphone l’appareil tout-en-un universel, c’est l’arlésienne de ce début de siècle. Huawei propose une solution un peu plus fouillée que DeX, surtout que le smartphone reste accessible et utilisable normalement même quand il est branché en mode « Desktop ». Contrairement à d’autres solutions de transformation en ordinateur, EMUI Desktop ne repose pas sur un Linux parallèle. Il s’agit du même Android qu’en mode téléphone, dont l’interface a seulement été adaptée. Du côté des performances, le Mate 10 Pro ne devrait pas flancher dans ce mode, le Kirin 970 affiche de très bonnes performances.

Il faudra vérifier si ce mode tient au-delà d’une utilisation bureautique légère, ce qui est un soucis de Samsung DeX.

EMUI 8.0 et Android 8.0 Oreo

Bonne surprise, le Mate 10 Pro embarque par défaut la dernière version d’Android. Oreo sera donc accompagné d’une toute nouvelle version de l’interface maison de Huawei, EMUI 8.0. Cette dernière intègre quelques nouveautés, dont un mode Easy Talk (qui permet d’être moins entendu au téléphone dans un environnement extérieur bruyant), ou encore un nouveau mode navigation nommé Floating Dock : vous pourrez naviguer dans le smartphone en faisant apparaître un menu similaire à un pad tactile au milieu de l’écran. Plus concrètement, on place le doigt où l’on veut et le système émule un module de navigation.

EMUI est toujours aussi complet : la possibilité d’ouvrir deux apps en même temps et les innombrables fonctions, comme un système de thèmes sont toujours de la partie.

Prix et disponibilité

Mise à jour : le prix et la disponibilité viennent d’être publiés.

Le Huawei Mate 10 Pro n’a pas encore de prix de vente à l’heure où nous écrivons ces lignes. Il sera néanmoins disponible avant la fin de l’année.

À lire sur FrAndroid : Huawei Mate 10, 10 Pro et Porsche Design : les prix et disponibilités

Nos premières impressions

Sans surprise, le Mate 10 Pro est une copie quasi-parfaite : théoriquement, il devrait obtenir de bons résultats dans tous les domaines. Parmi les déceptions, on notera quand même l’absence de slot microSD, et la disparition du port casque. Il troque néanmoins l’IPS LCD contre une dalle OLED au format 18:9 et affiche une certification IP67. La puce NPU est intrigante, et pourrait même lui permettre de se différencier de la concurrence. Endurant, puissant, élégant, le Mate 10 Pro est en lice pour le podium des meilleurs smartphones de l’année.

Attendons tout de même le test complet, qui ne devrait pas trop tarder.