Les applications avec achats in-app ont le vent en poupe ces derniers mois, considérées par nombre de développeurs comme l’un des moyens de monétisation les plus rémunérateurs. Chez Samsung, l’Analyst Day qui vient de se tenir a été l’occasion de mettre l’accent sur ce type d’applications, via une hausse de la rémunération des développeurs.

Samsung Apps

Si Samsung est omniprésent du côté du hardware ou des interfaces à destination des appareils mobiles, le constructeur manque encore de corps lorsqu’il s’agit plus précisément de ses Samsung Apps, qui doivent faire face à un Play Store de Google approchant du million d’applications disponibles. Le Coréen en a parfaitement conscience, bien que ses aveux soient discrets, et préfère adopter une tactique visant les développeurs pour étoffer son portail de téléchargement. Alors que jusqu’à présent, les créateurs d’applications recevaient 70 % des revenus issus d’achats in-app dans leur titre, pour 30 % conservés par Samsung, la firme hausse leur rémunération à 80 % des revenus générés, et ce depuis le 1er novembre 2013 jusqu’au 30 avril 2014. Le tout dans le but de « stimuler l’intérêt de promouvoir le développement de l’écosystème Samsung Apps« . Il y a toutefois une subtilité à retenir : la hausse de rémunération prévue par Samsung concerne les achats réalisés dans des applications utilisant son service In-App Purchase 2.0.

Préinstallé dans les appareils Samsung, le portail d’Apps du Coréen entre en concurrence directe avec le Play Store de Google, mais ne dispose que de quelques dizaines de milliers d’applications disponibles pour les utilisateurs. Autant dire qu’il devient nécessaire d’encourager les développeurs à créer des applications dédiées au portail, et ce plus encore du fait que certains produits tels que la Galaxy Gear s’appuient uniquement sur ce store alternatif.