Introduction

La première fois que l’on a aperçu le Samsung Gear VR, c’était lors du salon de l’IFA à Berlin. Ulrich avait pu s’amuser un peu avec ce casque de réalité virtuelle du constructeur coréen, présenté en même temps que le Samsung Galaxy Note 4. Cela tombe bien, puisque celui-ci n’est compatible qu’avec ce smartphone, et ne semble du coup pas s’adresser au grand public. Jetons tout de même un œil à ce que propose ce casque prometteur.

Samsung Gear VR 14

Look et Confort

La première chose que l’on se dit lorsqu’on voit le Samsung Gear VR, c’est qu’il possède un look d’enfer. Et que si on possédait la combinaison du stormtrooper, on pourrait ne pas avoir l’air d’un imbécile avec une telle chose sur la face. Mais avec ses finitions blanches, il se démarque des autres casques du type et rend son look incontournable. D’autant que la qualité de fabrication semble être au rendez-vous. Lorsqu’on observe le Gear VR sous toutes les coutures, on est à aucun moment choqué par quoi que ce soit. La construction est bien pensée avec des éléments qui se scratchent ou s’emboitent comme il faut, et des éléments de confort non négligeables.

Samsung Gear VR 15Samsung Gear VR 13

On pense notamment aux coussinets installés derrière la lanière arrière et de celle qui se place sur le dessus de votre crâne. On sent tout de suite qu’on est dans la cour des grands et qu’on ne risque pas de se couper le nez avec le produit, comme avec le Cardboard de Google. Tout est protégé par des pellicules de plastique que vous aurez le plaisir de chercher pour les décoller. Le support de fixation pour le mobile est aussi bien fichu, avec un port micro-SD sur une base en plastique rigide, et l’autre extrémité qui permet de clipper le Galaxy Note 4 qui va avec. Car oui, seul ce smartphone peut être utilisé avec ce modèle. C’est assez réducteur.

Samsung Gear VR 11

La vitre de protection est également bien pensée, au cas où le smartphone se décrocherait, et se clipse hyper facilement au Gear VR. À l’intérieur, les lentilles sont préintégrées et à côté d’elles se trouve un capteur de présence qui permet d’allumer ou éteindre l’appareil quand vous vous en équipez ou le retirez. Une fois porté par contre, on ne constate rien de désagréable mais on aurait à la limite bien aimé un renfort supplémentaire au niveau du nez.

Samsung Gear VR 18 Samsung Gear VR 17

Un petit point sur les caractéristiques techniques du Gear VR, qui permet d’avoir un champ de vision initial de 96 degrés, bénéficie d’un accéléromètre, d’un gyroscope, d’un capteur géomagnétique, et d’un autre de proximité. Globalement, toutes les personnes de la rédaction qui ont eu l’occasion de porter le casque saluent son confort et sa tenue sur le crâne.

 

Praticité d’utilisation

Côté utilisation, il est tout de même bien conçu, ce casque. D’abord, le pavé tactile permet de naviguer dans l’application Oculus sans aucun mal. Tapotez une fois et vous validerez un choix. Glissez vers la gauche ou la droite, et vous ferez défiler le contenu. Glissez de haut en bas et vous choisirez des options. Rien de plus simple. D’autant que la touche Retour se situe juste au-dessus et est physique pour que vous ne vous trompiez pas. Devant le pavé tactile, on trouve les boutons de réglage du volume. Difficile de s’y perdre.

Samsung Gear VR 16

Si vous souhaitez régler l’optique, une molette se situe juste au-dessus du casque et permet d’éloigner ou rapprocher le smartphone. De là à dire qu’on fait la mise au point, c’est un grand mot car il est bien difficile de percevoir les différences.

oculus

Enlevez un peu de netteté et positionnez vous en face, et vous êtes sur la Home d’Oculus

L’interface est par contre très brouillonne. On arrive facilement à effectuer des actions pour lancer une app ou changer de page, mais c’est un véritable labyrinthe. On se perd tant il manque une hiérarchie dans cette interface. Plusieurs menus contiennent les mêmes informations, mais dans des présentations différentes. Difficile aussi de comprendre réellement si les applications sont payantes ou non. Bref, ce n’est pas non plus horrible, mais il faudra quelques heures pour bien prendre en main la chose.

 

Offre de contenu

Là où on est un peu déçu, c’est sur le contenu proposé par l’application Oculus, qui est finalement assez limité. D’autant que les jeux sont souvent les mêmes, avec deux bras robotiques qui envoient des bastos sur des vaisseaux en approche de votre base. C’est par exemple le cas de Titans of Space, Gunner ou Caldera Defense. D’autres sont plus originaux, comme Rocket Toss, qui propose d’envoyer des anneaux autour de mini-roquettes, pour leurs permettre de s’envoler. C’est assez drôle.

gear-VR

Temple Run VR est une expérience assez angoissante puisque la vitesse est finalement assez impressionnante et pourra occasionner quelques vertiges à certains. Et en plus, l’ombre du singe aux crocs acérés n’est pas plus rassurante quand vous avez le malheur de ralentir. Le jeu DreahHalls promet aussi quelques sueurs et on se dit que les jeux à base de screamers efficaces sont vraiment fait pour être joués ainsi. L’immersion dans l’horreur est une expérience troublante et effrayante. Comme sur Ocean Rift, si vous décidez de sortir de la cage de protection anti-requins et qu’il se met à foncer droit sur vous. Cela a beau être de la fiction, c’est toujours très impressionnant.

gear-vr-1

Des menus sensiblement identiques, sur le Note 4

Quelques vidéos permettent aussi de se plonger dans des ambiances surprenantes, comme VRSE, 360 Stories ou im360VR, qui permettent de visiter Manhattan, la savane, l’Italie… Et quand un gros lion approche, on hésite entre l’envie de le caresser et celle de fuir. En parlant d’ambiances surprenantes, sachez qu’il existe déjà des films pour adultes sur les casques VR. Et de notre avis, l’industrie du cinéma X va envahir le monde de la réalité virtuelle dans les années à venir tant c’est… réaliste. Réaliste, et un peu glauque. Même si les manœuvres sont compliquées, et payantes, pour faire fonctionner ces films, les parents qui offriront ce genre de produit devront tout de même être attentifs à l’utilisation qu’en fait leur marmaille.

Prenez garde si vous sortez de la cage

Prenez garde si vous sortez de la cage

Certaines applications demandent aussi à être utilisées avec une manette. Nous avons du coup connecté une manette Bluetooth Mad Catz à notre Galaxy Note 4, et la gestion des touches est faite automatiquement. On a du coup pu jouer à un jeu d’horreur, DreadHalls, et là aussi on se dit que ce type de jeu à un avenir certain sur les casques de réalité virtuelle.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Autrement, l’offre est encore assez mince pour ce Samsung Gear VR, on en fait vite le tour, et les applications vraiment intéressantes sont trop peu nombreuses pour amortir le prix de l’objet, d’autant que les casques vont se moderniser et s’améliorer nettement ces prochaines années. D’ailleurs, une application comme Milk VR (où l’on espérait trouver du contenu) n’est pas accessible en France et il faut alors passer par un VPN pour en profiter. Fastidieux.

 

Qualité d’affichage

Comment juger de la qualité vidéo du casque Gear VR ? Peut-être en l’opposant à d’autres casques que l’on a pu tester rapidement, et encore, cela dépend beaucoup des points de vue. D’autant que la qualité dépend aussi des applications ou des vidéos visionnées. D’après les retours des membres de la rédaction ayant pu tester différents casques, celui de Samsung est plutôt dans ce domaine sans pour autant exceller.

On voit tout de même régulièrement la grille de pixels au fond, et ce malgré la qualité d’affichage du Note 4 qui possède un écran QHD. La qualité des lentilles semble correcte, et le headtracking est vraiment précis, suivant presque à la milliseconde (< 20ms) les mouvements de votre tête et vous évitant ainsi une espèce de mal de mer qui vous pousserait à vite vouloir retirer le casque.

La réalité virtuelle, c'est franchement impressionnant. Pour qui n'a jamais testé, c'est une expérience vraiment à part et une fois qu'on a goûté à ce pêché, on a fortement envie d'y retourner. Le Samsung Gear VR est globalement un très bon produit, bien construit, bien fini, et pratique d'utilisation.

On lui reprochera une offre de contenu encore mince et une interface qui n'a pas été pensée au mieux. Mais tout ceci devrait s'améliorer dans les mois à venir puisqu'on en est encore aux prémices de cette technologie. Si certains ne sont pas gênés par l'affichage, d'autres semblent souffrir avec cette trame de pixels visibles en arrière plan. On suppose qu'il faut s'y habituer pour passer outre.

En revanche, ce Gear VR s'adresse vraiment a un marché de niche puisqu'il n'est compatible qu'avec le Samsung Galaxy Note 4. Les utilisateurs de ce mobile pourront se laisser tenter par ce casque, mais il leur faudra alors débourser 200 euros pour s'amuser un peu. Trop cher, vous dites ? Les consommateurs en jugeront.
  • Points positifs
    • Plus élégant que ses concurrents
    • Bonnes finitions
    • Grand confort
  • Points négatifs
    • Contenu limité
    • Interface brouillonne
    • Compatibilité avec un seul téléphone

Le Samsung Gear VR est assez peu disponible en ligne mais vous pouvez tout de même le trouver sur Amazon.

Il n' y a pas d'offres pour le moment