Que ceux qui se rappellent avec nostalgie de l’époque des téléphones à clapet se réjouissent, ils pourront prochainement retrouver le plaisir de plier leur smartphone. C’est en tout cas ce que prédit un analyste à la langue bien pendue.

Foldable-smartphone-concept

Depuis plusieurs années, les constructeurs nous laissent fantasmer au sujet des écrans OLED et des possibilités que ces dalles ouvrent dans le monde de la téléphonie mobile, notamment en termes de form-factors. Pour autant, mis à part quelques tests plus ou moins réussis comme le LG G Flex ou le Galaxy S6 edge, peu de téléphones se sont éloignés ne serait-ce qu’un peu du format traditionnel. C’est donc avec impatience que les fans de nouvelles technologies attendent les smartphones pliables. Promis depuis 2013 au moins, ceux-ci pourraient arriver dès cette année.

Samsung dès le deuxième semestre

Un analyste de HSBC affirme en tout cas que Samsung pourrait être le premier à se lancer sur ce marché, avec un premier smartphone OLED pliable dont la commercialisation serait prévue dès le deuxième semestre 2016, soit un peu plus tôt que les précédentes prédictions qui visaient plutôt 2017. Cette précipitation serait justifiée par un besoin de regagner des parts de marché, qui s’amincissent au fur que les constructeurs chinois prennent de l’importance. Aussi, un appareil pouvant se plier permettrait de profiter du meilleur des deux mondes en proposant un grand écran pour un encombrement minime.

Bien sûr, cela ne concernerait pas le Galaxy S7, qui se contenterait des technologies traditionnelles, avec au mieux un écran Force Touch.

Une rumeur persistante

En 2015, le Project Valley de Samsung a fait couler une certaine quantité d’encre dans les médias spécialisés aussi bien que généralistes. Selon certaines sources, Samsung et LG seraient au coude à coude pour sortir le premier smartphone pliable et possèderaient déjà des prototypes fonctionnels. Certaines évoquaient même le mois de janvier 2016. Il ne parait donc pas farfelu que ce smartphone arrive bien à l’occasion du second semestre, mais une entreprise n’est jamais à l’abri d’un contretemps.