Kazuo Hirai, le PDG de Sony, vient de présenter un plan de restructuration de Sony visant à rendre la société profitable à l’horizon 2018. Un plan de restructuration qui pourrait éventuellement passer par la revente des branches télévisions et smartphones.

Sony logo

Si Sony va un peu mieux depuis quelques mois – merci la PlayStation 4, la société nippone n’a toujours pas convaincu ses actionnaires qu’elle pourrait un jour à nouveau renouer avec les profits. Conscient des nombreuses faiblesses de Sony, Kazuo Hirai a aujourd’hui annoncé la nouvelle stratégie de société. Le but de ce plan, qui commence dès aujourd’hui et qui devrait durer trois ans, est qu’à l’horizon 2018 Sony puisse dégager 500 milliards de yens de profits (environ 3,69 milliards d’euros). Pour ce faire, Sony va s’appuyer sur les divisions qui lui rapportent le plus, à savoir les films, la musique, les jeux vidéo et les capteurs photo.

Pour les autres branches de la société (télévision, smartphone, audio et vidéo) Kazuo Hirai a annoncé qu’il comptait en faire des sociétés dérivées, des filiales, qui ne rentreraient plus directement dans les comptes de Sony mais sur laquelle il aurait toujours la main. Selon Kazuo Hirai, cela permettra de rendre ces divisions plus autonomes et incitera les dirigeants de ces branches à mieux se concentrer sur la profitabilité plutôt que sur les objectifs de vente (qui n’ont jamais été atteints) voire à passer des alliances avec d’autres entreprises. C’est ce que Sony avait déjà fait l’année dernière avec sa branche télévision et c’est ce que la société japonaise vient de faire aujourd’hui avec sa branche audio et vidéo (qui conçoit et produit des platines Blu-Ray et les Walkman) qui est désormais une filiale.

 

Des filiales plus faciles à revendre

Cette séparation des branches déficitaires intéresse beaucoup le patron de Sony. Kazuo Hirai a en effet annoncé être ouvert à des partenariats dans le cadre de coentreprises. Cela permettra alors à Sony de réduire ses coûts en les partageant avec des partenaires commerciaux. Partenaires commerciaux qu’il faut encore trouver… Le cas échéant, si ces branches sont amenées à rester déficitaires, Kazuo Hirai a explicitement annoncé que la revente des branches télévisions et smartphones est désormais une option viable.

La branche mobile de Sony est actuellement en grande difficulté. Non seulement les smartphones ont fait perdre plus de 170 milliards de yens au troisième trimestre de l’année dernière (environ 1,2 milliard d’euros), mais en plus les objectifs de ventes ont été systématiquement revus à la baisse durant toute l’année. Sony ne parvient plus à lutter à armes égales face à un Apple au meilleur de sa forme qui truste le marché du haut de gamme et se trouve en difficulté face aux smartphones d’entrée de gammes des constructeurs chinois. Une impasse qui trouverait peut-être une solution dans une revente en bonne et due forme de la branche à un concurrent.