Finalement, la renaissance de l’Atari 2600 est plus ambitieuse qu’elle n’y paraît.

Voici l’Atari 2600 minuscule et redessinée. La console de jeu d’Atari est en train de revoir le jour, dans une nouvelle version très proche de celle que l’on avait vu le jour en 1977. C’était une autre époque : pas de Sony, ni de Microsoft, la concurrence venait de la Videopac de Philips (sortie en 1979), l’Intellivision de Mattel (sortie en juillet 1982), la Vectrex de Milton Bradley (sortie en mai 1983) et la ColecoVision de Coleco (sortie en juin 1983).

Depuis l’entreprise a connu du succès, des faillites et quelques restructurations durant trois décennies d’existence, les propriétaires actuels sont désormais les gardiens des droits légaux. Ils s’attaquent aux développeurs et éditeurs indépendants qui éditent de vieux jeux. Jusqu’à cet été.

Ataribox, reborn for eternity

En effet, Atari a annoncé l’arrivée de l’Ataribox, prévue pour 2018. Il y a quelques semaines, nous avons découvert son design, très spécial, et désormais, nous en savons un peu plus sur ce que renferme cette machine dont le prix sera compris entre 250 et 300 dollars (comptez 250 à 300 euros, si l’Ataribox est commercialisée en Europe). En outre, elle n’embarquera pas un système Android. Au lieu de cela, l’Ataribox exécutera GNU/Linux « avec une interface utilisateur personnalisée et facile à utiliser« .

Comme annoncé précédemment, le système comprendra un slot de carte SD, un port HDMI, quatre ports USB et un port Ethernet. Au moins deux options esthétiques seront disponibles : plastique et du bois. L’entreprise n’a pas encore tout dévoilé, en particulier les manettes de jeu rétro-stylés, qui pourraient être livrés avec l’Ataribox.

Atari a communiqué sur la nature « ouverte » de l’Ataribox, en annonçant que le système embarqué permettra aux utilisateurs de personnaliser le système d’exploitation, pour avoir une « expérience PC complète » et d’accéder à d’autres catalogues de jeux et de logiciels. Le système sera préchargé avec des « tonnes de jeux rétro Atari », et il sera également compatible avec les « titres actuels de plusieurs studios ».

Enfin, Atari a communiqué sur son partenaire : AMD. L’Ataribox intégrera une solution AMD sur-mesure avec un GPU Radeon. Cela pourrait être simplement une version personnalisée du AMD Merlin Falcon, une architecture légère mais flexible.

Pour environ 250 dollars ou plus, il sera difficile de convaincre les utilisateurs qui peuvent facilement jouer aux jeux Atari sur une Raspberry Pi 3. Atari souhaite peut-être capitaliser sur sa notoriété, comme Nintendo a pu le faire.

À lire sur FrAndroid : Ataribox : la nouvelle console d’Atari entre rétro et modernité