Le smartphone teasé depuis longtemps par Andy Rubin, le cofondateur d’Android, a été officialisé. Derrières des nouveautés intéressantes, l’annonce n’est-elle pas décevante ?

Tout ça pour ça ? C’est la première réaction faite après la présentation du Essential Phone, premier produit du nouveau fabricant derrière lequel se cache Andy Rubin, l’un des fondateurs d’Android. Si le produit propose des choses très intéressantes sur lesquelles nous reviendrons, il pose deux problèmes majeurs que la marque va avoir du mal à surmonter : son prix et sa disponibilité.

Une disponibilité restreinte et un prix élevé

L’Essential Phone est un smartphone haut de gamme, Andy Rubin avait prévenu, qui veut concurrencer l’iPhone d’Apple et le Pixel de Google. Vendu à 699 dollars, c’est bien face à ces géants, mais aussi face à Samsung que le fabricant va devoir s’imposer.

Problème, Essential semble avoir la stratégie d’un fabricant de smartphones classique. Plutôt qu’un pure player comme OnePlus qui s’est fait connaitre grâce à des smartphones à bas prix, et vendu à peu d’exemplaires, Essential veut draguer les opérateurs américains.

L’Essential Phone sera vendu exclusivement aux États-Unis.

Le smartphone a d’ailleurs été conçu avec les États-Unis en tête, pour le moment il sera disponible exclusivement outre-Atlantique, et les fréquences 4G prises en charge sont celles des quatre grands opérateurs américains. Or, les opérateurs américains sont difficiles à convaincre, surtout lorsque l’on est une marque inconnue.

En effet, pourquoi essayer de vendre un smartphone inconnu à un client, donc on ignore s’il n’aura pas besoin de support par la suite, alors qu’il est beaucoup plus simple de lui vendre un iPhone ou un Samsung Galaxy ? Huawei, Nokia et Sony se sont confrontés à la même problématique lors qu’ils ont chacun essayé d’intégrer le marché américain. Le fait qu’Essential soit une marque américaine pourrait toutefois l’aider dans ses négociations.

Reste que, pour nous public francophone, ce smartphone va rester inaccessible pendant une durée indéterminée. La seule solution sera de l’importer, mais cela peut se révéler coûteux.

Un écran malin, qui retardera les mises à jour d’Android

Comme le LG G6 ou le Samsung Galaxy S8, l’Essential Phone intègre un écran quasi sans bordures. Ici il s’agit d’un écran plat qui va réellement rejoindre les bords supérieurs du téléphone, et laisse un petit espace en bas.

C’est une intégration maligne à plus d’un titre, d’abord car l’espace en bas est nécessaire pour garantir une bonne prise en main. Contrairement au Xiaomi Mi Mix, la caméra en façade est bien située en haut du téléphone, au beau milieu de l’écran qui laisse un espace pour l’optique. C’est malin, car le milieu de la barre de notification est rarement utilisé sur Android, et le téléphone profite donc de cet espace perdu pour placer l’appareil photo.

Bien que cette intégration soit ingénieuse, elle va tout de même demander un travail sur l’interface de la part d’Essential. On peut d’ailleurs voir sur les premières images du téléphone, que la barre de notification est plus haute que d’ordinaire, et qu’elle a été revue par le fabricant. Si l’Essential Phone est fourni avec Android 7.0 Nougat, cette personnalisation de l’interface pourrait ralentir à l’avenir l’arrivée des mises à jour comme celle d’Android O.

Pour le reste, à première vue, l’interface semble être très proche de celle de Google. On voit notamment que les applications téléphone, contact et la messagerie sont celles d’Android. De même le navigateur par défaut semble être Google Chrome et non un navigateur développé par Essential.

Un smartphone modulaire limité à l’appareil photo ?

L’autre point qui différencie l’Essential Phone de la concurrence, c’est sa modularité permise par l’intégration du Wi-Fi 802.11ad 60 GHz et de deux connecteurs magnétiques à l’arrière. L’emplacement de ces connecteurs est toutefois plutôt étrange. Contrairement au Moto Mods qui recouvrent tout le dos du Lenovo Moto Z, ici la modularité du téléphone semble avoir exclusivement été pensée pour l’appareil photo 360° annoncé en même temps que l’Essential Phone.

Il faut également garder à l’esprit que la modularité ne signifie pas ici une meilleure réparation du téléphone ou la possibilité de changer certains composants, comme c’était promis par d’autres smartphones comme le Project Ara.

Notre avis

L’arrivée d’un nouvel acteur sur le marché mobile est toujours quelque chose d’excitant. L’Essential Phone est un smartphone intéressant à plus d’un titre, grâce à une fiche technique de premier ordre, un design parfaitement sobre et sans logo, et un écran sans bordures ingénieux.

Toutefois, un peu comme le Google Pixel en 2016, il ne sera pas possible de commander le smartphone dû à une disponibilité limité aux États-Unis. Surtout, un prix aussi élevé pour une marque inconnue pourrait poser des freins à l’adoption d’un smartphone qui reste un produit assez classique dans un marché mature.

Pourquoi un utilisateur d’iPhone ou d’Android se tournerait-il vers l’Essential Phone plutôt que le nouvel iPhone ou le Samsung Galaxy S8 ? C’est la question à laquelle la marque devra répondre si elle veut séduire le grand public.