SFR et Numéricable ont-ils commencé les opérations de fusion avant le feu vert définitif des autorités compétentes ? C’est ce que l’Autorité de la concurrence veut savoir. Les bureaux du groupe ont été perquisitionnés, dans un contexte général tendu.

numericable-sfr

Jusqu’à 570 millions euros d’amende pour Numericable

Jusqu’à 570 millions euros, c’est l’amende qui est en jeu. En effet, si SFR et Numericable ont débuté les opérations de fusion avant le feu vert des organismes de régulation, une amende de 5 % du CA (11,4 milliards d’euros en 2014) pourrait être exigée. L’Autorité est donc à la recherche de preuves, c’est pour cela que certains bureaux de SFR Numéricable ont été perquisitionnés ce matin.

Pour rappel, Patrick Drahi, (Altice, maison mère de Numericable) et Martin Bouygues (Bouygues Telecom) se sont affrontés en 2014 pour le rachat de SFR à Vivendi. Finalement, Numericable (Altice) et SFR ont fusionné, après le feu vert accordé par l’Autorité de la concurrence en octobre dernier.

 

Très grosses économies avec des décisions très rapides

Ce n’est pas la seule affaire qui fait trembler le groupe. Le JDD a publié un article bien documenté sur les mouvements repérés chez Numericable. Patrick Drahi est en train d’assécher SFR avec de grosses économies dans de nombreux domaines. A commencer par les prestataires du groupe, Numericable exigerait 30 % de rabais, c’est ce qu’un ancien cadre vient de révéler : « La ligne directrice est claire : c’est –30% ou on ne paie pas« . De gros groupes se sont déjà lancés dans des actions juridiques, tandis que plusieurs PME sont en danger. D’après JDD, le leader du marché des centres d’appels, Teleperformance, court après 40 millions d’impayés.

Même son de cloche pour les salariés, les très gros salaires ont été évincés : 55 des 70 directeurs qui gagnaient plus de 150 000 euros. Ces directeurs sont effectivement partis avec de gros chèques, néanmoins ce sont tous les salariés qui sont menacés, en particulier les pôles Marketing et Innovation. D’ailleurs, Patrick Drahi avait promis de ne licencier personne, mais les syndicalistes relèvent de très nombreux départs individuels, négociés avec la direction – ils ne comptent plus les personnes «  »en mobilité » sur des postes dont ils ne veulent pas ou attendent d’en avoir ».

Pourquoi toutes ces économies ? Pour dégager 600 millions d’euros par an afin de rembourser les 13 milliards de dettes qu’Altice a contractées pour racheter SFR en 2014. Nous n’avons pas fini d’entendre parler de SFR.

 

Concernant le réseau, Free en passe de dépasser SFR sur la 4G LTE

Patrick Drahi l’avait pourtant déclaré : aucune économie sur la construction du réseau. Pourtant, SFR ne semble pas déployer autant d’érnergie dans la construction du réseau 4G LTE. Selon les derniers chiffres, Free Mobile (3051 sites en service) est en train de rattraper SFR (3103 sites allumés) sur le nombre d’antennes 4G LTE en service en France. D’ailleurs, le trublion des télécoms devrait même dépasser SFR dans les prochaines semaines, le nombre de sites autorisés de Free Mobile (5965) est bien plus important que celui de SFR (4271).