Le dernier observatoire de l’ARCEP examine le statut du traditionnel SMS dans la téléphonie d’aujourd’hui. Le message qui avait donné naissance à un véritable langage perd pourtant de sa superbe, concurrencé par les services de messagerie instantanée.

android-SMS-bug

Les SMS et MMS ont-ils encore la cote ? Ces messages courts, comportant seulement du texte et des emojis pour les uns, et des images (voire du son) pour les autres, ont été observés à la loupe par l’ARCEP, le régulateur des télécoms. Et s’il constate une croissance du nombre d’envois de ces messages en un an, il observe une légère baisse au fil des derniers trimestres.

D’après l’ARCEP donc, il s’est échangé 50426 millions de SMS en France au deuxième trimestre 2015, contre 49179 millions de messages à la même période un an plus tôt, soit une très légère croissance annuelle. En revanche, on constate qu’entre les 3e trimestre 2014 et ce 2e trimestre 2015, le nombre de SMS envoyés stagne, variant de quelques centaines de millions d’un trimestre à l’autre, et que la croissance folle du nombre de messages échangés au début des années 2010 est bien éteinte. L’ARCEP évoque de son côté une augmentation « sur un rythme ralenti » (entre +2 % et +3 % de croissance) depuis la fin de l’année 2013. Notez qu’au niveau individuel, l’organisme parle de 248 SMS émis par personne et par mois pendant le 2e trimestre 2015, contre… 246 un an plus tôt.

Envoi SMS

 

SMS ARCEP

Moins de SMS, plus de messageries instantanées

Le même constat avait pu être relevé lors de la nouvelle année 2015, où le nombre de SMS échangés entre les Français avait décru de 14 à 20 % selon les opérateurs, qui constataient tous une baisse d’attractivité du message traditionnel. Pour expliquer cette tendance, on ne peut qu’observer les chiffres de croissance des services de messagerie instantanée de type WhatsApp, qui recensait 900 millions d’utilisateurs actifs mensuels début septembre, et bien sûr la vigueur de ses concurrents, à commencer par Facebook Messenger. Autant de moyens désormais établis chez les mobinautes d’échanger des messages (textes, images, vidéos, URL…) en passant par une connexion 3G/4G ou WiFi, ce qu’autorisent désormais facilement des enveloppes data intégrées aux forfaits et toujours plus importantes.

Sur l’ensemble des clients hexagonaux, l’ARCEP indique d’ailleurs que 129 977 To de données ont été consommés au 2e trimestre, contre 66 351 un an plus tôt. Les messages ne sont certes pas le pôle de consommation de data le plus développé, mais il fait partie d’une tendance générale. Au niveau individuel, on parle de 638 Mo consommés par clients au 2e trimestre, contre 329 Mo au 2e trimestre 2014.

Les MMS de plus en plus utilisés

On remarquera tout de même que les MMS, qui représentent 2 % des messages interpersonnels émis au 2e trimestre 2015, restent seuls en croissance nette, avec 996 millions de messages envoyés pendant la période étudiée, contre 811 millions en 2014. Là encore, l’abandon progressif des feature phones dépourvus d’appareils photo et l’avènement des smartphones, sans oublier l’inclusion quasi systématique des MMS illimités dans les forfaits mobiles, encouragent l’envoi de messages multimédias. Ces derniers sont néanmoins concurrencés par les services de messagerie passant par les forfaits data, d’autant qu’ils impliquent généralement une compression moindre des clichés.