Review of: LG Optimus G Pro
testé par:
Edouard Marquez
Version:
4.1.2
Price:
599 €

Reviewed by:
Rating:
4
On 25 juin 2013
Last modified:7 août 2013

Summary:

La première phablet du Coréen LG, l’Optimus G Pro, de 5,5 pouces arrive finalement en France à la fin du mois de juillet pour 599 €. Écran 1080p, processeur Qualcomm Snadrapgon S600, Android 4.1… : ce smartphone-tablette tient-il la comparaison face aux Samsung Galaxy Note 2 ? La réponse dans ce test !

LG-Optimus-G-Pro-Ecran-deverrouillage

Samsung est arrivé il y a presque deux ans avec un véritable ovni sur le marché de la téléphonie : un smartphone qui est trop grand pour être considéré comme tel, mais trop petit pour être une tablette. La catégorie des phablets a alors été créée et face au succès des deux modèles Galaxy Note, LG a répliqué à son concurrent coréen avec les Optimus Vu et leurs écrans 4:3. Bien qu’ils embarquent un stylet, ils n’ont pas été accueillis très chaleureusement par le public européen, qui a été surpris par son format.

Avec l’Optimus G Pro, LG revient dans des codes plus classiques avec un ratio 16:9. Annoncé en février dernier, il sera finalement proposé cet été en France, mais uniquement auprès de revendeurs tiers. Aucun opérateur n’a souhaité référencer ce téléphone qui offre pourtant sur le papier des caractéristiques techniques supérieures au Samsung Galaxy Note 2. Notez qu’il n’intègre pas de stylet, contrairement à son concurrent direct.

Plan du test

1] Présentation du téléphone 6] Appareil photo et vidéo
2] Tour du propriétaire 7] Multimédia
3] Ecran 8] Performances et autonomie
4] Android Jelly Bean selon LG 9] Conclusion
5] Communication et Internet

1] Caractéristiques techniques du LG Optimus G Pro

Modèle
LG Optimus G Pro (E986)
Version et interfaceAndroid Jelly Bean (4.1.2)
Optimus UI
Ecran5,5 pouces
Résolution1920 x 1080 pixels (FullHD)
TechnologieFull HD IPS Plus
Densité de pixels401 ppi
Traitement contre les chocs & rayuresOui (Gorilla Glass 2)
Processeur (CPU)Qualcomm Snapdragon S600 - (quadruple-coeur)
APQ8064T cadencé à 1,7 GHz
Chipset graphique (GPU)Adreno 320
Mémoire vive (RAM)2 Go
Mémoire Interne16 ou 32 Go
Support microSD-HCOui
APN / Caméra13 mégapixels
+ autofocus et flash (LED)
Webcam (caméra frontale)Oui (2,1 mégapixels)
Vidéo1080p @30 fps
WiFiOui, a/ac/b/g/n + WiFi Direct
DLNA / Hostpot WiFi
Hotspot Bluetooth / Hotspot USB
Oui / Oui
Oui / Oui
BluetoothOui (4.0 + A2DP)
RéseauxUMTS HSPA+, GSM/GPRS, LTE
NFC (Near Field Communication)Oui
Boussole / GPS / Baromètre /
Capteur d'humidité / Température
Oui / Oui / Oui
Oui / Oui
Accéléromètre / GyroscopeOui / Oui
Capteur de proximité et lumièreOui / Oui
Sortie jack 3,5 mmOui
Port micro-USB / HDMIOui / Non
Tuner FM (Radio)Oui (avec RDS)
Support DivXOui
Batterie3 140 mAh
Dimensions150.2 x 76.1 x 9.4 mm
Poids172 grammes

2] Le tour du propriétaire du LG Optimus G Pro

Tout comme pour les Galaxy Note, nous vous conseillons de vous interroger sur le format avant de passer à l’achat du LG Optimus G Pro. Cette taille n’est pas toujours agréable selon la taille de vos mains, vos habitudes d’utilisation… Si possible, essayez le téléphone avant de valider votre commande, car c’est un format que l’on adore ou que l’on déteste : il n’y a pas de juste milieu.

2.1] L’aspect général

La première impression est bonne lorsqu’on tient ce téléphone en main : il est à la fois massif par ses dimensions, mais reste sobre. Bien que l’on ne retrouve que du plastique, y compris sur les tranches qui ont une apparence métal, l’Optimus G Pro dégage un aspect bien fini. On aurait aimé des matériaux plus nobles comme de l’aluminium, mais le poids déjà important du téléphone (172 grammes) aurait été plus conséquent.

2.2] La face avant

L’écran de 5,5 pouces procure un véritable effet Wahou au premier contact. Les bords réduits accentuent cet effet et facilitent l’utilisation au quotidien. L’amplitude des gestes devra donc être moins importante pour atteindre les éléments. Toutefois, avec une diagonale d’écran si importante, il n’est pas toujours possible d’atteindre les différentes zones à une seule main. L’Optimus G Pro, tout comme le Galaxy Note, est un smartphone qui nécessite dans de nombreux cas d’être utilisé à l’aide de ses deux mains.

Logiciellement, il existe des modifications qui permettent d’utiliser le clavier, la composition de numéros et l’entrée de son code PIN avec une seule main. Ce ne sont que des cas isolés et les applications en général ne sont pas toujours optimisées, ce qui est notamment le cas de la nouvelle application GMail qui nécessite quelques mouvements de gymnastique selon les fonctionnalités que vous désirez utiliser.

LG-Optimus-G-Pro-Bureau

Sur le haut du téléphone, on retrouve la grille du haut-parleur utilisée lors des appels ainsi que la caméra frontale de 2,1 mégapixels.

LG, tout comme Samsung, fait partie des constructeurs qui continuent d’utiliser la touche Menu, alors que les ActionBars permettent de la remplacer depuis Android 3.0 (Honeycomb). L’écran est certes utilisé à son maximum, mais l’agencement des boutons n’est absolument pas pratique ici. De par les dimensions de la phablet, il aurait été judicieux d’inverser les boutons Retour et Menu, car la touche Retour est moins accessible (geste plus grand) et pourtant plus utilisée.

LG-Optimus-G-Pro-Boutons

Le bouton central a plusieurs fonctionnalités : un appui simple permet de retourner sur le bureau et un appui long affiche la fonction multitâche. LG n’intègre pas (encore ?) de solution à la Siri et n’utilise donc pas le double clic sur cette touche.

A l’intérieur de ce bouton, on retrouve une LED de notification multicolore, qui pourra s’illuminer selon les événements que vous aurez sélectionnés. Seule la luminosité est paramétrable, les couleurs intégrées par LG n’étant pas modifiables. Bien que cette intégration soit intelligente, elle a ses limites : selon l’angle de vue la couleur n’est absolument pas visible. De même, la couleur est parfois difficile à visualiser en extérieur avec un fort ensoleillement.

LG-Optimus-G-Pro-LED-notification

2.3] Les tranches

Tout comme son concurrent Samsung, LG utilise un aspect métal sur les contours de son téléphone. Hélas il ne s’agit que de plastique. Sur le haut, nous allons retrouver le jack de 3,5 mm, un micro et un capteur infrarouge. Concernant le micro, il est généralement situé sur le dos du téléphone, mais le choix de LG ne semble pas mener à des changements significatifs. Lors de nos prises de vidéos, le bruit du vent était similaire.

Pour ce qui est du capteur infrarouge, vous allez pouvoir piloter votre télévision, votre home-cinéma… ou plus généralement toute les télécommandes qui utilisent de l’infrarouge. Au niveau logiciel, LG n’est pas allé aussi loin que HTC ou Samsung, car vous n’aurez qu’une télécommande et non pas une grille des programmes intelligente. Contrairement à ces deux concurrents, QRemote (l’application du LG Optimus G Pro) est accessible depuis l’écran de déverrouillage et la barre de notification, là où les deux autres nécessitent quelques clics supplémentaires avant de pouvoir l’utiliser pleinement.

LG-Optimus-G-Pro-jack-infrarouge

En passant maintenant sur le côté gauche du téléphone, nous remarquons que l’aspect aluminium est moins présent et laisse une grande place au plastique bleu foncé/noir glossy. Sur ce côté du téléphone, nous retrouvons une touche personnalisable qui permet de lancer l’application de votre choix. Un peu plus bas, LG a inséré les touches pour régler le volume. Aucun problème à signaler ici, le relief est idéal et permet une utilisation dans les poches, ce qui n’est pas aussi simple sur une HTC One par exemple.

LG-Optimus-G-Pro-Gauche

De l’autre côté, on retrouve la touche On/Off et un peu plus bas une fente pour pouvoir détacher la coque arrière.

LG-Optimus-G-Pro-Droite

Enfin sur le bas du téléphone, nous retrouvons un microUSB 2.0 qui a la particularité d’être compatible MHL. Grâce à des adaptateurs spécifiques (non fournis), vous pourrez brancher un périphérique USB classique : clé USB, clavier, souris et les utiliser directement ou dupliquer l’affichage avec une sortie HDMI. Le micro se situe juste à côté.

LG-Optimus-G-Pro-microusb

2.4] Le dos

Passons maintenant au dos du téléphone, qui présente une coque en plastique glossy. Sur cette version bleu foncée/noire, nous n’avons pas noté une gêne avec les traces de doigts. Une texture pixellisée est présente et n’est pas s’en rappeler le Nexus 4, mais contrairement au Google phone, le motif est beaucoup plus visible.

Sur le dessus, on retrouve le capteur photo de 13 mégapixels situé en position centrale et entouré du haut-parleur sur sa gauche et du flash LED sur sa droite. La prise en main du téléphone fait que le haut-parleur n’est pas obstrué lorsque vous l’utiliserez. Toutefois, des haut-parleurs en façade comme sur le HTC One auraient été préférables.

LG-Optimus-G-Pro-dos

Une fois la coque arrière retirée, on accède alors à l’emplacement pour la carte microSIM (téléphone compatible avec les réseaux 4G français) et le lecteur de cartes microSD (jusqu’à 64 Go). La batterie de 3140 mAh peut être retirée à tout moment et remplacée par un modèle de plus grande capacité. Toutefois l’autonomie du terminal est excellente, en faisant presque jeu égal avec le Samsung Galaxy Note 2, très bon élève dans le domaine.

LG-Optimus-G-Pro-cartesim-microusb

2.5] Un format pratique au quotidien ?

Comme nous vous l’avons indiqué un peu plus tôt, le LG Optimus G Pro, tout comme les Samsung Galaxy Note, n’est pas un téléphone pour Monsieur ou Madame ToutLeMonde. Le format conséquent n’est pas ressenti de la même manière d’une personne à l’autre et les attentes sont aussi différentes.

Pour avoir utilisé le Samsung Galaxy Note 2 pendant plusieurs mois, le LG Optimus G Pro est plus agréable à utiliser, car ses dimensions sont moins imposantes : 150,2 x 76,1 x 9,4 mm contre 151,1 x 80,5 x 9,4 mm. Il est en de même pour le poids : 172 grammes, contre 183. Il en résulte une utilisation au quotidien plaisante.

Si les Galaxy Note rencontrent un tel succès, c’est aussi grâce à leur stylet SPen. LG n’a pas souhaité en intégrer un dans sa phablet, ce qui bride par conséquent les capacités de ce grand écran. Toutefois le public du smartphone de Samsung étant très large, le stylet n’est pas forcément utilisé régulièrement et par tous les clients.

3] L’écran du LG Optimus G Pro

Comme de nombreux autres concurrents, le LG Optimus G Pro utilise la technologie Corning Gorilla Glass sur son écran pour résister aux chocs et aux rayures. Après seulement quelques jours d’utilisation, le téléphone présente déjà des rayures, ce qui n’est pas un bon signe concernant son évolution dans le temps.

Un autre élément nous a également chagriné sur ce téléphone : la gestion de la luminosité automatique. Dans ce mode, la luminosité change peu et nous avons régulièrement été obligés de faire les réglages manuellement. Il est également possible d’ajuster des paliers sur ce mode, mais qui semblent également totalement inefficaces, car imitent le mode manuel.

3.1] La confrontation

De gauche à droite, nous retrouvons :

  • Samsung Galaxy S4 : Super AMOLED Full HD
  • LG Optimus G Pro : True HD IPS Plus
  • LG Nexus 4 : True HD IPS
  • HTC One : Super LCD 3

Les noirs

P1140828

S’il y a bien un domaine dans lequel la technologie OLED est indétrônable, c’est sa gestion des noirs. En éteignant complètement le rétroéclairage de ces pixels, le rendu ne peut qu’être parfait. Par conséquent, le Samsung Galaxy S4 est celui qui est de loin le meilleur dans ce domaine.

Les trois téléphones utilisent du LCD avec certaines améliorations, mais essaient de recréer du mieux possible ce fameux coloris. Nous avons vu des améliorations au fur et à mesure des générations, mais un fossé sépare encore l’OLED du LCD. Avec les trois modèles, le Nexus 4 ne démérite pas mais ses fuites lumineuses viennent gâcher son rendu. L’Optimus G Pro offre un noir légèrement plus clair que le Nexus 4 et le HTC One nous montre un noir avec certains reflets rouges qui s’accompagne d’une tâche sur le haut de l’écran (problème uniquement sur notre modèle ?).

Les blancs

P1140822

Alors que le noir est le terrain de jeu de l’OLED, le LCD reprend le dessus avec les blancs. Bien que cette technologie surpasse sa concurrente, un « vrai » blanc est encore impossible à obtenir. Chacun tire plus ou moins vers une couleur et la luminosité est souvent inégale.

Le HTC One s’en sort bien mais quelques reflets jaunes sont perceptibles. Le LG Optimus G Pro est très lumineux mais tend vers le jaune/vert. Le Nexus 4 utilisant une technologie moins évoluée de LG offre un assez bon rendu mais un contour jaune est visible à l’oeil. Du côté du Samsung Galaxy S4, d’énormes progrès ont été faits par rapport aux anciennes générations qui n’avaient de blanc que la dominante. Une teinte bleutée était particulièrement visible et tend à disparaître aujourd’hui. Toutefois il est encore en retrait par rapport à ce que peut offrir la technologie LCD aujourd’hui.

Les couleurs

P1140832

Pour ce qui est des couleurs primaires en synthèse additive (Rouge Vert Bleu), l’AMOLED est généralement apprécié du public car sa palette tend vers des tons fluos, ce qui est visuellement attractif. En revanche, la fidélité des couleurs est, elle, assez éloignée. Notez que plusieurs modes sont disponibles sur le Galaxy S4 et que la photo professionnelle (basé sur l’Adobe RGB) ou vidéo offrent un rendu bien supérieur.

Le LG Optimus G Pro est ici en bonne posture en devançant le Nexus 4 et ses fuites lumineuses ou encore le HTC One dont les tons sont souvent trop sombres. Toutefois l’herbe n’est pas tout verte du côté de l’Optimus G Pro, car on note des différences de luminosité entre les bords de l’écran et le reste, à cause du choix de rétroéclairage fait par le LG. Cela est souvent notable dans l’interface, notamment sur les ActionBars foncées de la couche logicielle.

3.2] Un défaut ?

Nous avons testé plusieurs dizaines de smartphones et c’est bien la première fois que nous remarquons ce type d’effet sur un écran. N’ayant pas le matériel nécessaire pour vous le montrer avec précision, il faudra nous croire sur parole.

Lorsque nous nous déplaçons de manière horizontale : dans le lanceur d’applications, dans les catégories du Google Play ou plus généralement avec les applications ayant un Fly-in menu, nous avons remarqué qu’une partie de l’écran se dessine plus rapidement que le reste, donnant parfois le mal de mer. On perçoit qu’entre le haut et le bas de l’écran un délai, certes infime, est présent lors du dessin de l’interface.

1] Présentation du téléphone 6] Appareil photo et vidéo
2] Tour du propriétaire 7] Multimédia
3] Ecran 8] Performances et autonomie
4] Android Jelly Bean selon LG 9] Conclusion
5] Communication et Internet