Avant que l’IFA 2019 ne démarre, nous avons pu découvrir en avant-première le LG G8X ThinQ Dual Screen et son système à deux écrans. Voici nos premières impressions.

Quelques jours avant l’IFA 2019, Qualcomm nous a invités à un événement privé. L’occasion de découvrir, en fin de conférence et très rapidement, le LG G8X ThinQ à peine annoncé.

Le constructeur coréen continue de miser non pas sur un écran flexible… mais sur deux écrans côte à côte, comme c’était le cas l’année dernière avec le LG V50. Est-ce cependant une bonne idée ? Voici nos premières impressions.

Notre vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Deux écrans, mais pas d’ergonomie

Le LG G8X ThinQ n’a sur le papier aucun souci, vous pouvez le constater vous-même en regardant son annonce. Non, son problème est plus conceptuel, et apparaît dès lors que l’on a l’appareil en main et que l’on entend LG nous en parler.

Cette année, le second écran est détachable. LG considère que celui-ci pourra être utilisé dans le même ordre d’idée qu’un second écran pour ordinateur, et a plus ou moins travaillé son interface de manière à ce que cela soit possible. Pour autant, du peu d’usage que nous avons pu avoir et des présentations faites par le constructeur… on est peu convaincu.

Pour cause : si la possibilité d’ouvrir deux applications en même temps est sympathique, le fait est que l’on interagit quoiqu’il arrive avec une seule d’entre elles à la fois. Or, le fait d’avoir les deux écrans en parallèle dans une coque force une prise en main pas forcément confortable qui semble ralentir à l’usage plus qu’elle n’aide.

On pourrait se dire que le même constat devrait être fait avec les smartphones pliables comme le Galaxy Fold, mais avoir deux écrans côte à côte n’est pas aussi naturel à utiliser qu’un grand écran dépliable. Tout cela reste une coque en plastique avec un second écran collé à un smartphone classique. LG a fait quelques efforts avec sa nouvelle version de LG UX, plus propre et raffinée, c’est au moins ça.

Manque de confiance

Surtout, je retiens de la présentation des promesses bien trop grandiloquentes et des comparaisons sans queue ni tête avec les compétiteurs du marché. Parlant de sa stabilisation vidéo, LG a choisi de se comparer avec le Galaxy S10… oubliant peut-être que nous l’avons testé, et pouvons donc attester facilement que sa comparaison n’était qu’un pur mensonge.

Il fallait le voir pour le croire : la capture du LG G8X ThinQ sur stabilisateur face au Galaxy S10 tenu à bout de bras fatigués par une personne visiblement atteinte de la maladie de Parkinson avait tout du tragi-comique.

Bref, cela n’augure de rien de bon pour le constructeur coréen. Si l’on ne doute pas que tout son savoir-faire a été mis dans son LG G8X ThinQ, sa confiance semble être aux abonnés absents comme un marathonien qui aurait déjà abandonné à mi-parcours, traînant les pieds pour tenir ses engagements et passer la ligne d’arrivée sans autre forme de procès.

Galerie photo