Introduction

Après un G7 passé un peu inaperçu, LG pourrait-il relancer son milieu de gamme avec le Q7 ? Faut-il l’acheter ? Que vaut-il face à sa concurrence ? Voici toutes nos réponses concernant le nouveau petit smartphone du constructeur coréen.

En 2017, LG lançait une nouvelle gamme avec son Q6, une version « lite » du G6, mais aussi l’un des premiers smartphones de milieu de gamme à proposer un écran « borderless« . La gamme continue sur sa lancée et le Q7 vient donc naturellement succéder à ce précurseur.

Fiche Technique

Parmi les points notables, on peut souligner que le LG Q7 est certifié IP68 et MIL STD 810 g (donc résistant à la poussière et l’eau dans une certaine mesure, mais aussi aux chocs), qu’il dispose d’un port USB-C avec charge rapide (3.0) et d’un son 3D Surround.

Modèle LG Q7
Version de l'OS Android 8.1
Interface LG UX 6.0
Taille d'écran 5,5 pouces
Définition 2160 x 1080 pixels
Densité de pixels 442 ppp
SoC MT6750S à 1,8GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) ARM mali-T860MP2 550MHz
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + A2DP + LE
Réseaux GPRS, EDGE, LTE, HSPA
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 143,8 x 69,3 x 8,4 mm
Poids 145 grammes
Couleurs Bleu, Noir, Violet
Prix 263€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Un beau p’tit Q7

Alors que la moyenne des téléphones vise à s’élargir encore et encore depuis l’arrivée du ratio 18:9, LG reste raisonnable et pense à ceux qui préfèrent un petit gabarit facilement utilisable à une main. Avec son format de 143,8 x 69,3 x 8,4 mm, le Q7 est loin d’être immense et tient presque dans le creux de la main. Les plus tatillons remarqueront cependant que les bordures du téléphone ne comptent pas parmi les plus fines du marché, loin de là, donnant un peu l’impression d’avoir en main un Google Pixel 2 XL, en plus petit et sans les haut-parleurs frontaux.

LG reste cependant très basique dans son design général avec un cadre en métal et un dos en verre légèrement incurvé sur les bords. La prise en main est bonne, mais l’appareil se montre un peu glissant et risque de tomber si vous le serrez trop fort en tentant d’aller chercher une notification en haut de l’écran. De quoi tester la certification militaire promettant une bonne résistance aux chocs.

Avis aux maniaques : évitez ce téléphone ! Le dos en verre est très salissant et marque à la moindre utilisation. Un revêtement oléophobe aurait été plus que bienvenu ici. Entre son effet plastique et l’absence de recharge sans fil, le choix du matériau laisse songeur.

Toujours est-il que le Q7 respire la qualité et que tous les éléments sont bien positionnés, depuis les principaux boutons au capteur d’empreintes. On peut également noter la présence d’un port jack sur le dessous, accompagné d’un USB-C, et d’un unique tiroir permettant d’insérer la carte SIM et une carte microSD. On préfère bien sûr quand ces deux éléments sont dans des tiroirs séparés afin de pouvoir changer de SD sans attendre de retrouver du réseau, mais ce n’est clairement pas un frein à l’achat.

Un écran correct

Le LG Q7 embarque une dalle LCD de 5,5 pouces au format 18:9 et en définition Full HD+. On n’en demandait pas plus. On aurait aimé cependant un peu plus de luminosité. Avec un pic à 350 cd/m² mesuré par notre sonde, cela reste un peu juste pour une utilisation en plein soleil, d’autant que le revêtement est un peu réfléchissant.

En dehors de ce problème, l’écran est très agréable à utiliser au quotidien, les contrastes sont bons, les angles de vision excellents et les couleurs sont à première vue bien calibrées. Notons qu’il n’est pas possible de modifier cela au millimètre près, mais il est possible de tricher en activant l’option « Confort Visuel » et en réglant le filtre à lumière bleue afin de réduire un poil la température pour les puristes.

Dans l’ensemble, l’écran est donc correct, mais n’éblouit pas.

Un smartphone à jour

Le LG Q7 tourne sous Android 8.1 Oreo et est équipé du patch de sécurité du 1er mai 2018. Avec seulement 2 mois de retard sur les mises à jour à son lancement, il reste encore parmi les meilleurs élèves du moment. Reste à savoir si, avec, Treble LG, assurera le suivi de toutes ses gammes, même les moins premium.

Pour l’interface, on retrouve l’habituel agencement du constructeur coréen, avec tiroir d’applications ou non, selon les goûts. De base, les couleurs des icônes peuvent être jugées un peu vives, mais on sent que LG a travaillé le sujet pour les rendre moins flashy. Autrement, l’interface est correcte et globalement simplifiée par rapport à certains modèles sortis précédemment.

On retrouve le classement des paramètres en onglets, ce qui est un peu déroutant pour les habitués d’Android, mais qui reste cohérent une fois que l’on a pris la main et que l’on s’y est perdu 2 ou 3 fois, mais aussi quelques fonctionnalités agréables.

Parmi celles-ci, on peut citer le Smart Doctor pour savoir où l’on en est dans sa consommation de mémoire ou pour tester certains composants, des raccourcis pour prendre un selfie, faire une capture d’écran, afficher le panneau de notifications et d’autres.

Dans l’ensemble, le bilan serait donc plutôt bon, si la fluidité était au rendez-vous. Malheureusement, dès les premiers jours, le LG Q7 se montre un peu hoquetant, avec de légers ralentissements, ce qui ne présage pas le meilleur pour l’avenir.

Enfin, LG intègre un certain nombre d’applications sur son téléphone. Si l’app permettant de transférer ses données ou le gestionnaire de fichiers peuvent être bienvenus, ce n’est pas le cas de l’antivirus, de l’Amazon Assistant (on aimerait avoir le choix au premier démarrage), ou de SmartWorld, le meilleur endroit pour trouver un nouveau thème pour votre bureau (dont la moitié sont payants) ou des publicités pour les services de la marque ou de ses partenaires.

 

Smartphone en sous-régime

Le LG Q7 est équipé d’un processeur MediaTek MT6750S (une version overclockée à 1,8 GHz du MT6750) couplé à 3 Go de RAM. Le MT6750 étant habituellement intégré à des téléphones entre 100 et 150 euros, on ne s’attend donc pas à des merveilles de la part de ce duo.

Et les chiffres parlent d’eux-mêmes. Avec un score de 53 383 points sur AnTuTu v7, le Q7 fait à peine mieux que son prédécesseur et il reste très loin derrière ses concurrents au même prix. Il fait mieux que 10 % des utilisateurs du benchmark seulement, ce qui confirme les impressions de lenteur à l’usage.

Sur Arena of Valor, le résultat est catastrophique. Alors que des smartphones bien moins chers arrivent à tenir les 30 fps sans problème, le LG Q7 oscille entre 20 et 22 au maximum, avec des chutes à 10 fps sur la plupart des combats… de quoi rater des attaques. Même sur Mario Run, sans que ce soit injouable, on ressent quelques chutes de framerate, assez pour faire rater quelques pièces difficiles d’accès.

Pour un téléphone à ce prix, c’est inacceptable !

Des photos en demi-teinte

Un peu comme un Pixel de Google, le LG Q7 ne se lance pas dans la multiplication des capteurs et des optiques. Non, le petit dernier du constructeur coréen se contente d’un appareil photo unique de 13 Mégapixels avec une ouverture de f/2.2. Contrairement aux Pixel, cela ne lui réussit pas forcément.

En plein jour, on peut obtenir un bon résultat lorsque toutes les conditions sont réunies, à savoir qu’il faut beau, que la cible n’est pas trop éloignée et que la source de lumière ne se trouve pas directement dans le cadre.

Dès lors que l’on sort de ces conditions, même en plein jour, il n’est pas rare d’avoir un halo lumineux, un ciel à moitié cramé, des couleurs qui bavent au loin ou encore un clair manque de netteté dans les coins.

En intérieur, c’est encore un peu plus dur. Le moindre contre-jour est mal géré, la mise au point peine à se faire au bon endroit et la qualité d’image se dégrade rapidement à mesure que l’on s’éloigne du point de focus, avec notamment une perte de netteté et l’arrivée de bruit.

Merci à Marie pour le prêt de Dillo l’armadillo texan

De nuit, c’est la catastrophe. Même en restant stable, la balance des blancs vire au jaune sous la lumière électrique, les cibles mouvantes sont tout de suite floues et les lumières de la ville (non, pas le film de Chaplin) deviennent rapidement surexposées. Il est clairement impossible de faire un cliché réussi en automatique.

Notons tout de même la présence de modes intéressants comme la pose avec guide pour faire du stop motion ou les différents collages possibles, avec un objectif ou bien les deux (en prenant le frontal également).

L’appareil frontal ne fait d’ailleurs pas des merveilles. Avec son très bon contraste, il pourrait proposer des images correctes, mais le manque de finesse empêche malheureusement d’en profiter.

Son et communications

Le LG Q7 possède un seul et unique haut-parleur sur la tranche inférieure du téléphone. Il est correctement placé, mais manque clairement de puissance et de justesse. Il sonne étouffé et un peu métallique à la fois et ne sera pas un bon compagnon pour regarder des vidéos. En revanche, au casque, le son est vraiment excellent : le volume est puissant sans être excessif, même à fond les distorsions sont faibles, toutes les fréquences sont équilibrées et la spatialisation est très bien gérée. Avec un bon casque, il pourrait vous faire redécouvrir certains détails de vos chansons préférées.

Lors des appels, le son en réception est de bonne facture, sans distorsion et agréable à écouter. Mes interlocuteurs ont cependant noté que ma voix était un peu métallique. Rien de bien dérangeant néanmoins, d’autant que les bruits extérieurs sont bien couverts.

Une batterie correcte

Avec sa batterie de 3 000 mAh et des composants peu gourmands, le LG Q7 propose une autonomie correcte. Comptez par exemple seulement 8 % d’autonomie perdue en regardant une heure de vidéo en WiFi avec l’écran réglé à 200 cd/m². Aucun problème donc pour tenir toute une journée, d’autant que ses performances en jeu ne vous donneront certainement pas envie de lancer des applications trop gourmandes. En poussant un peu, sans trop l’utiliser, vous tiendrez peut-être deux jours.

La recharge est quant à elle un peu moins sexy. Comptez 30 minutes pour recharger 25 % et environ 2 heures pour une charge totale. C’est lent pour un appareil qui affiche la mention « Fast Charge » sur son adaptateur secteur.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le LG Q7 est d’ores et déjà disponible au prix conseillé de 349 euros. À ce prix, vous trouverez des téléphones bien plus agréables à utiliser, à commencer par le LG G6. Pour moins cher aussi d’ailleurs vous trouverez mieux.

Test LG Q7 Le verdict

design
8
Le design du Q7 ne sort pas de l'ordinaire et rappelle un peu ce qui se faisait en 2017. Il semble solide, mais marque les traces de doigts. Mention spéciale à sa certification IP68, encore assez rare sur ce segment.
écran
7
Les contrastes sont bons, les angles de vision aussi et les couleurs sont correctes, mais sa dalle réfléchissante et son manque de luminosité le rendent difficile d'utilisation en plein soleil, dommage.
logiciel
7
Le LG Q7 est à jour et l'interface du constructeur est plutôt agréable si l'on omet quelques menus défauts auxquels on peut rapidement s'accoutumer. En revanche, les applications préinstallées et les ralentissements gâchent réellement l'expérience.
performances
3
Fait tourner Candy Crush, c'est déjà bien.
caméra
4
De jolis contrastes. Le reste serait bien aussi.
autonomie
7
Autonomie correcte, tient bien la journée. Attention à la recharge un peu longue, surtout pour du "Fast Charge".
Note finale du test 5/10
Si l'on regarde uniquement les qualités intrinsèques du LG Q7, on peut lui trouver quelques point vraiment intéressants, à commencer par sa certification IP68, plus courante sur le haut de gamme, la présence de l'USB-C ou encore la dernière version en date d'Android.

Malheureusement, l'expérience est rapidement gâchée par les lenteurs du téléphone et son appareil photo décevant. Rien que cela devrait déjà mettre la puce à l'oreille, mais LG a la prétention de jouer à quelques euros près sur le marché du Honor 10, du Nokia 7 Plus et de l'Asus Zenfone 5, alors qu'il n'arrive même pas à la cheville du moins bon des trois. Pire encore, LG propose toujours dans son catalogue le LG G6 à des prix peu ou prou similaires.

À ce prix, passez votre chemin. Et même moins cher, vous trouverez certainement mieux ailleurs.
  • Points positifs
    • IP68 sur du milieu de gamme
    • USB-C (et prise jack)
    • Android à jour
    • Sortie jack de qualité
  • Points négatifs
    • Attention les traces de doigts
    • Quelques lenteurs dès le début
    • Pas assez de puissance
    • Appareil photo boff
    • Devrait coûter 150 à 200 euros