Pour inaugurer cette nouvelle page de test, nous allons essayer de vous partager notre ressenti vis-à-vis de la Omate TrueSmart sous Android. Omate ayant eu la gentillesse de nous la prêter pour quelques jours, il nous a donc été possible de découvrir et d’établir un premier avis au sujet de cette montre intelligente, et non connectée ! Effectivement, la TrueSmart est un vrai petit « wristphone », mais en a-t-il réellement les attributs ?

android prise en main test frandroid omate truesmart 00

Née d’un projet KickStarter qui avait rencontré un large succès, la montre Omate TrueSmart a suscité les louanges de la presse high-tech durant plusieurs mois, avant même qu’ils aient réellement pu voir la montre. Aujourd’hui, le mythe devient réalité et se concrétise en une montre intéressante sur bien des aspects. Vous devez vraiment vous demander comment profiter d’Android sur un si petit écran de 1,54 pouce, et pourtant, cela semble possible grâce à des optimisations ajoutées par Omate (commandes et actions rapides par gestes, interface et applications optimisés, etc.). Enfin, c’est à vérifier.

Avant d’attaquer le test, évoquons DAS. La limitation du débit d’absorption spécifique étant de 4,00 W/Kg au niveau de la main et des jambes, l’Omate TrueSmart est dans la norme, avec tout même 3,62 W/Kg de DAS. Mise à l’oreille lors d’un appel, la limitation du DAS passe alors à 2,00 W/Kg. Constat, la montre Omate TrueSmart n’est pas vraiment en marge de la loi sur ce point de vue… Ceci étant dit, la TrueSmart pourra aussi être utilisée comme montre de seconde main, mais pas en tant que montre compagnon, en couple avec votre téléphone intelligent. Il existe effectivement des applications tierces qui permettent d’apporter l’interaction entre le mobile et la montre, mais elles sont assez limitées en termes de possibilités.

 

Le packaging

À l’ouverture de la boîte, vous pourrez retrouver :

  • une montre Omate TrueSmart
  • un dock-coussin dans lequel elle est enroulée
  • une station de recharge filaire
  • une pochette avec tournevis et des vis de rechange
  • un câble micro-USB vers USB standard
  • diverses notices, dont un manuel de garantie

Omate ne fournit pas d’adapteur secteur pour la charge.

 

Fiche technique de l’Omate TrueSmart

ModèleOmate
TrueSmart
VersionAndroid 4.2.2 "Jelly Bean"
avec Omate UI 2.1
Écran1,54 pouces (TFT)
Définition240 x 240 pixels (HD)
Protection contre les chocs et les rayuresOui, Sapphire Glass
SoCMediaTek MT6572
ArchitectureARM Cortex-A7
Nombre de cœur2 (bi-cœur)
Vitesse du processeur1,3 GHz
Gravures28 nanomètres
Puce graphique (GPU)Mali-400MP
Mémoire vive (RAM)512 Mo
Mémoire interne (ROM)4 Go (avec 2,5 Go accessibles)
Support micro SD-HCNon
Camérascôté droit : 5 millions de pixels
Qualité vidéoHD 720p @30fps
Carte SIMOui, simple-SIM (mini-SIM)
Wi-FiOui :
- Wi-Fi Direct & Hotspot
- DLNA, Wi-Fi Direct & hotspot
BluetoothOui, 4.0
Réseaux- GSM : 900/1800/850/1900 MHz
- WCDMA : 1900/2100 MHz
Vitesse internet3G :
- jusqu'à 7,2 Mbps en débit descendant
- jusqu'à 5,76 Mbps en débit montant
GPS - GLONASSOui (avec Assisted-GPS) - Non
NFC (Near Field Communication)Non
CapteursAccéléromètre, Orientation, Boussole, Podomètre, Gyroscope
PortsMicro-USB (avec adaptateur)
Sortie jackNon
Tuner FM (Radio)No
Batterie600 mAh
Dimensions44 mm × 44,5 mm × 12-14 mm (sur la partie la plus épaisse)
Poids105 grammes
Indice DAS/SAR (W/kg)- poignet : 3,62 W/Kg
Coques interchangeablesNoir
Prix conseillé199 euros

 

Impressions sur le matériel

Après plusieurs jours d’utilisation, on peut dresser une première critique sur la TrueSmart, et autant vous dire que tout n’est pas rose. Pour entrer directement dans le vif du sujet, cette montre intelligente propose plusieurs avantages, mais n’est pas agréable au poignet. Comparativement à une G Watch qui fait 63 grammes, la TrueSmart en fait 105. Certes, l’usage n’est pas exactement le même, mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une montre. Du coup, nous nous attendions à ce qu’elle soit moins conséquente que cela.

android prise en main test frandroid omate truesmart 08

Non, la montre ne s’allume pas automatiquement lorsqu’on la regarde.

Vu sa grosseur et sa lourdeur, la TrueSmart ne permet pas à l’utilisateur de la porter de manière décontractée. Il fait au contraire bien serrer le bracelet pour éviter qu’il y ait trop de jeu au poignet. À moins que vous soyez allergique, le bracelet en silicone de cette TrueSmart n’est pas déplaisant, mais marque beaucoup au bras. Une fois bien mise, la montre ne gêne pas le mouvement du poignet, même si sa lourdeur réclamera un temps d’adaptation.

android prise en main test frandroid omate truesmart 09

Microphone et haut-parleur incrustés dans le bracelet, de sorte à décrocher plus facilement une fois la montre levée vers l’oreille.

En apparence, le corps en métal de la montre apporte une sensation de solidité, bien que son poids de 105 grammes joue en sa défaveur. Installé dans le cadrant, un mini écran tactile TFT de 1,54 pouce, d’une définition de 240 x 240 pixels est protégé par un Sapphire Glass. Il s’agit d’un verre dit trois fois plus dur qu’un Gorilla Glass, permettant d’accroître la résistance face aux poussières, rayures et chocs. En plus de cela, la vitre offre une bonne sensation de navigation au doigt.

android prise en main test frandroid omate truesmart 03

Boutons de navigation sur les côtés, accompagnés par un capteur photo et vidéo de 5 millions de pixels.

android prise en main test frandroid omate truesmart 02

Trappe pour accéder à l’emplacement micro-SIM.

Sur le côté droit, la montre présente deux boutons physiques, et un petit appareil photo de 5 millions de pixels. En ce qui concerne ses boutons physiques, celui placé en haut est dédié à l’allumage/mise en veille, tandis que le second apporte la fonction Retour à l’écran d’accueil. Pour ce qui est des autres actions rapides, tout s’effectue de manière logicielle. En tirant le coin gauche ou droit de l’écran, vous pourrez par exemple afficher les paramètres et sortir d’une application rapidement. À l’opposé se trouve une trappe capable d’accueillir une carte SIM pour activer la fonction Téléphone de la montre. Au dos, la TrueSmart présente quatre points d’alimentation. Ces derniers sont indispensables pour recharger la batterie de la montre à l’aide de son dock.

android prise en main test frandroid omate truesmart 05

Un kit de démontage est fourni, avec un tournevis et des vis de rechange.

android prise en main test frandroid omate truesmart 06

Le lecteur de carte SIM à nu.

Si elle avait été en plastique, elle aurait certainement été moins lourde et plus fine, mais aurait perdu tout l’intérêt de sa conception premium et aurait été beaucoup moins solide. Avec sa cuirasse de métal et son écran Sapphire Glass, la montre est capable de résister aux chocs sans aucun souci. En somme, un produit intéressant sur la partie matérielle, mais résolument massif, et adapté aux plus gros poignets.

android prise en main test omate truesmart dock recharge batterie image 0001

Le petit dock pour recharger la montre.

android prise en main test omate truesmart dock recharge batterie image 0002

La recharge se fait par micro-USB en 15-20 minutes sur le secteur ou 35-40 minutes sur un ordinateur.

Enfin, sachez que la montre Omate TrueSmart dispose de la certification IP67. Cet avantage lui permet de profiter d’une résistance à la poussière et à l’eau. L’eau peut s’infiltrer, mais les parties sensibles, comme les circuits, sont bien imperméables à l’eau.

android prise en main test frandroid omate truesmart 01

La TrueSmart boit la tasse, ou pas !

Voici comment sont répartis les différents composants sur la montre Omate TrueSmart :

android prise en main test frandroid omate truesmart 20

La totale !

 

Logiciel et optimisation

La montre tourne sous Android 4.2.2 Jelly Bean, tout à fait capable d’animer la TrueSmart puisqu’elle dispose d’un écran en 240 x 240 pixels, accoudé à un processeur bicœur à 1,3 GHz et 512 Mo de RAM. Hélas, les bugs règnent en maîtres sur cette version miniaturisée d’Android. Pour donner quelques exemples, certaines applications ont parfois tendance à s’ouvrir sans que nous l’ayons demandé, l’application Téléphone compose des numéros sans action de notre part, la montre navigue toute seule dans les menus, etc.

android interface logicielle test frandroid omate truesmart image 01

Version d’Android installée.

Avec le lanceur d’applications fourni par Omate, l’interface de la TrueSmart permet de profiter de quatre icônes sur n’importe quel bureau, incluant également les dossiers. À l’instar d’un smartphone, cette montre intelligente regroupe les applications essentielles à son bon fonctionnement avec un accès à son Répertoire pour Appeler ou Envoyer des SMS/MMS. Dans sa quête de la perfection de l’aspect social, l’équipe d’Omate a optimisé WhatsApp, Skype, WeChat, Facebook, Twitter, Instagram et Foursquare.

android interface logicielle test frandroid omate truesmart image 04

Aperçu de l’interface logicielle.

Voici quelques exemples de l’interface de cette TrueSmart qui supporte une semi-mode immersif.

android interface logicielle test frandroid omate truesmart image 02

Second aperçu de l’interface logicielle.

android interface logicielle test frandroid omate truesmart image 03

Troisième aperçu de l’interface logicielle.

En mode semi-veille, il est possible de profiter d’une horloge personnalisée avec 8 thèmes disponibles. Voici quelques captures d’écran de ceux que propose Omate. Hélas, ce mode « semi-veille » n’est actif que lorsqu’on allume l’écran. Du coup, cela prouve que la montre n’est pas autonome.

android interface logicielle test frandroid omate truesmart image 06

Quelques-uns des thèmes disponibles.

Sur la première capture d’écran ci-dessous, on constate que les touches du clavier ne laissent que peu de place au champ de saisie, et c’est valable dans l’ensemble du système et des apps. Et même en modifiant le clavier pour Fleksy, qui est censé être optimisé pour la montre, c’est exactement le même constat… Il y a également une plateforme de téléchargements d’applications, mais la recherche n’y est pas possible ! Il n’y a certes qu’une centaine d’applications, mais il serait bon d’y intégrer une option recherche.

android interface logicielle test frandroid omate truesmart image 05

Zone de saisie et market d’apps en ligne.

Vous pouvez aussi épater vos amis … enfin pas avec Flappy Birds, crédibilité zéro.

android prise en main test frandroid omate truesmart 10

Oui oui, Flappy Birds est bien jouable !

 

Appareil photo : la spywatch parfaite ?

Accompagnée par un capteur de 5 mégapixels, il ne faudra pas vous attendre à faire de magnifiques panoramas ou de superbes films de vacances. Ici, l’appareil photo installé sert uniquement à des fins de dépannage ou d’espionnage… C’est sûrement un oubli d’Omate, mais il n’y aucun indicateur sonore lorsque vous prenez une photo et il n’est pas possible de l’activer depuis les paramètres. Résultat des courses, il est bien possible de prendre des photos à l’insu de votre entourage.

IMG_20130103_151006

Ni vu ni connu !

Voici d’autres exemples pour vous faire une idée de cet appareil photo qui ne dispose pas d’autofocus.

IMG_20140702_122658 - copie

Exemple photo en extérieur.

IMG_20140702_160949

Exemple photo en extérieur.

Une démonstration de la qualité vidéo en HQ (480p) :

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

 

Autonomie : une journée sans souci !

En utilisation quotidienne, la montre Omate TrueSmart sera capable de tenir une journée complète sans problème, et parfois même deux en modérant ses usages. En veille, elle s’en sort plutôt bien avec une perte d’environ 4 % en plus de 20 heures, là où il faudra compter environ 4 à 5 heures en WiFi avec la synchronisation des données en arrière-plan (sur la même configuration). Une bonne autonomie, nous aurions aimé que cela se reflète dans la stabilité logicielle qui nécessitera encore du travail de le part d’Omate.

android interface logicielle test frandroid omate truesmart autonomie endurance batterie image 10

 

Note finale du test 5/10
Inutile de nier qu'être arrivé à proposer une montre intelligente pourvue d'autant de composants matériels relève certainement de l'exploit. Le choix d'un matériau métal est bon, et même très bon, mais cela empiète sur le design de la montre. Elle aurait pu être bien moins imposante avec un matériau plastique, mais elle aurait alors perdu sa résistance aux chocs. Utile pour les baroudeurs.

Étant un utilisateur averti d'Android depuis maintenant quatre ans, j'ai déjà pu voir Android installé sur des écrans de 2,5 pouces, mais jamais sur du 1,5 pouce. Omate a cherché à optimiser sa smartwatch, mais sûrement pas assez. À titre d'exemple, il n'y a aucun tutoriel d'initiation pour apprendre à utiliser la montre. Ensuite, il m'a fallu trois jours pour comprendre qu'il fallait tirer le coin gauche ou droit de l'écran pour accéder aux commandes rapides "Paramètres" et "Retour". Certes, c'est précisé dans le manuel, mais rares sont ceux qui passent par la case mode d'emploi.

Cette Omate TrueSmart est intéressante sur bien des aspects, et sur un point principal : elle est autonomie. Mais à notre grand regret, il est assez difficile de se familiariser avec elle. Lorsque c'est enfin le cas, nous avons plus eu l'impression de retrouver un smartphone dans une montre, mais certainement pas plus. J'entends par là que l'écosystème aurait pu être plus poussé, pour offrir une meilleure expérience utilisateur. Sur le marché d'applications proposé par Omate, il y a moins d'une centaine d'applications et Gmail n'est pas parmi elles... Ce n'est qu'un exemple, mais j'aurais par exemple préféré retrouver Gmail que Flappy Birds.

Vendue autour de 200 euros, il faudra attendre de voir si elle évolue et devient plus viable en utilisation quotidienne, ou s'orienter vers une autre solution plus aboutie. Appeler avec la TrueSmart reste une gageure à cause de son format, l'utilisation d'un clavier relève de l'exploit, bref l'usage tactile n'est pas adapté à un si petit écran. La fonction podomètre n'est pas incluse d'office, des applications de communication standard manquent à l'appel. Outre le fait que la montre ne s'adaptera pas à tous les poignets, le support d'une SIM qui fait la force de la montre se mue en une expérience peu engageante. La promesse est là, mais faute de fonctionnalités vocales avancées, on se prendrait presque à espérer repasser à une montre compagnon plus classique. A-t-on envie de l'utiliser au quotidien ? Difficile de répondre par l'affirmative.
  • Points positifs
    • Écran de bonne qualité
    • Interface fluide
    • Finition en métal
    • Fonction téléphone
  • Points négatifs
    • Lourde à porter
    • Ecosystème à perfectionner
    • Présence de bugs récurrents
    • Bracelet peu agréable

 

Où l’acheter : un peu partout dès 200 euros

Envie d’en faire l’acquisition, la montre Omate TrueSmart est disponible :