Introduction

Wiko est incontestablement l’un des plus importants constructeurs de téléphones d’entrée de gamme en France. Ses innombrables téléphones ne sont certes ni les plus beaux ni les plus puissants que l’on puisse trouver en magasin, mais ils ont le mérite de proposer bien souvent un rapport qualité-prix intéressant et un suivi logiciel relativement correct. Avec le Goa, Wiko désire aller encore plus loin. Le but est ici de proposer un smartphone Android au prix le plus bas possible sans forcément rogner sur l’aspect logiciel. Le Wiko vaut-il ses 50 euros ? La réponse est naturellement dans ce test.

wiko goa photo 21

Fiche technique :

ModèleWiko Goa
Ecran3,5 pouces
TechnologieTFT, dalle TN
Définition HVGA (320 × 480 pixels)
Résolution165 ppp
ArchitectureMediaTek MT6572
Nombre de coeurs2
Cadence1 GHz
Puce graphiqueMali 400
Mémoire RAM512 Mo de RAM
Mémoire interne4 Go (1,65 Go de disponible environ)
Support micro-SDOui (32 Go maximum)
Caméras2 mégapixels avec flash (dorsal)
1,3 mégapixels (frontal)
Carte SIMmicro SIM (version double-SIM)
Bluetooth4.0
Réseaux3G / H+
GPS - AGPSOui
Radio FMOui
NFCNon
CapteursAccéléromètre, Proximité, Gyroscope, Orientation.
Batterie1300 mAh
Dimensions119 x 62,6 x 11,3 mm
Poids105 grammes
ColorisBlanc, vert, corail, fushia, jaune, violet, noir, blanc
DAS0,687 W/kg (corps) 0,475 W/kg (tête)
Prix conseilléEnviron 50 euros

À prix plancher, composants planchers. Voilà comment on pourrait rapidement résumer la fiche technique du Wiko Goa. De fait, tout a été réduit au minimum syndical. On trouve donc un tout petit processeur dual core cadencé à 1 GHz, un écran minuscule de 3,5 pouces avec une définition et une résolution tout aussi modeste, 512 Mo de RAM (le minimum requis pour faire tourner KitKat) et une batterie de 1300 mAh. Autant dire qu’il n’y aucune entourloupe là-dedans, ce sont des composants d’un téléphone à 50 euros et ils ne sont pas particulièrement honteux.

La bonne surprise dans tout cela, c’est l’existence d’un appareil photo frontal. Il n’est en effet pas rare que sur les téléphones d’entrée de gamme, les constructeurs le suppriment pour faire des économies. Notez enfin que le Wiko Goa est un téléphone double-SIM et que Wiko a eu la bonne idée d’inclure dans la boîte des adaptateurs de cartes de SIM. Bien vu.

 

Un design grossier, mais pas laid pour autant

Les photos devraient parler d’elles-mêmes, le Wiko Goa n’est pas ce que l’on peut appeler un canon de beauté. Il est petit, très léger (105 grammes), trapu (11,3 mm d’épaisseur, rappelons-le !), dispose d’une coque en plastique au toucher typique des appareils d’entrée de gamme et possède des bordures d’écran épaisses. Pas de doute au déballage, on a bien affaire à un téléphone à 50 euros et le prix correspond bien à l’effort de design. De toute façon, il est évident qu’à ce prix, le design n’est un critère d’achat prédominant.

wiko goa photo 19

Puisqu’on parle du look du téléphone, il y a assez peu de choses à remarquer. Le bouton d’allumage se trouve sur le haut du téléphone tandis que le réglage du volume se trouve sur la tranche gauche. Les boutons – là encore intégralement en plastique – dépassent légèrement de l’appareil et se révèlent assez pratiques à utiliser au quotidien. Le port USB et le port jack se trouvent également en haut du téléphone. Sur la façade, rien à signaler non plus, on retrouve le logo Wiko à côté de la caméra frontale et du haut-parleur.

wiko goa photo 11
wiko goa photo 15

Il n’empêche, les finitions du Wiko Goa laissent un peu à désirer. La coque arrière sonne creux par exemple et on vous déconseillera vivement de l’enlever lorsque le téléphone est allumé. Pour en avoir fait l’expérience, il arrive souvent lorsqu’on enlève la coque de faire tomber dans le même temps la batterie amovible. Sous cette coque se cache toutefois un port double SIM et un port carte SD. C’est toujours ça de pris.

wiko goa photo 16

 

wiko goa photo 17

Wiko fournit les adaptateurs de carte SIM avec le Wiko Goa.

Il est difficile de dire que le Wiko Goa est un téléphone laid. Disons pour faire simple qu’il correspond parfaitement à l’idée que l’on peut se faire d’un téléphone à 50 euros. Wiko n’a clairement pas passé des centaines d’heures à travailler le design de son téléphone, mais il n’a pas commercialisé non plus un produit hideux.

wiko goa photo 14

 

Un très mauvais écran

L’écran des téléphones d’entrée de gamme est très souvent leur plus gros point faible. Et le Wiko Goa n’échappe pas à la règle. Il s’agit, rappelons-le d’un écran d’une diagonale de 3,5 pouces d’une définition de 320 × 480 pixels pour une résolution de 165 ppp. Et croyez-moi, j’ai déjà vu beaucoup de mauvais écran dans ma courte carrière de testeur de téléphone, mais celui-ci a atteint un palier que je n’avais jamais rencontré auparavant.

N’y allons pas par quatre chemins, il s’agit très probablement d’un écran TFT sur une dalle TN. Et comme toutes les mauvaises dalles TN, il est nécessaire de mettre la luminosité du téléphone au maximum pour commencer à voir quelque chose sans mettre le nez sur le téléphone. Également, comme sur toutes les mauvaises dalles TN, les angles de visions sont catastrophiques. Et par catastrophique, je veux dire que pencher le téléphone de quelques degrés le rend tout simplement illisible. Faut-il le préciser ? L’écran est inutilisable en plein air et affiche de superbes fuites de lumière sur sa partie haute. Le bon point dans tout ça, c’est que le Wiko Goa est l’un des téléphones les plus sécurisés en termes de vie privée : je suis quasiment certain qu’il est impossible qu’un seul voisin de transport en commun puisse lire quoi que ce soit sur le téléphone. Bref, à moins d’être systématiquement en face de l’écran pour lire ce qui est affiché, on ne voit jamais rien. Et je ne vous parle pas des gros pixels que l’on voit sur les icônes du téléphone…

wiko goa photo 18

Le Wiko Goa dispose d’une dalle TN : l’écran devient illisible lorsqu’il est penché et affiche des fuites de lumière.

Et au quotidien ? Autant vous prévenir, à l’heure où la majorité des smartphones font plus de 4,5 pouces, revenir à une diagonale de 3,5 pouces est difficile. Les textes des pages web sont souvent petits et certaines applications sont plus difficiles à utiliser. Il est à ce titre beaucoup plus simple de consulter Google Maps sur un grand écran que sur celui du Wiko Goa. On sera également assez dubitatif quant à la qualité de dalle tactile. Passe encore quand on utilise le téléphone avec un seul doigt, où tout se passe bien. En revanche, lorsque l’on veut utiliser deux doigts sur certaines applications (pour faire tourner la carte de Google Maps par exemple, ou tout simplement écrire au clavier virtuel), le téléphone semble avoir toutes la peine du monde à reconnaître où se trouvent les deux points. Je pense que ce défaut ne provient pas tant de l’aspect logiciel que d’une (très) mauvaise dalle tactile.

wiko goa navigation internet

Un exemple de navigation sur des pages web classique. On ne voit pas grand-chose.

 

Un smartphone sous Android KitKat à 50 euros

Le Wiko Goa est installé sous Android KitKat en version 4.4.2. Et c’est sûrement sa plus grande force puisqu’avant lui il n’existait aucun téléphone sous KitKat à moins de 90 euros environ. Comme d’habitude avec Wiko il s’agit d’une version stock d’Android et il n’y a pratiquement aucune application supplémentaire installée. En revanche Wiko a légèrement amélioré le menu des paramètres d’Android. On peut ainsi afficher le pourcentage de batterie dans la barre des tâches, créer des profils audio personnalisés ou encore programmer des heures d’allumage automatique du téléphone. Du très classique pour qui connaît déjà un peu les téléphones Wiko.

wiko goa interface

Le Wiko Goa ne dispose que de 4 Go d’espace de stockage par défaut, qui se réduit à moins de 2 Go dans la réalité. Wiko a heureusement intégré un slot de carte micro-SD dans son appareil, qui s’avère obligatoire pour peu que l’on désire télécharger des applications ou tout simplement écouter de la musique.

 

Des performances plus qu’honorables pour un téléphone de cet acabit

Pour le processeur du Goa, Wiko a intégré un processeur très peu puissant. Il s’agit d’un MediaTek MT6572 double cœur cadencé à 1 GHz. Un processeur que Wiko a certainement bridé (MediaTek le référence en effet à 1,2 GHz sur son site web) dans le but d’économiser la batterie. C’est sûrement l’un des processeurs les moins puissants que l’on ait pu tester cette année puisque AnTuTu affiche un score avoisinant les 10 600. C’est toutefois mieux que le Cygnus Mini, par exemple que nous avons testé il y a quelques semaines.

wiko goa performances

Au quotidien, il s’avère tout juste suffisant pour des applications peu gourmandes et pour naviguer au sein de son téléphone sans trop de problèmes. À condition de ne pas lancer 50 applications en même temps, les ralentissements sont assez rares et la grande majorité des applications de Google fonctionne sans broncher, y compris Google Maps. Si nous ne nous sommes pas amusés à lancer Real Racing 3 ou Dead Trigger 2, les petits jeux tournent assez bien sur le téléphone. Il est tout à fait possible de jouer à Jetpack Joyride sans que le Goa ne plante. Évidemment, il y a quelques saccades de temps à autre, mais rien qui ne vient franchement gâcher l’expérience.

Et au final la fluidité du Wiko Goa est tout à fait satisfaisante pour un téléphone de ce gabarit. Alors que l’on pouvait s’attendre au pire, le Wiko Goa est parfaitement fonctionnel et peut à ce titre parfaitement répondre au rôle de téléphone d’appoint sans avoir à subir les foudres de son propriétaire sur sa soi-disant lenteur. De ce point de vue, pari réussi pour Wiko.

Une qualité d’appels médiocre

Comme nous le précisions lors de la fiche technique, le Wiko Goa est un téléphone double SIM. Un gestionnaire de cartes est disponible dans les options du téléphone et permet de sélectionner la carte SIM à utiliser en priorité, leur attribuer des sonneries spécifiques, de choisir son réseau favori, etc., etc. Notez également que les ports cartes SIM sont destinés à recevoir des cartes SIM classiques et non des micro-SIM ou des nano-SIM comme on le voit maintenant sur la grande majorité de smartphones.

Les appels ne sont de qualité très médiocre. Le son est caverneux, lointain et rappellera certainement de bons souvenirs à ceux qui disposaient de téléphones à cadran à la fin des années 90. Bref, le haut-parleur du téléphone est de mauvaise qualité. Il est suffisant pour entendre les personnes de l’autre côté du téléphone, mais s’avère choquant quand on a utilisé un téléphone doté d’un haut-parleur digne de ce nom.

wiko goa communication

Le Wiko Goa est un téléphone 3G uniquement. Nous n’avons rencontré aucun problème d’accroche réseau et il n’a jamais eu aucun problème à reconnaître et supporter la H+. Rien à signaler non plus du côté de l’aspect GPS, puisqu’à froid il a fallu moins d’une minute à GPS Data avant de fixer notre position en plein Paris.

 

Un capteur photo de mauvaise qualité

On le disait lors de l’examen de la fiche technique, le Goa possède deux appareils photo, l’un en façade (avec un capteur de 1,3 MP) et l’autre sur le dos, avec un capteur de 2 MP et épaulé par un flash. Pas de bonnes surprises à attendre du côté des clichés, c’est tout simplement mauvais. Clichés flous, sans grains ni précision, mauvaise gestion de la lumière, même avec le HDR activé, la liste des griefs est longue. Encore une fois, il ne fait pas s’attendre à avoir un photophone pour 50 euros. Ces deux appareils pourront toutefois servir de webcam d’appoint ou à prendre des photos à but purement pratique.

photo wiko goa 1
photo wiko goa 2
photo wiko goa 3

 

Une autonomie décevante

Avec sa batterie de 1300 mAh, son écran au rabais et son processeur bridé, on aurait pu s’attendre à ce que l’autonomie du téléphone soit juste correcte. Sur notre exemplaire de test, elle s’est en tout cas avérée très décevante. À titre d’exemple, j’ai utilisé le téléphone une après-midi entière à allumer et éteindre le téléphone pour les besoins de ce test juste en étant connecté en Wi-Fi et sans carte SIM insérée. La batterie du téléphone a alors perdu en 4 heures plus de 35 %. Certes, la luminosité était poussée au maximum (et pour cause), mais cela n’excuse pas une autonomie aussi désastreuse.

Des mauvaises impressions confirmées par ailleurs par le test vidéo (une heure passée sur Youtube avec une vidéo en full HD et le son au maximum) puisqu’il ne restait alors plus que 73 % de batterie à son issu. Obligation d’avoir un chargeur sur soi, donc.

Test Wiko Goa Le verdict

design
6
Il y au moins une chose qu’on ne peut pas reprocher au Goa : il n’est pas laid. Ce qui ne signifie pas pour autant que c’est un exemple de beauté. Il reste pratique et léger à utiliser, malgré un certain embonpoint.
performances
7
Pour 50 euros, les performances du Wiko Goa sont tout à fait acceptables, voire même bonnes. Certes, vous ne ferez jamais tourner Real Racing 3 mais des applications de base comme Google Maps ou de l’écoute de podcasts fonctionnent parfaitement.
logiciel
8
Rien à redire concernant l’aspect logiciel, il s’agit d’Android 4.4.2 KitKat en version stock ou presque. Wiko a légèrement modifié quelques éléments des paramètres d’Android, mais pour le mieux (affichage du pourcentage de batterie, possibilité d’allumer automatiquement son téléphone à certaines heures).
écran
2
Il est petit, laid, délavé et ses angles de visions sont atroces. L’écran est indéniablement le plus gros point faible du Wiko Goa.
autonomie
4
L’autonomie du Goa est tout simplement décevante. La faute à une batterie très modeste et surtout à l’obligation de conserver la luminosité du téléphone au maximum pour voir quelque chose.
caméra
4
Avec son capteur de 2 MP, on ne s’attendait pas à des miracles de la part du Goa. Et il n’y en a pas eu. L’aspect photo de l’appareil est très médiocre et servira tout juste à prendre des photos pratiques.
Note finale du test 6/10
Le Wiko Goa est-il une bonne affaire ? La réponse est indéniablement oui à condition de ne pas avoir de grandes espérances en termes de puissance, de design et de photo. De fait, le Goa se révèle un excellent smartphone d’appoint ou un smartphone au bon rapport qualité-prix pour ceux qui ne veulent pas dépenser beaucoup d’argent dans un tel appareil.

En pratique, le pari de Wiko est réussi. On tient là un téléphone à 50 euros qui fonctionne très bien en l’état. La navigation est fluide, la dernière version d’Android est installée sur le téléphone et il est possible d’installer un certain nombre d’applications à condition de ne pas vouloir faire tourner de gros jeux en 3D. C’est un téléphone tout à fait recommandable pour qui à besoin urgent de smartphone mais se voit privé de son appareil habituel.

Mais soyons clairs, je doute qu’un tel téléphone puisse veiller correctement lors d’un usage intensif quotidien. Entre une batterie très faible, une mémoire vive très limitée, un processeur bridé et des finitions très moyennes, il y a de bonnes chances que le Goa se mette à tousser avec les mois. Et on aborde à peine l’écran qui est l’un des pires affichages que l’on ait pu voir cette année.

Le Wiko Goa est un téléphone à 50 euros qui fait ce qu’on lui demande : il fait très bien office de téléphone, il est capable de faire tourner des applications sans trop broncher et il permet de naviguer sur Internet de façon fluide. Le reste importe finalement peu à ce prix.
  • Points positifs
    • 50 euros, on a rarement vu moins cher
    • Une navigation fluide
    • Android KitKat
    • Double SIM
  • Points négatifs
    • Un écran qui fait pleurer du sang
    • Dalle tactile très perfectible
    • Autonomie médiocre
    • Appareil photo très pauvre
    • Une durée de vie discutable ?