Introduction

Review of: Nexus Player

Reviewed by:
Rating:
4
On 15 avril 2015
Last modified:20 avril 2015

Summary:

La télévision est une catégorie de produits compliquée, nous faisons un million de choses différentes, et nous le faisons en un million de façons différentes. Google a besoin de construire un logiciel qui est à la fois puissant et simple, personnalisable et intuitif, qui peut travailler pour n’importe qui dans n'importe quelle situation.

La Nexus Player est un premier produit, plus ou moins réussi, mais qui est une plateforme solide pour les développeurs. Je les encourage d’ailleurs à sauter le pas, mais pas seulement eux : les opérateurs, fournisseurs d’accès, les éditeurs et les médias. C’est le moment. Quant aux early adopters, vous trouverez votre bonheur avec cette Nexus Player. Personnellement, je l'ai adoptée, en utilisation multimédia - elle a remplacé mon Chromecast. Oui, c'est un Chromecast couteux, en effet.

Freebox Mini 4K, Nvidia Shield, ADT-1… tous ces produits fonctionnent sous Android TV. Il y a également la Nexus Player, une box fabriquée par Asus pour Google. Disponible depuis peu en France sur le Google Play à 99 euros, nous avons mis la main dessus. C’est également l’occasion de re-tester Android TV.

c_Nexus-Player-Android-TV-DSC08326

Personne ne sait vraiment ce qu’est une set-top box. En tout cas en France. Dans notre pays hexagonal, nous avons nos box opérateurs, des box vieillissantes qui n’ont jamais réussi à créer des écosystèmes complets. Elles sont trop contrôlées et fermées. Par exemple, Netflix. C’est au bon vouloir des opérateurs. Free refuse de proposer Netflix, les utilisateurs doivent se débrouiller seuls.

Heureusement, les utilisateurs se débrouillent. On peut brancher son PC, sa tablette. Utiliser Chromecast avec un smartphone. Utiliser sa Playstation 4 et sa Xbox One. Avec ça, vous avez bien plus de choix. Plex par exemple, une application qui a fait l’objet d’un dossier complet sur FrAndroid.

Certes, Free et Bouygues Telecom ont annoncé de l’Android TV. Mais d’un côté Free a bridé sa Freebox Mini 4K, et en a profité pour la livrer avec de nombreux bugs. De l’autre, Bouygues Telecom est encore bloqué sous Jelly Bean (Android 4.2.2) avec sa Miami Box, avec une interface vieillissante. Enfin, ne parlons pas de SFR Numericable, ou encore moins d’Orange qui nous promet « une nouvelle Livebox » en 2016. J’imagine l’état de l’offre en 2016 quand la nouvelle Livebox « maison » débarquera, Orange risque de s’en mordre les doigts.

Le constat est là : en attendant que les opérateurs réagissent, il va falloir se débrouiller seul pour avoir le choix et surtout avoir accès à des programmes de qualité et un éco-système complet. Selon moi, la solution vient de Google.

Google avait raté sa première tentative : Google TV. La copie a été revue et corrigée avec Android TV, un système dévoilé en juin dernier lors de la Google I/O. C’est assez simple à comprendre : Google veut s’insérer dans les 2h19 par jour que chaque français passe devant la TV (hors jeux). Et encore, c’est sans compter le samedi et le dimanche : presque 3h par jour (ce sont les chiffres de l’Insee).

Aujourd’hui, mon Chromecast qui m’a coûté 30 euros, est mon principal « media center », avec Netflix, Spotify, Plex, Pluzz, YouTube (ou encore une autre solution dont je tairais le nom) pleinement compatibles avec ce dongle HDMI.

Mais voilà, j’ai profité d’un voyage au Canada pour ramener une Nexus Player sous Android TV, payée environ 90 dollars canadiens – un peu moins de 80 euros. Une petite machine fabriquée par Asus.

c_Nexus-Player-Android-TV-DSC08309

Nexus Player, un petit boitier rond

C’est un boitier rond, assez petit et design, de la taille d’une boite de camembert environ. La connectique est simple, on ne retrouve que du HDMI, un port microUSB et une prise secteur.

c_Nexus-Player-Android-TV-DSC08319

A l’intérieur, on retrouve de l’Intel Atom quadruple-coeur cadencé à 1,8 GHz avec une puce graphique Imagination PowerVR Series 6, mais aussi 1 Go de RAM et 8 Go d’espace de stockage interne (5 Go sont disponibles). Effectivement, c’est peu, même si cet espace est uniquement utile pour stocker des jeux sur cette machine.

c_Nexus-Player-Android-TV-DSC08305

Il manque un port USB (il faut utiliser un adaptateur microUSB, quelques euros sur Internet) et un slot SD. Ce dernier slot n’est pas indispensable, mais peut s’avérer fort pratique. Il manque aussi une sortie optique, très utile pour brancher du matériel audio de qualité (que l’on peut brancher directement à la TV aussi, comme je l’ai fait). Vous l’aurez remarqué, point de port Ethernet également, ce n’est pas un défaut selon moi, néanmoins il faut une qualité de réception WiFi suffisante pour pouvoir steamer des flux FullHD 1080p.

c_Nexus-Player-Android-TV-DSC08315

L’énorme Livebox, elle fait moins de choses que la petite Nexus Player

Point de manette de jeu incluse, on retrouve une télécommande en plastique connectée via Bluetooth. Je n’ai pas craqué pour la manette, elle est onéreuse et ne m’a pas été recommandée. On peut néanmoins utiliser d’autres manettes avec un meilleur rapport qualité/prix (Mad Catz Micro C.T.R.L.r par exemple, 40 euros).

c_Nexus-Player-Android-TV-DSC08314
c_Nexus-Player-Android-TV-DSC08312

Revenons à la télécommande, simple et efficace, elle intègre un microphone pour lancer des commandes vocales, très utiles pour les recherches. Enfin, le Bluetooth vous permet – a contrario de l’IR – de pouvoir cacher votre Nexus Player dans votre magnifique meuble TV (Ikea, bien sûr).

 

L’expérience Android TV

Tout est construit autour de Lollipop avec des menus et des interfaces dédiés. C’est efficace, on navigue avec les touches directionnelles de la télécommande. C’est intuitif et simple à prendre en main. Même pour les développeurs, j’ai échangé avec plusieurs développeurs Android qui ont rapidement porté des interfaces Android classiques.

c_screen3

L’écran d’accueil diffère complètement de ce que vous connaissez d’Android, point de notifications, pas de widgets, pas de navigateurs ou encore de Gmail. Néanmoins, je me suis amusé à installer le launcher de Lollipop AOSP, et ça fonctionne, ce qui prouve bien que c’est de l’Android derrière.

c_screen4

L’interface se compose de plusieurs lignes d’éléments. La première comporte des recommandations de programmes, vidéos, contenus… en fonction de vos applications. Ces éléments s’affichent sous forme de cartes, à l’image de Google Now. La seconde ligne intègre les applications installées, avec le Google Play Store.

Vous avez ensuite les différents éléments de personnalisation et de réglage. Tous les menus sont simplifiés, avec moins d’options et de contenus. Sans oublier, le menu développeur et le mini-jeu planqués derrière l’écran Lollipop.

Le Google Play Store est également simplifié, même trop. On retrouve les lignes d’applications classées par catégories d’apps mais aussi de jeux. Android TV met en exergue les jeux, un élément central du système. D’ailleurs, le Play Store liste les jeux que l’on peut utiliser avec la simple télécommande, mais aussi avec une manette de jeu. Environ 90% des jeux nécessitent une manette, pour information. Si vous avez acheté un jeu sur votre smartphone, vous n’avez pas à le racheter. Bon point.

c_screen5

On peut également télécharger une application pour pouvoir contrôler le système depuis son smartphone ou sa tablette Android. J’ai également noté la présence d’un clavier virtuelle, mais il n’est pas pratique à prendre en main. Mieux vaut utiliser le clavier de votre smartphone.

Android TV, c’est également du Google Cast. Imaginez juste un Chromecast planqué dans votre Android TV, vous pouvez caster ce que vous voulez sur la Nexus Player. En pratique, je trouve que les performances sont moins bonnes (bizarrement) que le Chromecast, les vidéos démarrent plus lentement (par exemple) et j’ai eu plus d’erreurs. J’imagine que ce sont des problèmes de stabilité inhérents à la jeunesse du système.

c_screen

Le Google Play Store est pour le moment assez pauvre, une dizaine d’applications multimédia, une quarantaine de jeux, à première vue. Oui, à première vue, car les applications et jeux sont en réalité cachés. Il faut effectuer des recherches spécifiques pour tomber sur quelques surprises. MX Player, par exemple.

c_screen9

Pour les autres applications qui ne sont dans le Play Store, il est possible d’installer des .APK à la main, en les poussant par ADB (il suffit d’activer les options développeurs et de brancher la Nexus Player à son PC). Malheureusement, la navigation n’est pas fonctionnelle sur la plupart des applications, j’ai néanmoins réussi à faire fonctionner PopC******. Et ça fonctionne bien.

Il manque une grosse partie, c’est la TV. Sur la Freebox Mini 4K, on retrouve les applications Free pour accéder aux services VOD mais aussi aux chaînes TV (avec fonction d’enregistrement) ainsi qu’un Tuner. Sur la Nexus Player, ce n’est pas le cas.

Peut-on alors regarder la télévision ? Oui et non. En théorie, les chaines TV de votre FAI sont disponibles en IPTV. En théorie , ouI. En pratique, tout est assez contrôlé pour diverses raisons. Chez Orange par exemple, j’ai réussi à installer Orange TV (disponible sur le Play Store), mais la diffusion ne fonctionne pas car je ne suis pas sur « un écran de smartphone ou de tablette ». C’est fou. Mais… rien n’est perdu. Avec l’aide d’un développeur Android, nous avons développé très rapidement une application Android TV qui reprend les flux TV mobiles d’un FAI français. L’application intègre les lignes de conduite « design » d’Android TV, et les chaines fonctionnent avec le programme TV en bonus. Elle fonctionne parfaitement, en HD.

Sly9sgNWdMrmgZnFT9uR71Ih33RMFxVLqe2UBn8sCpk

A termes, je suis persuadé que tous les opérateurs et fournisseurs d’accès n’auront pas le choix : ils auront tous une application Android TV avec leurs services. Vous n’aurez plus besoin de payer une box propriétaire pour pouvoir recevoir correctement vos chaines TV.

Au bout de quelques jours d’utilisation, fort est de constater que le système est encore bogué, il manque d’options et de fonctionnalités. Néanmoins, gardons à l’esprit que Android TV est jeune, et que l’expérience utilisateur ne devrait que s’améliorer.

Alors, que penser de cette Nexus Player ?

Note finale 8/10
La télévision est une catégorie de produits compliquée, nous faisons un million de choses différentes, et nous le faisons en un million de façons différentes. Google a besoin de construire un logiciel qui est à la fois puissant et simple, personnalisable et intuitif, qui peut travailler pour n’importe qui dans n'importe quelle situation.

La Nexus Player est un premier produit, plus ou moins réussi, mais qui est une plateforme solide pour les développeurs. Je les encourage d’ailleurs à sauter le pas, mais pas seulement eux : les opérateurs, fournisseurs d’accès, les éditeurs et les médias. C’est le moment. Quant aux early adopters, vous trouverez votre bonheur avec cette Nexus Player. Personnellement, je l'ai adoptée, en utilisation multimédia - elle a remplacé mon Chromecast. Oui, c'est un Chromecast couteux, en effet.
  • Points positifs
    • Taille et design
    • Android 5.0 Lollipop
  • Points négatifs
    • Connectique très légère
    • Prix de la manette de jeu (50 euros)
    • Encore peu d'applications 100% Android TV

Le Nexus Player est disponible sur le Play Store mais aussi sur Amazon.