Test de la SteelSeries Aerox 3 Wireless : légère et convaincante

Souris, gruyère, la boucle est bouclée

 

Introduction

Alors que tous les constructeurs se sont mis à proposer des souris ultralégères, SteelSeries n'avait pas encore sauté le pas. C'est aujourd'hui chose faite avec la nouvelle SteelSeries Aerox 3 Wireless et ses 66 grammes.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

On le sait, les souris ultralégères ont le vent en poupe ces derniers mois et tous les constructeurs finissent par s’y mettre. SteelSeries ne déroge pas à la règle et vient tout juste de sortir la gamme Aerox composée pour l’instant uniquement de la souris Aerox 3 Wireless que nous vous proposons en test aujourd’hui.

Proposée pour un peu plus d’une centaine d’euros au moment de sa sortie, la souris gamer SteelSeries Aerox 3 Wireless reprend la forme de la Rival 3 avec une coque percée de trous lui permettant de gagner quelques précieux grammes sur la balance. Avec seulement 66 grammes sur la balance, elle entend bien se faire une place sur le marché désormais très riche des souris légères.

Une Rival 3 avec des trous, c’est tout

Pourquoi réinventer la roue à chaque itération ? C’est en substance ce qui nous vient en tête lorsque l’on sort l’Aerox 3 Wireless de sa boite. SteelSeries a en effet repris la coque de sa Rival 3, qui elle-même était basée sur celle de la Rival 110 et qui a ensuite été utilisée pour la Rival 3 Wireless. Vous suivez ?

SteelSeries Aerox 3 Wireless

La forme est identique à celle de la Rival 3 Wireless // Source : Edouard Patout pour Frandroid

On profite ainsi d’une souris au châssis symétrique et compact. Assez étroite, elle se positionne toujours aussi bien au creux de la main et pourra être utilisée par les adeptes de tous les types de prise en main. Elle est ici encore malheureusement cantonnée à une utilisation de la main droite puisque les boutons d’actions supplémentaires ne sont présents que sur sa tranche gauche.

La principale différence avec les modèles précédents est donc l’arrivée d’une coque percée sur la partie supérieure (ainsi qu’en dessous, mais nous y reviendrons). Cette conception, déjà vue chez tous les autres concurrents, permet un gain plus ou moins substantiel au niveau du poids qui ne dépasse pas les 66 grammes sur ce modèle.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

La coque percée laisse entrevoir les entrailles de la souris // Source : Edouard Patout pour Frandroid

L’Aerox 3 Wireless est, comme ses grandes sœurs, entièrement construite en plastique dur de bonne facture. Si l’on ne profite pas de revêtement doux sur les côtés, on aura au moins l’avantage de profiter d’une souris qui durera plus sereinement dans le temps. Sa prise en main toujours agréable n’est d’ailleurs pas entachée par la présence de tous ces trous qui se font vite oublier.

Les deux boutons principaux sont là encore séparés du reste du châssis afin de garantir leur réactivité. Les clics sont particulièrement fermes et réactifs et devraient ainsi offrir une très bonne expérience en jeu. Ce commentaire s’applique également à la molette dont le clic est tout aussi ferme bien qu’on aurait aimé que ses crans soient mieux marqués. Il n’y a en revanche rien à dire sur le revêtement de cette dernière qui offre un bon grip.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

Deux boutons supplémentaires sont présents (uniquement) sur la tranche gauche // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Le bouton central, positionné derrière la souris, permet comme souvent de basculer entre les profils de sensibilité. Ce comportement étant évidemment modifiable au sein du pilote SteelSeries Engine. Les deux boutons latéraux évoqués précédemment proposent un clic similaire aux clics principaux avec un toucher assez dur et bien affirmé. On regrette là encore leur petite taille qui les rend moins accessibles que sur certains modèles concurrents.

Bien que SteelSeries joue la carte de la légèreté, la marque a tout de même décidé d’équiper sa souris d’un éclairage RGB, quitte à augmenter de quelques grammes le poids de l’Aerox 3 Wireless. On disposera ici d’une zone lumineuse étalée sur la surface intérieure de la souris. L’ensemble se diffuse à la base du châssis grâce à un cerclage translucide et est évidemment visible sur le dessus du châssis percé.

Le dessous perforé de la souris accueille ici 4 patins assez fins ainsi qu’un commutateur à 3 positions similaire à ce que propose la marque sur la Rival 3 Wireless. On peut ainsi utiliser la souris en filaire, en Bluetooth ainsi qu’en sans-fil 2,4 GHz pour le jeu. La connexion filaire est ici assurée par un câble USB type C tressé léger et similaire à ce que l’on retrouve habituellement sur les souris légères.

Comme souvent, SteelSeries fournit un petit adaptateur avec son dongle USB type-C. Celui-ci permet d’une part de le connecter sur un port USB-A classique à l’aide du câble, mais également de rapprocher l’ensemble de la souris pour éviter d’éventuelles perturbations du signal.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

La connexion est assurée par un dongle USC type-C // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Enfin, petite originalité loin d’être anodine : la souris Aerox 3 Wireless est certifiée IP54, ce qui lui permet de résister à la sueur ainsi qu’aux poussières et autres éléments pouvant se glisser à l’intérieur de son châssis.

La souris SteelSeries Aerox 3 Wireless est donc globalement convaincante sur le plan du design et de l’ergonomie. La marque danoise ne prend pas vraiment de risques puisqu’elle a simplement pris la même base que ses modèles précédents en gagnant quelques grammes grâce à cette coque perforée.

Des fonctionnalités classiques et déjà vues

Le pilote SteelSeries Engine a donc été mis à jour pour prendre en charge ces nouvelles souris. Là encore, la marque se repose sur ses acquis et ne propose rien de neuf depuis notre dernier contact avec cette solution logicielle lors du test de la Rival 3.

On retrouve tout d’abord toutes les options liées à l’attribution des touches de la souris. Fonctions de souris, touches de claviers, macros, tout est personnalisable finement selon les besoins de chacun. Cette même interface permet également de personnaliser l’éclairage RGB avec différents effets lumineux sur 3 zones distinctes.

Pilote SteelSeries Engine

À droite, toutes les options liées aux performances du mulot sont directement accessibles. La sensibilité peut être définie sur 5 niveaux différents avec des incrémentations de 100 DPI. On peut monter jusqu’à 18 000 DPI, si tant est qu’il y ait une utilité réelle pour une sensibilité aussi élevée…

Outre les autres options de performances moins importantes, et souris sans-fil oblige, l’application nous laisse la possibilité de personnaliser les options liées à l’alimentation. Ainsi, on peut définir un délai avant la mise en veille de la souris. Un autre réglage permet quant à lui de définir le délai avant extinction de l’éclairage lorsque la souris n’est pas utilisée avec en plus la possibilité d’activer le « Mode illumination intelligent » qui éteint l’éclairage quand la souris est en mouvement.

On apprécie également la présence d’un mode « Haute efficacité » qui prolonge l’autonomie de la souris en réduisant ses performances. Une option pouvant se révéler intéressante en usage bureautique et qui est d’ailleurs activée automatiquement lors de la souris est connectée en Bluetooth.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

Plusieurs options d’économie d’énergie sont disponibles en sans-fil // Source : Edouard Patout pour Frandroid

On regrette par contre le choix fait par SteelSeries en ce qui concerne le « réveil » de la souris une fois en veille. Chez les autres constructeurs, il suffit de déplacer la souris pour qu’elle sorte de sa veille. Sur ce modèle, il faut obligatoirement appuyer sur un des boutons pour que la souris se réveille. Un comportement qui se révèle assez frustrant à l’usage.

Enfin, et comme toujours, tous les réglages précédemment cités peuvent être enregistrés dans des profils que l’on viendra associer à nos jeux et applications. L’idée est ainsi de profiter de réglages spécifiques pour chaque usage sans avoir à se soucier de la bascule entre ces différents profils qui sera de fait automatique.

Sans surprises, une souris performante

Pour être tout à fait transparents avec vous, nous avons reçu 2 exemplaires de l’Aerox 3 Wireless. En effet, la première que nous avons reçue souffrait de 2 défauts majeurs : d’une part, il était impossible de la faire fonctionner en sans-fil 2,4 GHz, d’autre part, les patins en PTFE semblaient également défectueux et le dessous du châssis avait tendance à frotter sur notre tapis.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

Notre premier exemplaire était malheureusement défectueux // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Après quelques investigations sur Reddit, il apparait que les problèmes de connexion ont l’air assez fréquents. SteelSeries a déjà proposé une mise à jour du dongle, mais cela n’a pas corrigé le souci sur notre exemplaire. Affaire à suivre donc, nous ne manquerons pas de mettre à jour l’article si de nouvelles informations nous parviennent. La seconde souris reçue ne présente quant à elle aucun des défauts précédemment cités.

La réception de la souris a coïncidé parfaitement avec la sortie du nouveau Call Of Duty. C’était donc l’occasion rêvée pour la mettre à l’épreuve. Autant le dire tout de suite, les performances sont au rendez-vous et c’est une constante qui se vérifie maintenant avec l’écrasante majorité des souris gaming du marché.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

Une prise en main convaincante // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Le capteur TrueMove Air offre un tracking de qualité et encaisse sans broncher les accélérations brusques, tout en assurant une précision à toute épreuve. Utilisé à une faible sensibilité de 800 DPI, il ne montre aucun signe de faiblesse et nous n’avons constaté aucun décrochage. Une expérience qui rend la souris aussi bien à l’aise en jeu qu’en utilisation plus « posée ».

De la même façon, la connexion sans-fil fonctionne parfaitement avec le dongle fourni. Difficile de faire la différence avec une connexion filaire au niveau du temps de réponse. Le dongle a été positionné assez proche de la souris et aucune coupure n’est à déplorer après environ une semaine de test.

SteelSeries Aerox 3 Wireless

Le capteur TrueMove Air offre des performances exemplaires // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Du côté de l’autonomie, SteelSeries annonce pas moins de 200 heures dans des conditions optimales (en Bluetooth) et environ 80 heures en 2,4 GHz. Nous n’avons évidemment pas pu vérifier ces valeurs précisément. Toujours est-il qu’après 2 jours d’utilisation intensive en 2,4 GHz, la batterie est toujours indiquée comme étant pleinement chargée. Petit bonus : la souris dispose d’une charge « rapide » permettant de regagner environ 20 % de batterie en seulement 15 minutes.

Enfin, et malgré les problèmes avec le premier exemplaire que nous avons reçu, la souris se montre particulièrement agile sur notre tapis. Son poids de seulement 66 grammes associé aux patins en PTFE permet une glisse vraiment agréable et rend la souris particulièrement efficace sur les titres les plus exigeants.

Prix et disponibilités de la souris SteelSeries Aerox 3 Wireless

La souris SteelSeries Aerox 3 Wireless est disponible au prix conseillé de 109,99 euros.

Note finale du test
8 /10
Nous avions aimé la Rival 3, nous aimons cette Aerox 3 Wireless puisqu'il s'agit tout simplement de la même souris, en sans-fil et plus légère.

On profite d'une forme confortable, d'un design simple et efficace et d'excellentes performances avec en plus une autonomie intéressante. On apprécie également la triple connectivité, toujours agréable au quotidien et permettant d'utiliser la souris de nombreux appareils.

En revanche, à 110 euros, la SteelSeries Aerox 3 Wireless est loin d'être une souris accessible. C'est presque le double du prix de la Rival 3 Wireless, qui propose exactement les mêmes performances et fonctionnalités, mais fonctionnant à piles et pesant donc 30 grammes de plus.
Points positifs
  • Design toujours convaincant
  • Matériaux durables
  • Bonnes performances
  • Autonomie appréciable
  • Triple connectivité
  • Poids plume
Points négatifs
  • Tarif élevée
  • Quelques problèmes techniques sur certains exemplaires
  • Un peu trop petite pour certaines mains

Les derniers articles