Test de la SteelSeries Rival 3 : une souris gamer légère et accessible

Un retour à la simplicité réussi pour la marque danoise

 

Introduction

Présentée en même temps que les nouveaux claviers Apex 3 et Apex 5, la nouvelle SteelSeries Rival 3 vient prendre la relève de la Rival 110 à l'entrée de la gamme de la marque. Voici donc notre test complet de cette souris très accessible.

Disponible au tarif de 39,99 euros, la Rival 3 entend bien conquérir le cœur des joueurs aux budgets les plus serrés, mais qui ne veulent pas faire de concessions sur les performances et fonctionnalités.

Les joueurs profiteront donc d’une souris légère, bien construite et équipée d’un capteur TrueMove Core une fois encore fourni par PixArt. L’ADN gaming n’en est pas oublié pour autant avec 3 zones d’éclairage RGB qui seront paramétrables grâce au pilote SteelSeries Engine.

Un design simple mais efficace

Visuellement, la Rival 3 reprend la forme de la Rival 110 qu’elle vient remplacer au sein de la gamme SteelSeries. Dotée d’une forme symétrique, elle reste néanmoins réservée aux seuls droitiers puisque les boutons d’action supplémentaires ne sont présents que sur sa tranche gauche.

Entièrement construite en plastique noir, elle propose ainsi un design tout à fait classique et plus simple que les autres modèles de la marque. S’il n’est pas aussi confortable qu’un revêtement type « peau de pêche » comme on peut trouver sur la Sensei Ten, le plastique dur qui compose le corps de la souris semble particulièrement résistant à l’épreuve du temps.

Une fois en main, le petit châssis de la souris se révèle finalement assez confortable. On ne la recommandera cependant pas aux joueurs avec de grandes mains qui devront se tourner vers des modèles plus imposants. En revanche, sa petite taille lui permet de conserver un poids maîtrisé de 77 grammes sans le câble non tressé d’environ 1,80 m, ce qui en fait l’une des souris les plus légères de la marque.

Les deux clics principaux sont ici séparés du corps de la souris pour apporter plus de réactivité, comme on le verra plus loin dans le test. Les deux boutons supplémentaires présents sur la tranche gauche tombent quant à eux parfaitement sous le pouce bien qu’ils se révèlent un peu mous à l’usage. Enfin, on dispose également d’un bouton situé derrière la molette pour basculer entre les profils de sensibilité.

Parlant de la molette justement, celle-ci propose des crans assez doux et suffisamment marqués pour ne pas faire d’erreurs. Son revêtement en caoutchouc texturé apporte quant à lui une bonne accroche. Si elle ne propose pas de clics latéraux, son clic principal est par contre très réactif et ne nécessite pas d’effort particulier.

N’oubliant pas son ADN gaming, la SteelSeries Rival 3 est équipée de 3 zones d’éclairage RGB paramétrables. Le cerclage présent à la base est ainsi divisé en 3 parties adressables qui créent un joli halo lumineux tout autour de la souris. Le logo de la marque prend quant à lui la couleur de la dernière zone paramétrable au sein du pilote SteelSeries Engine.

Pour finir, un rapide coup d’œil sous la souris nous laisse apercevoir son capteur TrueMove Core construit par PixArt ainsi que les 3 larges patins qui devraient assurer une excellente glisse à l’ensemble.

Des fonctionnalités complètes

Comme tous les périphériques de la marque, il faudra compter sur le pilote Steelseries Engine pour gérer tous les aspects de la Rival 3. L’application est disponible sur le site de SteelSeries et détecte automatiquement la souris une fois celle-ci connectée.

Tous les paramètres de la souris sont regroupés au sein d’une unique page qui nous laisse tout d’abord la possibilité de configurer à notre guise les 6 boutons qu’elle embarque. Chacun des boutons peut donc être remappé avec différentes fonctionnalités préconfigurées. Il est enfin possible d’enregistrer des actions rapides (macros) très simplement au sein du logiciel.

La partie droite est quant à elle dédiée aux performances de la Rival 3. L’outil nous permet de créer jusqu’à 5 niveaux de sensibilité différents que l’on peut incrémenter par palier de 100 CPI, jusqu’au maximum supporté par le capteur, soit 8500 CPI. Juste en dessous, on dispose de différents réglages liés au capteur où l’on peut choisir notamment la fréquence de polling, à savoir la fréquence à laquelle la souris communique avec le PC (que l’on vous recommande de laisser à 1000 Hz).

Au centre, un clic sur les différentes zones d’éclairage RGB permettra d’accéder au paramétrage de celles-ci. Comme souvent, on y trouvera pléthore d’effets et couleurs pour adapter le mulot aux goûts et couleurs de chacun. À noter d’ailleurs que ces effets lumineux peuvent être synchronisés entre les différents périphériques de la marque.

Tous ces réglages peuvent évidemment être enregistrés au sein de « configurations », listées sur la gauche de l’interface. L’idée est ici d’associer une configuration en fonction des jeux et applications. Il suffit alors de créer un nouveau profil, de l’associer à l’exécutif en question et de personnaliser la souris en fonction. La bascule entre les différents profils se fait alors automatiquement et de façon quasi instantanée.

Très simple à prendre en main, le SteelSeries Engine est l’une des références du marché en ce qui concerne les pilotes de périphériques pour joueurs. Il permet d’appréhender rapidement les possibilités offertes par la Rival 3 et de l’adapter sans mal à tous les cas de figure.

Les performances au rendez-vous

Si la mode est à l’explosion de la sensibilité des capteurs des souris pour joueurs, SteelSeries joue ici la carte de la simplicité avec un capteur optique TrueMove Core capable de monter jusqu’à « seulement » 8500 CPI de sensibilité. Une valeur bien en deçà des presque 18 000 CPI que certains capteurs atteignent, mais qui en a réellement besoin ?

À l’usage, ce capteur se révèle très convaincant avec une excellente accroche et aucun décrochage. La Rival 3 a ici été mise à l’épreuve sur le dernier Call Of Duty et permet d’enchaîner sans mal les éliminations à une sensibilité raisonnable de 800 CPI.

Seule sa distance de décrochage nous a semblé un peu élevée par rapport aux standards du marché. Entendez par là que la souris a tendance à continuer à capter les déplacements à une hauteur suffisamment haute pour que de petits mouvements non voulus soient retranscrits lorsque l’on replace la souris au centre du tapis notamment. Un point à prendre en compte, surtout si vous utilisez une faible sensibilité.

La Rival 3 est également très agréable en utilisation bureautique et pourra également être utile sur les logiciels de création grâce à ses différents boutons programmables.

Les deux clics principaux sont justement très réactifs et agréables à utiliser. Compliment qu’il est difficile de faire aux deux boutons latéraux qui sont quant à eux un peu mous et entachent quelque peu la réactivité de l’ensemble. Dommage.

À noter enfin que la légèreté de cette Rival 3, associée à ses patins de bonne qualité lui assurent une excellente glisse sur un tapis de souris tout ce qu’il y a de plus classique, en l’occurrence un SteelSeries QCK.

Prix et date de sortie

La SteelSeries Rival 3 est proposée à sa sortie au tarif très attractif de 39,99 euros. C’est d’ailleurs peut-être la plus belle surprise de ce nouveau modèle qui vient donc jouer sur un segment très concurrentiel. Vous pouvez notamment vous procurer la Rival 3 chez Amazon.

Note finale du test
9 /10
Au final, la SteelSeries Rival 3 se révèle être une excellente souris qui comble globalement toutes les attentes des joueurs. On profite ici d’une souris très bien construite, confortable et entièrement personnalisable grâce au très efficace pilote SteelSeries Engine.

Malgré un capteur en deçà des standards du marché, les performances délivrées par ce nouveau modèle sont exemplaires et permettent de profiter pleinement des derniers titres du moment, même à faible sensibilité. Seule sa distance de décrochage un peu élevée vient entacher l’expérience.

C’est en revanche au niveau de son prix qu’elle se démarque réellement de ses concurrentes puisqu'à seulement 39,99 euros à sa sortie, la Rival 3 propose tout simplement l’un des meilleurs rapport qualité prix du moment.
Points positifs
  • Qualité de fabrication
  • Légèreté
  • Design simple et efficace
  • Prise en main agréable
  • Éclairage RGB de qualité
  • Bonnes performances
  • Pilote SteelSeries Engine
Points négatifs
  • Câble non tressé
  • Boutons latéraux un peu mous
  • Distance de décrochage trop élevée
  • Un peu petite pour certaines mains

Les derniers articles