Après SFR et Free Mobile, Bouygues Telecom vient de déposer un recours auprès du Conseil d’Etat. Pourquoi ? Contrairement aux deux opérateurs – SFR et Free Mobile – qui souhaitent annuler la réallocation des fréquences 1800 MHz du réseau 2G (EDGE) pour un réseau 4G (LTE) à partir du 1er octobre, Bouygues Telecom veut faire baisser la facture. 

bouygues-telecom-refarming-4g

Pour rappel, la  réallocation des fréquences 1800 MHz du réseau 2G (EDGE) pour un réseau 4G (LTE) permettra à Bouygues Telecom de couvrir 40% de la population dès le 1er octobre. L’État compte utiliser l’argent dégagé par cette « réallocation » pour le projet « très haut débit », dont l’objectif est que 100% de la population soit éligible au très haut débit en 2022. 

Combien cela rapportera-t-il à l’État ? De 571 euros pour une paire de kilohertz en 2G, la facture passera à 3 231 euros pour utiliser cette même paire en 4G. Si tous les opérateurs « switchent » leurs antennes, l’État pourrait encaisser 192 millions d’euros.