Verizon s’apprêterait à émettre 49 milliards d’obligations sur les marchés financiers. Cette opération colossale devrait servir à financer le rachat de la part de Vodafone dans la filiale mobile de Verizon, Verizon Wireless, que l’on apprenait la semaine dernière.

verizon

Verizon serait en préparation d’une émission obligataire record. En effet, d’après le Wall Street Journal, l’opérateur américain s’apprête à émettre pour 49 milliards de dollars d’obligations afin de financer le rachat des parts de Vodafone dans sa division mobile Verizon Wireless, alors que l’Agence France Presse (AFP) n’en évoquait que 25 il y a quelques jours. Cet accord avait permis à Verizon de récupérer les 45 % de parts détenues par l’opérateur britannique dans Verizon Wireless et de reprendre ainsi pleinement le contrôle total de sa filiale mobile, pour l’énorme somme de 130 milliards de dollars. A en croire les sources du WSJ, l’opération obligataire de grande échelle pourrait être lancée dès mercredi.

Le choix de l’émission d’obligation est intéressant puisque cette source de financement est différente. Elle est beaucoup plus « sûre » pour les investisseurs dans la mesure où les acheteurs d’obligations sont assurés d’être rémunérés chaque année selon un montant fixe. De fait, il s’agit d’un investissement de long terme dans la mesure où les acheteurs ne voient en aucun cas leur rémunération dépendre des résultats ou du cours de l’entreprise. L’obligation s’apparente donc à un prêt à taux fixe sans que l’entreprise puisse subir la moindre pression de la part des propriétaires d’obligations puisque ceux-ci n’ont pas de droit de gestion, de participation ni de vote au conseil d’administration comme les actionnaires.

Les 49 milliards de dollars rapportés par l’émission de titres obligataires suffiraient ainsi à financer près de 40 % du coût du rachat de la participation de Vodafone dans le capital de Verizon Wireless. Sachant que sur les 130 milliards de dollars, il était prévu que Verizon paye 60 milliards d’actions à l’opérateur britannique d’une part et près de 59 milliards en cash d’autre part, l’opérateur parviendrait à obtenir près 80 % des liquidités nécessaires au rachat.

Les enjeux du rachat de Verizon Wireless

Deuxième plus grosse opération de fusion-acquisition de l’histoire de la finance, le rachat des parts détenues par Vodafone a coûté 130 milliards de dollars. Il s’agit ainsi d’une très bonne opération pour l’opérateur britannique qui voit son bilan se renforcer, et son endettement fortement diminuer. En effet, la reprise de contrôle de Verizon Wireless par sa maison mère arrive au moment où la filiale enregistre près de 80 milliards de chiffre d’affaires par an, et plus de 20 milliards de dollars de résultat opérationnel.

La reprise de contrôle de la division mobile permettra à Verizon de tenter de faire face à la concurrence existante sur le marché américain de la téléphonie mobile, sur lequel s’affrontent notamment le géant AT&T ou encore Sprint. A noter que Verizon vient juste de finaliser un accord d’échange de spectres de fréquence avec AT&T qui consiste à céder 39 licences de son bloc de 700 MHz. Verizon recevra 1,9 milliard de dollars en échange de la cession de ce spectre de fréquence qui concerne 42 millions de personnes dans 18 états américains.