En novembre dernier, Futuremark avait radié des classements 3DMark certains téléphones Samsung et HTC du fait de leur triche avec l’outil de benchmark. Le Samsung Galaxy S4 et Note 3 ont fait aujourd’hui leur retour au sein du classement, l’entreprise coréenne ayant pris des mesures pour cesser le comportement suspicieux des appareils incriminés.

Capture d’écran 2014-03-25 à 15.46.21

A la fin de l’année dernière, on apprenait que Samsung était suspecté de tricher avec certains de ses smartphones et tablettes sous Android afin de booster la fréquence de fonctionnement du processeur lorsqu’un benchmark était lancé sur le terminal afin d’obtenir un score plus élevé. Le hic, c’est que cette fréquence de fonctionnement n’était pas atteinte en pratique avec des jeux ou des applications « normales ». Quelques semaines plus tard, Futuremark, la société qui développe les benchmarks 3DMark a décidé de radier de son classement en ligne les résultats des appareils incriminés, c’est-à-dire, chez Samsung, les Galaxy Note 10.1 2014, Galaxy Note 3 et Galaxy S4.

KitKat à la rescousse de Samsung

Depuis l’arrivée d’Android KitKat, Samsung a retiré la technique qui permet de booster les performances du processeur lorsqu’il est sollicité par un benchmark. FutureMark a donc dé-banni ces deux appareils de son classement 3DMark, mais uniquement s’ils tournent sous certaines versions d’Android. Ainsi, les résultats sous Android 4.3 et 4.3.1 sont toujours bannis alors que les résultats obtenus avec Android 4.2.2 et 4.4.2 refont leur apparition dans le classement.

Les HTC toujours bannis

Du côté de chez HTC, les One, One Max et One Mini sont toujours bannis du classement 3DMark à cause du comportement du processeur avec les benchmarks. Il faut donc espérer que la société coréenne arrête elle aussi d’avoir recours à cette technique qui trompe le consommateur et que HTC prenne exemple sur Samsung. A ce jour, nous ne savons pas si le déploiement de la version 4.4.2 d’Android supprime ce comportement sur les HTC One.