Encore relativement peu utilisée, la norme Qi relative à la charge par induction fait un nouveau pas en avant. Son dernier standard n’impose plus que l’appareil en charge touche son chargeur sans fil, mais offre une liberté de quelques centimètres aux appareils compatibles.

Qi

On le voit dans de plus en plus d’appareils, et pourtant le standard Qi reste méconnu du grand public. C’est toutefois lui qui promet de nous simplifier la vie, puisqu’il permet de charger sans câble un appareil mobile simplement en le posant sur un chargeur compatible. Une solution pratique notamment dans les cafés et restaurants intégrant ce type de solutions dans leurs tables, laissant ainsi leurs clients charger leur téléphone pendant qu’ils sirotent leur café.

La dernière version du standard Qi apporte quelques évolutions à la charge sans-fil tel que nous la connaissons aujourd’hui. En version 1.2, il s’affranchit des 7 mm d’espace maximum entre le terminal et son chargeur pour autoriser un éloignement de 45 mm, du moins sur des prototypes testés par le Wireless Power Consortium. Pour les appareils de génération précédente, le consortium évoque plutôt 3 cm de distance. Outre cette nouveauté, on parle également d’une compatibilité (encore heureux, peut-on penser) des terminaux équipés en Qi 1.2 avec les chargeurs en v1.1, mais aussi de l’utilisation de la résonance magnétique pour charger des appareils à travers des matériaux épais, par exemple des bureaux. Ou des plans de travail de cuisine, la charge sans fil pouvant monter jusqu’à 2000 Watts.

Si tout cela vous semble bien lointain, c’est normal. Le consortium dédié à Qi a beau dater de 2008, la norme n’est en réalité utilisée que dans une poignée de terminaux mobiles. Certains l’intègrent d’office, à l’image du LG G3, du Nexus 5 et de quelques appareils Nokia, et d’autres nécessitent d’investir dans une coque spécifique. Tous demandent en tout cas à leur propriétaire de connaître la technologie – en soi, déjà un pari – mais aussi d’investir dans un chargeur spécifique à utiliser au quotidien. Et c’est bien là que le bât blesse : ils sont relativement onéreux, et ne sont pas inclus dans les packs de téléphone. Toutefois, l’arrivée d’un nouveau standard (sa date d’adoption n’est pas encore définie) ouvre la voie à de nouveaux usages. On pense notamment à la possibilité de poser sans trop de précision un smartphone ou des ustensiles de cuisine électriques sur un plan de travail pour les charger, au lieu de viser spécifiquement le chargeur. La question de la déperdition d’énergie et, par conséquent, de la rapidité de charge reste néanmoins sans réponse.