Nous évoquions plus tôt dans la journée l’espace de stockage disponible dans les terminaux Android, qui perdent quelque Go à cause de leur système d’exploitation, mais aussi des applications préinstallées dans les smartphones et tablettes. Le hic pour ceux qui souhaitent faire le ménage : il n’est pas possible de s’en débarrasser. Du moins, pour l’instant…

Suppression applications

Le gouvernement coréen prépare une loi qui, si elle fait des émules dans le reste du monde, pourrait satisfaire les utilisateurs d’appareils aux interfaces parfois envahissantes. De fait, le ministère des sciences du berceau de LG et Samsung souhaite mettre fin à l’impossibilité de supprimer des applications préinstallées sur les smartphones faite aux mobinautes. Tout le monde est concerné, soit les opérateurs (SK Telecom, par exemple) et les constructeurs (LG et Samsung), LG jouant sur les deux tableaux en Corée, via sa branche opérateur LG U+ qui compte plus de 18 % de parts de marché. Selon les autorités coréennes, l’impossibilité de désinstaller des applications crée la confusion chez les utilisateurs ; de fait, les habitués des surcouches ont généralement affaire à des doublons et ne peuvent s’en débarrasser, ce qui encombre évidemment les menus des appareils.

Toutefois, la loi, qui sera mise en œuvre d’ici avril, ne pourra pas s’appliquer à des application indispensables, de type gestion du WiFi ou du NFC ; mais elle pourrait être imposée aux application Google, avec qui les autorités coréennes sont actuellement en discussion. Ce type de débat fait écho aux récentes statistiques concernant l’espace de stockage disponible sur les appareils qui, lorsqu’ils sont peu onéreux, se réduit comme une peau de chagrin, ne laissant que peu de place aux applications téléchargées par l’utilisateur.