Un tribunal de Francfort a ordonné que l’application «Uber» mette fin à ses services de transport en Allemagne. L’injonction préliminaire intervient en réponse à une plainte déposée par l’association nationale des chauffeurs de taxi.

Uber_germany_E1XWF_2986942b

En Allemagne, les chauffeurs de taxi font de la résistance. Dans une injonction préliminaire, le tribunal a interdit Uber de continuer à proposer ses services en Allemagne. Une violation de l’injonction se traduira par une amende de 250 000 euros par trajet. Bien entendu, Uber envisage de faire appel de la décision et a déclaré qu’il continuerait à offrir ses services jusqu’à ce qu’une décision définitive ait été prise.

Uber Uber Technologies, Inc.

Uber est actif dans 42 pays et plus de 200 villes à travers le monde. En Allemagne, Uber est disponible à Berlin, Düsseldorf, Francfort, Hambourg et Munich. Avant l’injonction de la cour, Uber avait déjà été interdit d’offrir ses services dans plusieurs villes allemandes, dont Berlin.

D’autres affaires similaires ont déjà eu lieu en Europe. En Belgique, une interdiction touche uniquement le service UberPop,un service de covoiturage permettant aux particuliers de devenir chauffeurs occasionnels, afin d’arrondir leurs fins de mois.

La décision allemande pourrait arriver jusqu’aux oreilles des autorités européennes. Lorsque Bruxelles avait interdit le service UberPop, la vice-présidente de la commission européenne chargée de la société numérique, Neelie Kroes, avait vivement réagi sur Twitter : «Je suis absolument outrée par cette décision de justice! Je voudrais lancer le hashtag #UberIsWelcome à Bruxelles et ailleurs. Nous ne sommes plus au XIXe siècle !».