Le streaming vidéo en UHD / 4K est menacé par un groupe d’industriel, le HEVC Advanced, qui compte réclamer des royalties lors de l’utilisation du codec HEVC / H.265, par exemple par Netflix. Il est question de 0,5 % des revenus générés par la diffusion de flux vidéo.

Netflix 4K

Le codec H.264 est le plus utilisé depuis des années pour le streaming de vidéo sur Internet et même pour les films et séries disponibles au téléchargement. Il est également utilisé par certains disques Blu-Ray. Le codec HEVC / H.265 commence petit à petit à le remplacer et devait connaître un boom avec la 4K, puisque le nouveau codec permet de diviser par deux le besoin de bande passante en conservant une qualité visuelle identique. Le H.265 est d’ailleurs utilisé par Netflix pour la diffusion des films et série en UHD / 4K. Jusqu’à présent, les diffuseurs devaient payer des royalties au groupement MPEG LA lors de l’achat des encodeurs et décodeurs matériels et logiciels. Mais le groupement HEVC Advanced pourrait bien faire changer les choses.

En effet, ce groupe de différents industriels (qui réuni pour le moment General Electric, Technicolor, Dolby, Philips, et Mitsubishi Electric) compte bien modifier le fonctionnement des royalties. Ces entreprises disposent toutes de brevets relatifs au codec H.265 (environ 500) et veulent demander aux diffuseurs qui utilisent ce codec de reverser 0,5 % de leur revenu. HEVC Advanced va commencer à évaluer les royalties dès le mois d’août et compte officiellement lancer son activité en septembre prochain. Le groupe demande d’ailleurs aux autres constructeurs (et notamment les 32 entreprises du MPEG LA) de se joindre à ce « patent pool ». On apprend également que les constructeurs de terminaux mobiles devront d’acquitter d’une taxe de 80 centimes de dollar sur chaque unité vendue.

On peut se poser la question de la situation des navigateurs web puisque par exemple, avec le H.264, Mozilla fait appel à un décodeur logiciel gracieusement offert par Cisco. On imagine alors que la fondation Mozilla ainsi que les autres éditeurs de navigateurs vont avoir besoin de payer des royalties au groupement HEVC Advanced, en plus de ceux déjà payés au MPEG LA. Ces nouvelles royalties risquent bien de mettre un frein au développement du streaming 4K, qui en est tout juste à ses débuts.