La fermeture des uns enrichit les équipes de l’autre. Tandis qu’Oyster annonce la fermeture de ses portes dans les prochains mois, une partie de ses équipes rejoindra celles de Google Books.

oyster 4

Celui que l’on surnommait le Netflix (ou le Spotify, selon la mode du moment) des livres vient d’annoncer sa fermeture, un peu plus d’un an après avoir lancé son application sur Android. Il proposait, sur une plateforme dédiée au mobile, un accès illimité à ses abonnés américains à une bibliothèque de plus d’un million d’ouvrages, le tout pour une dizaine de dollars mensuels, et avec des options ergonomiques à la clé. Malgré ses atouts et des levées de fonds approchant des 17 millions de dollars en deux ans d’existence, Oyster annonce aujourd’hui sa fermeture. Mais reste coi sur les raisons qui l’ont poussé à prendre cette décision. Tout juste saura-t-on que l’équipe « prendra des mesures pour éteindre le service Oyster existant au cours des prochains mois », et que ses clients-lecteurs « recevront personnellement un email concernant leur compte dans les prochaines semaines ».

Google Books va-t-il s’orienter vers le streaming ?

L’avenir d’Oyster reste pour le moment incertain, puisque l’on ignore quels sont les projets de l’entreprise américaine pour la suite. Ce qui est sûr désormais, puisque les affirmations de Re/code ont été rapidement confirmées par les principaux intéressés, c’est qu’une partie des équipes d’Oyster – on ne connaît pas leur nombre précis – sont appelées à rejoindre Google Books. Re/code considère d’ailleurs l’opération comme approchante d’un rachat, puisqu’elle serait basée sur une rémunération des investisseurs d’Oyster.

Si cette division de Mountain View est elle aussi dédiée à la lecture, elle s’appuie toutefois sur un système de téléchargement-achat à la demande, contrairement à Oyster. Doit-on s’attendre à une évolution vers une offre de streaming, comme en propose depuis un peu plus d’un an Amazon, le principal concurrent d’Oyster, via son offre Kindle Unlimited ? La question reste pour l’heure ouverte.