Une vingtaine d’entreprises du monde des télécoms et notamment Orange viennent tout juste de signer un manifeste. La 5G arriverait ainsi en Europe dès 2018, avec la présence dans au moins une ville par pays dès 2020, en l’échange d’une réglementation sur la neutralité du net beaucoup plus souple qu’actuellement.

drapeau-europe

Les opérateurs font pression sur l’Europe avec leur manifeste de 7 pages. Une coalition de 22 entreprises européennes du domaine des télécoms (dont Orange, Deutsche Telekom, Proximus, Vodafone, Nokia, Ericsson, etc.) vient en effet de clarifier la situation sur le domaine de la 5G. Les entreprises annoncent pouvoir apporter la 5G en Europe avant 2018 avec quelques démonstrations, puis en 2018 avec des tests grandeur nature dans divers domaines (voitures connectées, santé connectée, drones connectés, villes connectées, retransmission de l’Euro 2020 en 5G, etc.). Les opérateurs promettent même de déployer au mois un réseau 5G dans chaque pays de l’Europe d’ici à 2020, mais à quelques conditions.

 

La neutralité du net contre la 5G ?

Au sein du manifeste, les opérateurs expliquent clairement que la neutralité du net à ses limites, notamment en terme d’investissement. Pour rappel, la neutralité du net est le principe selon lequel aucun service ne devrait être priorisé, que ce soit en terme de quota ou de débit. Ainsi, selon le principe de neutralité du net, il devrait être interdit de garantir au consommateur une bande passante plus élevée pour Netflix que pour YouTube par exemple ou de lui faire payer un supplément pour avoir le droit au même débit sur les deux services. Les opérateurs font donc pression auprès de l’Europe pour alléger la réglementation actuelle – jugée trop légère par les défenseurs de la neutralité du net – sous peine de trainer de la patte pour déployer la 5G.

 

La 5G : une aubaine commerciale

On imagine en effet que les opérateurs souhaitent profiter de l’arrivée de la 5G et de tous ses avantages (débits élevés, faible latence, grandes capacités, etc.) pour proposer des forfaits et des options « premium » à certains clients, qui pourraient garantir une meilleure qualité de service pour certains usages. Gunther Oettinger, commissaire européen qui n’est pas favorable à la neutralité du net, a annoncé avoir apprécié le manifeste. En septembre la commission devrait d’ailleurs présenter un plan d’action sur la 5G.

À lire sur FrAndroid : 5G : À quoi ressemble l’avenir des réseaux mobiles ?