One more thing déjà partiellement dévoilé, la Apple Watch était la dernière annonce de la conférence Apple de ce soir. Si l’appareil n’a rien de révolutionnaire en soi – elle reste une montre connectée, pas autonome, avec une autonomie de 18h et des tarifs exorbitants – on peut lui concéder quelques atouts que l’on aimerait retrouver chez ses concurrentes. Voici nos cinq points favoris.

Apple Watch

Deux formats pour convenir aussi aux petits poignets

C’est l’un des reproches que l’on peut faire aux montres connectées, et plus généralement aux bracelets intelligents. Si beaux et bien conçus soit-ils, leur boîtier mesure généralement entre 40 et 42 mm de diamètre pour environ 1 cm d’épaisseur. Sur les petits poignets – et pas seulement sur ceux des femmes, c’est une horreur. Dans le monde d’Android Wear, aussi bien LG que Sony indiquent réfléchir à des versions un peu plus compactes de leur montre, même si cela nécessite une miniaturisation encore plus importante des composants, voire une réduction de la taille de leur batterie. Quoi qu’il en soit, pour connecter le monde, encore faut-il pouvoir connecter tout le monde. Ici, on a le choix entre une diagonale de 38 mm et une seconde de 42 mm.

 

De la communication visuelle montre à montre

Digital Touch

Cette Apple Watch a un petit côté très sympathique en termes de communication que l’on aimerait retrouver ailleurs. Elle permet, comme les autres, de répondre à des messages ou à des appels (comme la SmartWatch 3 ou la Gear S qui disposent d’un microphone) et offre un système de messagerie directe sympathique. Baptisé Digital touch, celui-ci permet d’interagir avec un contact favori directement sur l’écran de sa montre, en direct : il est possible d’envoyer un petit dessin, de faire un apparaître une sorte de retour par vibration sur la montre d’un contact pour attirer son intention, ou encore de lui envoyer un aperçu de son rythme cardiaque. Ce n’est pas follement utile, et l’on imagine quels types de dessins seront principalement envoyés… Toutefois, la fonctionnalité a un petit quelque chose de romantique que les plus fleur bleue apprécieront.

 

Du paiement depuis la montre

 Apple Watch Apple Pay

Ce n’est pas une surprise, les Apple Watch seront compatibles avec le paiement Apple Pay. Il sera donc possible d’utiliser, comme avec un iPhone, le NFC inclus dans la montre pour régler des achats chez les commerçants acceptant le système. Un usage au petit goût futuriste mais que l’on espère voir arriver sur les montres Android Wear, d’autant plus que certaines d’entre elles disposent d’une puce NFC, à l’image de la SmartWatch 3.

 

Ma montre, ma Flik Flak

Apple Watch

Pas gêné pour un sou, Apple prouve qu’il est capable de vendre une montre à plus de 500 dollars (349 dollars pour la moins onéreuse, plus de 10 000 pour la Watch Edition) et conserver une âme d’enfant. Et la Pomme de mettre en avant des watchfaces animées, dont l’une montre la silhouette de Mickey, comme sur les montres de notre enfance. Au-delà de ce design, d’autres fonds d’écran animés seront disponibles, ainsi que des cadrans classiques enrichis d’informations personnelles, à l’instar des rendez-vous du jour de son porteur. Un peu de créativité, c’est plutôt rafraîchissant.

 

Dans une maison, on peut garder le contact avec montre en WiFi

Bien trouvé, ce système permet de conserver une connexion de la montre au smartphone à l’intérieur de la maison même lorsque l’utilisateur navigue d’une pièce à l’autre sans son smartphone. Pas plus que les montres Android Wear, l’Apple Watch ne fonctionne de manière autonome. Toutefois, lorsqu’elle perd la connexion Bluetooth qui lui est nécessaire, elle peut basculer sur le réseau WiFi de la maison pour continuer à se synchroniser avec l’iPhone et à en recevoir les notifications.