Les précommandes sont désormais ouvertes. L’Apple Watch, la fameuse montre connectée signée de la Pomme, sera disponible à partir du 24 avril, du moins pour ceux qui auront pu la précommander ce 10 avril, et un peu plus tard pour les autres. Certains médias ont toutefois pu essayer quelques jours durant l’appareil censé faire trembler les autres fabricants de smartwatches. Tour d’horizon de leur avis.

Revue de presse Apple Watch

Une chose est sûre : si jamais il est un testeur de l’Apple Watch qui ne l’a pas appréciée, il a su rester discret. La totalité des tests parus ces derniers jours fait l’éloge de la montre connectée. À tort ou à raison ? Qu’importe. Ce que l’on constate néanmoins, c’est une absence de contextualisation de l’appareil. Quid des appareils sous Android Wear, dont l’offre s’est multipliée depuis près d’un an chez des grands noms des nouvelles technologies tels Motorola, Samsung, Sony ou LG ? Quid des montres sous Tizen et sous WebOS ? Des Pebble, dont la Time vient de battre des records sur Kickstarter ? Ou même des anciennes SmartWatch de Sony, commercialisées depuis plusieurs années sous un OS propriétaire ? Certains entrevoient une démocratisation des montres connectées suite au coup de projecteur offert à cette catégorie par le lancement d’Apple, d’autres prophétisent son échec en raison de son prix nettement plus élevé que celui de ses concurrentes. Que l’on adhère à l’une ou l’autre de ces théories, il faut bien rappeler que l’Apple Watch n’innove pas en tous points puisqu’elle succède à des produits déjà existants, et les tests actuellement disponibles passent bien vite sur cette idée. The Verge soulève en un mot la question : « C’est aussi la première montre connectée qui pourrait devenir légitimement un produit grand public, même si ses compétiteurs inondent le marché ». De leur identité, on ne saura rien. Voici toutefois ce que nos confrères disent de la montre.

 

Écran

Apple Watch

De même passent-ils rapidement sur son écran. La qualité de son affichage n’est pas même effleurée par la plupart des tests, quand certains, à l’image de Bloomberg ou de The Verge, se contentent d’apprécier le système « Force Touch », destiné à mesurer la pression sur l’écran de la montre lors des clics. De notre côté de l’Atlantique, Metro, qui a testé la montre en version 38 mm, indique : « Je craignais de cliquer « à côté » une fois sur deux en raison de la taille des éléments sur ce petit écran, ce n’est pas le cas« .

 

Confort (et design)

C’est là aussi l’un des grands absents des tests. Rares sont les commentaires évoquant l’impression que leur laisse le bracelet au poignet. La grande majorité des tests évoque le monde de la mode, à l’instar de Style.com, et affiche son goût pour le style Apple. « Finalement, elle est plutôt élégante à mon poignet. Personnellement, je l’aurais aimée un peu moins épaisse (et peut-être ronde), mais je dois avouer que ses contours bombés et sa finition chromée m’ont séduit », écrit le Figaro dans un test pour le moins élogieux. The Verge, pourtant séduit par le produit, évoque un point rarement soulevé : « Elle est lourde, et c’est surprenant. Je l’ai remarqué quand je la portais, et tous ceux qui l’on eut en main on commenté son poids« . Nul mot toutefois sur les impressions laissées par les différents bracelets qui accompagnent la montre.

Design Apple Watch

Cnet conclut en résumant l’impression que semblent avoir eu ses confrères : « Après plus d’une semaine avec le dernier gadget d’Apple à mon poignet, j’ai réalisé que la firme ne vend pas simplement un mini-ordinateur à porter au poignet, il vend une élégance et du cool, avec des fonctions intelligentes en bonus. Trop de fonctionnalités sont trop difficiles à trouver, si vous voulez mon avis ».

 

Ergonomie

Bouton apple watch

Ce qui nous amène à l’un des points cruciaux concernant l’Apple Watch. L’ergonomie des montres Android Wear ne fait pas l’unanimité, mais celle de l’appareil de la Pomme fait-elle mieux ?  « Il m’a fallu moins d’une journée pour maîtriser l’Apple Watch et ses menus. Son ergonomie se révèle assez simple et logique », indique Metro. Cnet, comme précisé ci-dessus, n’est pas tout à fait d’accord, et la plupart de ses confrères indiquent qu’il faut quelques jours pour s’habituer au fonctionnement des boutons physiques de l’appareil, de sa couronne et de ses clics sur l’écran. C’est ainsi que le New York Times commence son article : « Cela m’a pris trois jours – trois jours longs, souvent perturbants et frustrants – pour craquer pour l’Apple Watch. Mais une fois que j’ai craqué, ç’a été pour de bon ». Voilà qui est dit.

 

Fonctionnalités

L’ensemble des testeurs rapporte un même fait : porter l’Apple Watch à leur poignet leur permet de moins sortir leur téléphone de leur poche au cours de la journée. « Au cours de cette semaine de test, j’ai du le sortir de ma poche cinq ou six fois, contre plusieurs fois par jour habituellement », indique Le Figaro. Même son de cloche chez un testeur visiblement peu technophile, chez Style.com : « Pendant les neuf jours durant lesquels je l’ai portée, l’Apple Watch n’a pas remplacé mon iPhone, mais je ne pense pas que ce soit l’intention. (…) J’en suis venue à la considérer plutôt comme un filtre, qui m’apporte au plus près ce qui est essentiel ou agréable ». Notez tout de même que The Verge évoque la lenteur de réaction de la montre.

Apple Watch

S’il n’est pas nécessaire de sortir son téléphone à tout bout de champ, c’est bien parce qu’en bonne montre connectée, l’Apple Watch permet de recevoir ses notifications (emails, SMS, notifications d’apps tierces). « Mais la plus grande opportunité manquée tient à ce qu’il n’y a aucun moyen de personnaliser les sons de notifications et les « Taptics » sur la Watch », rapporte The Verge : dommage pour ceux qui voudraient trier leurs notifications. Il n’est pas non plus possible de filtrer les notifications que l’utilisateur souhaite recevoir, notamment lorsqu’il s’agit d’applications tierces qui ne l’autorisent pas d’office. Certains ont donc dû faire face à une montre qui vibrait toute la journée.

Quels que soient les médias, les fonctions fitness de la Watch semblent faire l’unanimité. Tous apprécient le capteur de rythme cardiaque actif en permanence et les notifications encourageant ses porteurs sédentaires à aller faire quelques pas. Les avis sont en revanche plus réservés concernant les émoticônes animées ou la possibilité d’envoyer des messages directs (visualisation du rythme cardiaque) à d’autres porteurs d’Apple Watch. Apple Pay, lui, n’a pas franchement pu être testé même si le système de paiement sans contact éveille l’intérêt des testeurs.

 

Autonomie

Apple Watch Chargeur

Dernier point crucial pour une montre dont l’autonomie annoncée n’était que de quelques heures : combien de temps peut-on espérer l’utiliser avant qu’elle ne tombe en panne de batterie ? Selon les usages, les avis diffèrent. Le Figaro, qui ne semble pas particulièrement accro aux notifications, évoque deux jours sans passer par la case chargeur (à induction, rappelons-le) : « Après l’avoir rechargée à plein à 0h00, elle affichait encore 60 % de charge le soir à la même heure, puis 20% le deuxième soir. Sans chercher à épuiser ni à épargner la batterie: au cours de ces deux jours, j’ai regardé l’heure comme on le fait sur une montre normale, reçu une dizaine de SMS et quelques notifications de Twitter, répondu à une demi-douzaine de messages en utilisant la dictée vocale, consulté mes statistiques de santé, testé le capteur de rythme cardiaque et affiché les prévisions météo ». Metro est légèrement moins enthousiaste : « Mais il est certain qu’elle est très contente de retrouver son câble de charge par induction en fin de soirée. Bref, pas aussi limité que je ne le craignais mais limité tout de même ». Le Wall Street Journal considère lui aussi qu’il faut charger la montre chaque soir, de même que The Verge.

En conclusion, tous les médias indiquent que s’ils pouvaient conserver l’Apple Watch qu’ils ont testée, ils le feraient avec plaisir. Certains indiquent qu’elle leur est devenue indispensable, d’autres restent plus mesurés. The Verge la qualifie de « facilement la plus jolie smartwatch disponible ». Le WSJ, lui, poursuit : « On met du temps à s’y habituer mais, une fois que l’on s’y fait, c’est un pouvoir sans lequel on ne peut plus vivre« . Metro considère qu’à plus de 500 euros, l’Apple Watch est trop onéreuse pour que l’on aille jusqu’à sortir sa carte bleue et, plus circonspect, Cnet conseille aux curieux d’attendre encore un peu avant de se lancer dans un tel achat.