Après un départ tonitruant pouvant rendre jaloux n’importe quel objet connecté sorti jusqu’alors, l’Apple Watch voit ses chiffres de ventes sur le marché américain fondre comme neige au soleil. Un signe que les smartwatchs resteront cantonnées à un marché de niche ?

graphique-apple-watch-chiffres-ventes-slice

Market Watch vient de publier une étude réalisée par Slice Intelligence plutôt alarmante concernant l’Apple Watch. À en croire ses chiffres, les ventes de la montre connectée de la marque à la pomme auraient ralenti de 90 % depuis son lancement en grande pompe en avril dernier. Lors de l’arrivée de cette nouvelle concurrente sur le marché des objets connectés, l’engouement a été particulièrement important avec plus d’un million et demi de montres écoulées sur la première semaine, soit une moyenne dépassant les 200 000 unités par jour. Par la suite, les chiffres sont rapidement retombés aux alentours de 20 000 smartwatchs vendues quotidiennement, pour finalement passer sous la barre des 10 000 au début de l’été.

Par ailleurs, la quantité de montres écoulées n’est pas le seul point sur lequel l’Apple Watch pourrait décevoir les investisseurs puisque deux tiers des ventes concernent le modèle « Sport » d’entrée de gamme (à 399 euros). Le modèle standard (débutant à 649 euros) est quant à lui bien moins prisé et la variante « Edition » de luxe (à partir de 11 000 euros) n’aurait pas trouvé plus de 2 000 acheteurs. Pour certains, ces chiffres ne sont pas vraiment une surprise, puisqu’en mai déjà, l’analyste Ming-Chi Kuo de KGI Securities mettait en garde les investisseurs sur les baisses alarmantes des ventes du tout nouveau produit de la firme de Cupertino.

L’épitaphe n’est pas encore signée

Inutile pour autant de se montrer trop défaitiste vis-à-vis de l’Apple Watch qui réalise malgré tout un bien meilleur lancement pour le moment qu’Android Wear en 2014. Par ailleurs, l’iPhone lui-même n’a pas rencontré le succès que nous lui connaissons aujourd’hui dès sa première version et les possibles générations à venir pourraient relancer l’intérêt du public pour cette catégorie encore touchée par de nombreux problèmes, à commencer par celui de l’autonomie. Enfin, la part des développeurs tiers n’est pas non plus à sous-estimer puisque l’arrivée de quelques « killers-apps » pourrait redorer le blason des smartwatchs qui peinent encore à trouver leur place dans un écosystème déjà bien connecté (smartphones, tablettes…). L’arrivée de nouvelles montres rondes, mais aussi de bracelets déclinés en plusieurs formats, comme le serait la prochaine Moto 360, pourrait en outre changer la donne.

Précisons également qu’il ne s’agit pour le moment que d’estimations basées sur les reçus électroniques récoltés sur plusieurs millions d’adresses email américaines et que les chiffres réels n’ont pas encore été publiés par Apple. Peut-être en saurons-nous davantage sur le futur de l’Apple Watch à la fin de l’été.