Après IBM dans les années 80, Microsoft dans les années 90, c’est Google qui est visé pour une action pour “abus de position dominante”. Derrière cette plainte, c’est le collectif Fairsearch et Microsoft qui critiquent l’omniprésence du moteur de recherche Google au sein d’Android.

Capture d’écran 2013-04-09 à 17.57.08

L’intégration par défaut d’Internet Explorer dans Windows, les ventes liées de Windows avec les PC, les produits et technologies trop “fermés”… Autant de matières qui ont animé des années de procès contre Microsoft. Cette fois-ci, c’est Microsoft qui attaque. En cause, la domination d’Android et l’utilisation massive de Google comme moteur de recherche mobile.

En Europe, Android possède des parts de marché jusqu’à 70% selon Strategy Analytics et eMarketer, tandis que Google serait utilisé dans 93% des cas sur mobile. Le collectif Fairsearch accuse donc Google d’utiliser Android comme « cheval de troie ».  Dans ce collectif, nous pouvons retrouver : Microsoft, Nokia, Oracle, Expedia, Triadvisor, ou encore Twenga.

La Commission Européenne était allée jusqu’à obliger Microsoft à laisser le choix à l’utilisateur. Lors du premier démarrage d’Internet Explorer, vous pouvez désormais choisir votre moteur de recherche favori. Arriverons-nous à une situation similaire sur Android ? Probablement en Europe.