Après IBM dans les années 80, Microsoft dans les années 90, c’est Google qui est visé pour une action pour « abus de position dominante ». Derrière cette plainte, c’est le collectif Fairsearch et Microsoft qui critiquent l’omniprésence du moteur de recherche Google au sein d’Android.

Capture d’écran 2013-04-09 à 17.57.08

L’intégration par défaut d’Internet Explorer dans Windows, les ventes liées de Windows avec les PC, les produits et technologies trop « fermés »… Autant de matières qui ont animé des années de procès contre Microsoft. Cette fois-ci, c’est Microsoft qui attaque. En cause, la domination d’Android et l’utilisation massive de Google comme moteur de recherche mobile.

En Europe, Android possède des parts de marché jusqu’à 70% selon Strategy Analytics et eMarketer, tandis que Google serait utilisé dans 93% des cas sur mobile. Le collectif Fairsearch accuse donc Google d’utiliser Android comme « cheval de troie ».  Dans ce collectif, nous pouvons retrouver : Microsoft, Nokia, Oracle, Expedia, Triadvisor, ou encore Twenga.

La Commission Européenne était allée jusqu’à obliger Microsoft à laisser le choix à l’utilisateur. Lors du premier démarrage d’Internet Explorer, vous pouvez désormais choisir votre moteur de recherche favori. Arriverons-nous à une situation similaire sur Android ? Probablement en Europe.