Aussi étrange que cela puisse paraître, le Samsung Z1, le premier appareil sous l’OS mobile Tizen de Samsung, était présenté sur le MWC 2015. Nous avons pu le prendre en main quelques instants et faire connaissance avec le tueur (raté) d’Android.

samsung Z1 5

Un entrée de gamme plutôt bas de gamme

Si Samsung dispose de stands immenses destinés à mettre en avant ses nouveaux Galaxy S6, son savoir-faire en matière de semi-conducteurs ou encore ses applications de sécurité, le Coréen avait aussi dans ses bagages Tizen. Bien sûr, Tizen et tous les appareils installés sous cet OS n’étaient pas exposés sur les stands les plus grands et les plus visibles, les stands 1,2 et 3, mais plutôt à l’extrême opposé, sur le stand 8.1, celui qui nécessite de marcher dix bonnes minutes depuis l’entrée pour y parvenir et qui se trouve au bout d’un long couloir sombre. Autant dire que si Samsung avait volontairement voulu le cacher, il n’aurait pas pu faire mieux.

samsung Z1 3

Notez que le bouton physique est carré alors qu’il est rectangulaire sur les smartphones Android de Samsung.

Ne soyons pas trop mauvaise langue, le stand dédié à Tizen était relativement grand et bourrés d’objets plus ou moins mobiles : télévision, montres connectées, appareils photos et bien entendu, un téléphone, le Samsung Z1. C’est un petit téléphone de 4 pouces, doté d’un écran d’une définition de 480 x 800 pixels, pour une résolution de 233 ppi. Soyons franc, l’écran, s’il n’est pas affreux, est toutefois l’un des plus gros points faibles du téléphone. Ses angles de visions sont étroits et ses couleurs ne sont pas les plus belles que l’on ait pu voir sur le salon. Sa luminosité – poussée au maximum sur le modèle que nous avons pu prendre en main – est toutefois très correcte. Malgré la petitesse de son écran, le Samsung Z1 est un téléphone épais de dimension 120,4 x 63,2 x 9,7 mm pour un poids de 112 grammes. Il est relativement léger mais ses dimensions grossières et son plastique au toucher très moyen en font résolument un smartphone d’entrée de gamme. Ce n’est pas particulièrement mauvais, c’est juste un peu paresseux.

samsung Z1 1

Le but de Samsung n’a toutefois jamais été d’en faire un smartphone luxueux. Le but semi-avoué du constructeur est plutôt de concevoir un concurrent à Android One et à tous les appareils d’entrée de gamme à bas prix que propose Google et beaucoup d’autres constructeurs présents sur les marchés émergeants. La fiche technique de l’appareil n’est donc pas non plus particulièrement généreuse. On y trouve un tout petit processeur à deux coeurs signé Spreadtrum, le SC7727S, 768 Mo de RAM et 4 Go d’espace de stockage, le tout animé par une batterie de 1500 mAh. D’ailleurs, certaines photos de l’appareil ont été prise avec un écran noir puisque les rares Samsung Z1 sans cadenas n’avaient plus de batterie alors qu’il était à peine 11 heures. Soyons franc, ce Samsung Z1 ne respire pas franchement la qualité.

samsung Z1 2

Tizen : un air de famille avec Android

Le plus intéressant se trouve toutefois dans la partie logicielle de l’appareil puisqu’il s’agit de Tizen, le fameux OS de Samsung, destiné un (court) temps à remplacer Android sur les smartphones et tablette du coréen. A quoi ressemble Tizen ? Pour faire simple, c’est un mélange d’Android et de Touchwiz. Comme sur Android, l’interface est séparée en trois partie, la barre de notification, en haut, le launcher, au centre, et le menu des applications en bas. Lorsque l’on tire la barre des notifications, une interface à la TouchWiz fait apparaître les notifications et les divers raccourcis, en plus d’une roue crantée pour gérer les paramètres du téléphone. Le launcher (ou le bureau, appelez-le comme vous voulez), est séparé en deux partie. Les trois quarts de l’écran sont occupés par des Widgets. Météo, contacts rapide, raccourcis vers des applications et autre informations diverses peuvent être intégrés à des divers pages. Dans le bas du bureau se trouve huit raccourcis vers des applications. Enfin, un swype du bas vers le haut du téléphone fait apparaître le tiroir d’applications. Difficile d’être perdu.

TIZEN 1

Le launcher

TIZEN 3

La barre de notification.

TIZEN 2

Le tiroir d’applications

Evidemment, le tout ressemble beaucoup à l’ancienne interface de TouchWiz de Samsung, sous KitKat. Les couleurs sont globalement les même, tout comme les icônes. Et comme sur TouchWiz sur Android KitKat, il faut souligner que cette interface m’a semblé un peu lourde et ramait de temps en temps, particulièrement en navigant sur le bureau, entre les différents widgets. Quelques applications sont également pré-installées. J’ai pu voir du Youtube (sur ce qui m’a semblé être une page web au sein d’une application), du Facebook, quelques applications de Samsung mais pas de Gmail, ou de Google Maps. Et pour cause.

TIZEN 4

Tizen Store

Malgré son exposition au MWC 2015, Samsung ne compte pas le commercialiser en occident, mais uniquement dans les pays en voie de développement. Actuellement, les seuls territoires où le Samsung Z1 est disponible sont l’Inde et de Bengladesh et sont vendus moins de 90 euros. Même à ce prix, je doute que Samsung parvienne à concurrencer efficacement les appareils sous Android One. Les marchés émergents méritent peut-être un peu plus d’ambition.