Presque deux ans après la sortie du Galaxy S4 Mini, Samsung a discrètement mis en vente depuis quelques semaines une variante de son petit smartphone, où rien ne change à l’exception du processeur. Elle prend le nom de Galaxy S4 Mini Plus.

galaxy s4 mini sp410

Il fait peu dire que nous avions beaucoup aimé le Galaxy S4 Mini lors de sa sortie, il y a deux ans. Contrairement à de nombreuses variantes Mini, souvent paresseuses, Samsung avait conçu un appareil à la fois joli, puissant et disposant d’une fiche technique de milieu de gamme en parfaite adéquation avec son temps. Surtout, le Galaxy S4 Mini faisait partie des derniers smartphones du constructeur à disposer d’une diagonale d’écran inférieure à 4,5 pouces (4,3 pouces pour être exact). C’est ce qui explique certainement pourquoi Samsung continue à le vendre, et surtout pourquoi il vient d’en réaliser une nouvelle version.

Le site GSM Arena a en effet remarqué que depuis le mois de juin dernier, une nouvelle variante du Galaxy S4 Mini était apparue sur les sites des opérateurs américains. Une variante qui vient tout juste d’arriver sur le site officiel de Samsung Allemagne et qui montre un Galaxy S4 Mini prenant le nom de modèle I9195I, alors que le Galaxy S4 Mini de 2013 avait pour nom de modèle I9195. En fait, les deux appareils sont identiques en tout point à une chose près : le Snapdragon 400 a été remplacé par un Snapdragon 410. Le Galaxy S4 Mini de 2013 embarquait en effet un Snapdragon à deux cœurs cadencés à 1,7 GHz là ou celui de 2015 dispose d’un Snapdragon 410 à quatre cœurs cadencés à 1,2 GHz. Le GPU de l’appareil devrait également être un peu plus performant.

Sur le site de Samsung Allemagne, ce nouveau Galaxy S4 Mini est vendu 239 euros. Ce qui en fait un smartphone de milieu de gamme relativement honnête quand on sait qu’il dispose de 1,5 Go de RAM, d’un écran qHD Super AMOLED et d’une batterie de 1900 mAh. Il faut également noter que cette variante est installée sous Android KitKat en version 4.4.4 et non sous Lollipop. L’appareil est disponible pour l’instant que dans certains pays (en Allemagne, aux États-Unis et en Europe de l’Est notamment) et la France ne semble pas (encore ?) concernée.