Sony me fascine… être capable de dévoiler un nouveau flagship tous les six mois, plutôt que sur un cycle annuel comme la plupart de ses rivaux. Chapeau. Le Sony Xperia Z3 vient d’être dévoilé 6 mois – à peine – après le Xperia Z2. Voici nos premières impressions.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03916

Sony Xperia Z3

Comment doit-on interpréter cette réactivité ? Sony a adopté ce rythme juste après avoir absorbé le co-entreprise Sony-Ericsson. Les ambitions n’ont jamais changé : être leader, et être perçu comme une marque premium. En quelques mois, Sony a réussi à gagner des parts de marché – cette marque est désormais le troisième fabricant dans l’Hexagone, derrière Samsung et Apple.

Le Sony Xperia Z3 est une évolution du Xperia Z2, le Xperia Z2 étant une évolution du Xperia Z1. Ainsi de suite. On retrouve donc ce qui a fait le succès de la gamme, à savoir un design en verre trempé, un capteur photo performant, des technologies d’écran, une offre multimédia (4K, bon sang) et une étanchéité à toute épreuve.

Effectivement, quand le Sony Xperia Z avait été dévoilé, il m’avait conquis par sa conception de haute qualité monolithique. J’avais cependant été plutôt déçu par la prise en main, les arêtes tranchantes, les bords  épais… Depuis, Sony a fait du chemin.

 

Ce Sony Xperia Z3 sonne comme une énième tentative de fabriquer le produit parfait

Ce Sony Xperia Z3 sonne comme une énième tentative de fabriquer le produit parfait. On retrouve les matériaux de bonne qualité – du verre trempé et un cadre en aluminium – mais avec plus de finesse (7,5 mm), moins de poids (158 grammes) et des bords (d’écran) de plus en plus fins (je vous invite à comparer la différence entre le Xperia Z et le Xperia Z3).

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03966

Dimensions : 146,5 x 72,4 x 7,5 mm

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03939

Coque arrière en verre trempé

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03985

Slot micro-SD protegé

Cette ceinture métallique biseautée corrige définitivement les défauts que je trouvais aux premiers Xperia Z, le téléphone est agréable en main. Sony a d’ailleurs introduit des angles en caoutchouc – à l’aspect « gomme » – pour améliorer la résistance aux chocs (surtout lorsque l’appareil tombe sur les angles). Une bonne initiative d’un point de vue solidité, néanmoins cet aspect détériore l’esthétique globale du téléphone.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03947

Angle « caoutchouc »

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03969

Dessous du Xperia Z3

Les différences sont minimes, de l’ordre du millimètre. Mais le profil carré et l’aspect monolithe – qui ne plaisaient pas à tout le monde – se font peu à peu oublier avec bien plus de raffinement.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03937

Sony Xperia Z3 en blanc

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03928

Sony Xperia Z3 en blanc

Côté connectiques, pas de surprises : les slots micro-SIM et microUSB sont protégés par des caches qui permettent au Xperia Z3 d’être certifié IP68, une certification qui lui garantit de résister aux baignades et aux particules les plus fines (dont le sable).

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03996

microUSB

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03991

Slots microSIM et microSD

Ces caches sont essentiels pour la conception imperméable. Si vous ne voulez pas vous embêter à les retirer à chaque fois, il existe un accessoire de recharge qui n’utilise pas l’induction, mais de simples contacts magnétiques. Heureusement, le port casque (3,5 mm) est toujours accessible, même dans l’eau.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC04084

7,5 mm d’épaisseur

Globalement le design du Xperia Z3 est le même que le précédent modèle, mise à part ces quelques millimètres d’épaisseur en moins, ces quelques grammes perdus et ces angles composés de gommes afin de lui permettre de résister aux chutes. Sony gomme peu à peu les défauts que l’on peut retrouver sur la gamme Xperia Z.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC04078

Noir, bronze et blanc !

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC04077

Noir, bronze et blanc !

Enfin, on notera les déclinaisons en vert métallisé et en bronze. J’ai pu approcher ces coloris, et j’ai plutôt été surpris par le coloris « bronze », très classe, moins bling bling que les produits dorés que l’on peut trouver chez la concurrence. On retrouve également les coloris noir et blanc, et cette fois-ci du « full white » comme le dit Sony – la face du téléphone est donc également blanche.

 

Xperia Z3, où sont les nouveautés ?

Sony s’est attaqué à plusieurs chantiers. La marque japonaise veut proposer le meilleur capteur photo, le meilleur design, le meilleur écran, la meilleure autonomie, le meilleur son, la meilleure connectivité… autant de chantiers où il est nécessaire de se différencier. Et malheureusement… il est plutôt difficile de se différencier aujourd’hui.

L’écran, par exemple, n’a pas beaucoup évolué. On retrouve cette dalle de 5,2 pouces de diagonale avec une définition 1080p – et non QHD comme nous avions pu l’entendre – avec la technologie Triluminos (la gamme de couleurs) et X Reality (pour le rendu et le contraste). Petite amélioration, la luminosité qui monte désormais à 600 cd pour une meilleure lisibilité en plein soleil. Cet écran souffre toujours des défauts des précédents modèles.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03917

5,2 pouces en 1080p

Par exemple, X-Reality qui apporte du contraste aux images, j’ai toujours ce sentiment que c’est trop saturé les couleurs réalistes dans les photos ont été poussées trop loin, me rappelant certains défauts que nous avons eu sur les écrans AMOLED dans le passé.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03919

Les bordures sont de plus en plus fines !

 

Grand angle (25 mm) et 12800 ISO

Côté photo, on retrouve le fameux capteur de 20,7 mégapixels. Il faut dire que les capteurs de Sony équipent un grand nombre de smartphones, néanmoins le fabricant japonais n’a pas encore livré un seul de ces nouveaux capteurs. On les retrouve uniquement sur les produits Sony.

Z3 Mode auto Z3 macro3 Z3 auto3

 

Z3 Screenshot_2014-09-03-10-59-38

Qualifié de photophone par Sony, on peut dire que sur le papier le Xperia Z3 a tout d’un compact photo. Un capteur Exmor RS en ouverture 1/2.3, capable désormais de proposer un angle large de 25 mm et de monter à une sensibilité de 12800 ISO. Il nous reste donc à tester en profondeur les capacités de ce capteur.

L’appareil photo de Sony propose des mini apps, que l’on peut télécharger. On retrouvait déjà ces mini apps sur le Xperia Z1, du panorama jusqu’à des fonctions de réalité augmentée (en gros, des poissons qui se promènent chez vous). Sony introduit donc de nouvelles mini apps, dont Face In pour afficher les têtes de vos amis sur les photos de vacances, AR Fun pour colorier et s’amuser avec vos photos, Sound Photo pour enregistrer l’ambiance sonore lors de la prise de photo (comme sur le Lumia 930) et enfin Multi caméra.

c_FrAndroid-Sony-Xperia-IFA-2014-DSC03909

Cette dernière mini-app est sûrement la plus étonnante : elle permet d’appairer plusieurs smartphones (en Bluetooth) ou appareils photos (Sony) pour capturer plusieurs photos à la fois et monter le tout sur un super poster. Le résultat peut être surprenant, néanmoins cela a le mérite d’être différenciant (et gadget, j’avoue).

 

Autonomie : 2 jours annoncés !

L’autonomie a également été améliorée avec une capacité de 3100 mAh, Sony nous garantit désormais de tenir 2 jours en autonomie. Je reste perplexe, néanmoins Sony m’a assuré que l’autonomie avait été un important sujet. Il faut les comprendre : une étude récente annonçait que l’autonomie était le critère numéro 1 pour les consommateurs français. Sony mise donc également sur son mode Stamina, un mode qui n’active que l’essentiel afin de pouvoir terminer correctement ses longues journées.

 

Toujours et encore, du Snapdragon 801 !

Pour les performances, Sony a rien changé. On retrouve l’architecture Qualcomm Snapdragon 801, du quadruple-coeur avec une fréquence d’horloge un peu plus élevée que le Xperia Z1, soit du 2,5 GHz (MSM8974AC). C’est l’architecture qui équipe le Samsung Galaxy S5, le LG G3 ou encore le Xiaomi Mi 4.

Bench.001 Bench.002

Le petit bémol, Sony ne propose « que » la catégorie 4 (débit descendant jusqu’à 150 Mbps) de la 4G LTE, ce qui est dommage à quelques semaines des campagnes des opérateurs français avec la 4G+ (catégorie 6 avec des débits descendants jusqu’à 300 Mbps). On ne sait pas si l’iPhone 6 sera compatible catégorie 6, néanmoins ce qui est sûr, c’est que Samsung est sur le coup. Enfin, le tout est épaulé par 3 Go de RAM, et on retrouve 16 Go de mémoire interne (en plus du slot micro-SD).

 

DSEE HX, qu’est que c’est ?

N’oublions pas le son. Sony avait cherché à augmenter la qualité sonore dans deux domaines sur le Xperia Z2 : le premier en optant pour des haut-parleurs orientés vers l’avant ; la seconde en s’appuyant sur une technologie d’annulation du bruit (lorsque vous utilisez un casque compatible). La nouveauté introduit sur le Xperia Z3 est le DSEE HX (Digital Sound Enhancement Engine).

i0180_GB i0170_GB

Derrière ce nom barbare se cache…. une technologie qui améliore (upscale) la qualité du son pour s’approcher d’une « définition HD ». Nous n’avons pas pu tester cette fonction, néanmoins d’après Sony, c’est un algorithme qui restaure la qualité sonore en recréant les harmoniques haute fréquence qui sont généralement perdus dans les fichiers MP3 et AAC fortement compressés.

 

Le Sony Xperia Z3 <3 Playstation 4

Enfin, la plus grosse nouveauté du Xperia Z3 (selon moi), c’est la compatibilité avec la PlayStation 4. La fonction Remote Play permet, tout simplement, de déporter un jeu de la console de salon vers son Xperia Z, en utilisant un simple réseau WiFi, ou à travers un réseau 4G/3G.

Remote Play

Pour améliorer l’expérience de jeu, Sony introduit également un accessoire pour pouvoir « coller » une manette PS4 au Xperia Z3. Nous avons dédié un article à cette fonction, afin de mieux expliquer son fonctionnement.

 

Comment peut-il se positionner face à l’iPhone 6 ?

Alors que penser du Sony Xperia Z3 ? C’est un challenger de taille à l’iPhone 6. Sony a travaillé comme une pierre précieuse son Xperia Z3, itération après itération. Il n’est pas exempt de défauts, son design tranche – et il ne laisse pas insensible. C’est évident. On peut regretter également l’arrivée de ces angles « caoutchouc » qui ajoutent de la solidité, mais qui diminuent l’esthétique du téléphone.

Sony ne fait pas la course aux caractéristiques non plus. Mis à part son capteur de 20,7 mégapixels, le reste des caractéristiques n’a rien de différenciant : un écran 5,2 pouces en 1080p, du Snapdragon 801… c’est l’offre globale qui reste très cohérente avec très peu de défauts. Enfin presque… son prix est élevé : 680 euros « nu » (16 Go). Mais on ne peut pas en vouloir à Sony, c’est une question d’image. Comment peut-il positionner un appareil face à l’iPhone 6, s’il est vendu 400 euros moins cher ? La valeur perçue par le client est très importante, cette « qualité perçue » joue un grand rôle dans le processus de choix et d’achat. Une question d’image…

D’ailleurs, j’ai une petite pensée pour les utilisateurs du Xperia Z2. Il serait vraiment dommage s’ils ne pouvaient pas profiter de la fonction Remote Play. Le téléphone n’a que 6 mois, et beaucoup l’ont acquis pendant les dernières vacances d’été. 

La disponibilité est très proche, le Sony Xperia Z3 sera disponible début octobre chez tous les opérateurs, ainsi que dans la plupart des boutiques en ligne. Une version double SIM est prévue pour certains marchés ; il sera certainement possible de l’importer (attention aux bandes de fréquences 4G LTE, tout de même).