La Poste australienne (Australia Post) vient de démarrer des tests de livraisons par drone. L’entreprise espère pouvoir réaliser des livraisons par drone auprès de ses clients d’ici la fin de l’année. De quoi permettre de livrer plus facilement et rapidement des zones rurales reculées.

livraison drone australie poste

L’Australie est un vaste territoire avec des habitations parfois très reculées et enfoncées dans les terres. La livraison de courrier et colis n’est donc pas facile en dehors des grandes villes côtières. Pour répondre à cette problématique, La Poste australienne (Australia Post) compte utiliser des drones de livraison.

Les premiers tests ont débuté, avec les drones de l’entreprise ARI Labs, d’un poids de 1,2 kg, capables de parcourir des distances d’environ 15 km en 15 à 20 minutes. Pratique pour livrer rapidement une ferme reculée proche à voile d’oiseau, sans passer par une route tortueuse de plusieurs dizaines de kilomètres. Les drones ne sont pas autonomes, contrairement au projet d’Amazon Prime Air, et nécessitent d’être pilotés par un pilote de drone. Dans le projet d’Australia Post, le pilote transporte son drone dans une voiture pour s’approcher du destinataire et le fait décoller depuis la route.

 

Les premiers colis livrés dans quelques mois

Le test actuel va se dérouler sur deux semaines, pour être sûr que ce mode de livraison soit fiable et sécurisé. D’ici la fin de l’année, Australia Post espère pouvoir démarrer un test grandeur nature, à l’aide de ses clients. L’idée est de livrer plus d’une cinquantaine de destinataires, par les airs, deux fois par semaine d’ici quelques mois. Pour rassurer le public, Australia Post précise que ses drones sont dotés d’un parachute, d’une alarme et de lumières. Des ingénieurs d’ARI Labs suivent le trajet du drone en temps réel, depuis leurs bureaux. Dans le futur, l’entreprise espère pouvoir automatiser ce suivi en temps réel tout en gardant la nécessité d’avoir un pilote.

 

La question de la réglementation

L’avenir de la livraison passe-t-il par les airs ? Sûrement, si l’on en croit les nombreux projets qui se multiplient, à l’image d’Amazon, de DHL ou encore de la Poste suisse. Financièrement, la livraison de drone manuelle – comme en Australie avec un pilote par drone – ne semble pas être viable et il faudra sûrement attendre les livraisons autonomes, à l’image du projet d’Amazon. Pour cela, il faudra que les réglementations évoluent puisque la plupart interdisent, pour le moment, les vols autonomes de drones. Amazon a d’ailleurs pris les devants pour proposer sa propre réglementation.