Le mois dernier, Tag Heuer, le célèbre horloger suisse, a dévoilé sa première montre connectée, sobrement intitulée la Connected Watch. Non content de se démarquer de sa concurrence en se positionnant sur le marché du luxe – ou tout du moins le luxe “abordable” -, Tag Heuer opte également pour un processeur Intel en lieu et place de l’habituel Snapdragon 400 de Qualcomm qui anime les autres montres. Nous avons passé quelques minutes en compagnie de cet OVNI du monde des smartwatchs pour vous détailler nos impressions.

DSC07218 copy

À première vue, la Tag Heuer Connected Watch ressemble beaucoup à la Carrera, un des modèles standards de l’horloger, à quelques différences près (notamment concernant le nombre de boutons) et dans sa variante avec un bracelet en caoutchouc vulcanisé. Aussi, avec son look de montre luxueuse, son épaisseur de 12,8 mm, soit légèrement plus que les Huawei Watch et Moto 360 (2015) par exemple, ne choque pas. Une fois accrochée à un poignet d’homme, elle impose son style plus que ses dimensions, tout en évitant de tomber dans certains travers que certains pourraient adopter en se lançant dans le marché du luxe. Contrairement à Apple avec sa Watch Edition, aucune dorure ne vient gonfler inutilement le prix au nom du bling-bling.

La finition Tag Heuer

En dehors du bracelet, que nous aurions aimé voir toutefois dans d’autres matériaux que le “caoutchouc vulcanisé” (sa désignation officielle) afin de varier les plaisirs, mais qui reste de qualité, le boitier lui-même est en titane grade 2, un composant aussi léger que résistant qui confère à la montre une grande robustesse pour un poids de seulement 52 grammes. À titre de comparaison, les Huawei Watch et autres LG Watch Urbane (pour ne parler que des mieux finies) pèsent entre 60 et 68 grammes environ. Dans la main, la Tag donnerait presque l’impression d’être un jouet tant elle semble légère. Un très beau jouet à près de 1500 euros tout de même qui, une fois monté au poignet, se rapproche davantage du bijou.

tag-heuer-connected-watch-3

Pour en finir sur le design de la Tag Heuer Connected Watch, elle arbore également une boucle déployante servant de système d’attache, sur lequel nous reviendrons plus en profondeur lorsque nous aurons l’occasion de tester plus longuement cette montre, ainsi qu’une couronne (bouton poussoir) sur le côté de son cadran. Tous deux sont frappés du logo de la marque, ce qui donne à l’ensemble un cachet certain, d’autant que le bouton en question est très réactif et respire la qualité.

tag-heuer-connected-watch-2

Une autonomie accrue ?

Tag Heuer a mis tous les atouts de son côté afin d’éviter de tomber dans le principal piège des montres connectées, à savoir l’autonomie moyenne. Avec une batterie de 410 mAh (la moyenne étant entre 300 et 400 mAh habituellement) et un écran LCD transflectif qui permet d’obtenir une meilleure luminosité en extérieur qu’avec un LCD classique, et dont le rétro-éclairage se coupe en veille pour économiser de l’énergie. Il est toutefois impossible à l’heure actuelle de prévoir à quel point le processeur Intel de la montre sera gourmand. Avec un dual-core maison cadencé à 1,6 GHz et 1 Go de RAM (contre 512 Mo chez la concurrence), une chose est sûre, la puissance est là, et nous n’avons d’ailleurs pas ressenti le moindre ralentissement lors de nos essais, mais cela, nous n’en doutions pas tant le système Android Wear est léger.

tag-heuer-connected-watch-4

Il faudra donc attendre à nouveau un test un peu plus poussé pour juger de l’autonomie réelle de la Connected Watch, qui se recharge par ailleurs à l’aide d’un socle muni de connecteurs. On peut toutefois dire dès à présent que l’écran (360 x 360 pixels) est très agréable à l’œil, tout du moins dans les conditions dans lesquelles nous l’avons essayé, c’est-à-dire en intérieur et avec une lumière artificielle. On notera au passage que son écran est complet et ne se voit pas rogné d’une barre noire comme c’est le cas sur les Moto 360 ou la Fossil Q Founder.

tag-heuer-connected-watch-1

Quelques ajouts signés Tag Heuer

Si Tag Heuer a décidé de ne pas intégrer de capteur cardiaque sur sa montre, l’horloger a souhaité rester fidèle à ses origines. Aussi, en plus des quelques (très belles) watch faces préembarquées, la Connected Watch propose quelques applications maison, à commencer par un chronomètre et un minuteur dont l’animation est particulièrement soignée. Un clin d’œil à l’histoire de la marque qui a créé voilà 99 ans le premier chronographe précis au centième de seconde.

tag-heuer-connected-watch-5 tag-heuer-connected-watch-6

Autant dire que Tag Heuer propose là un très bel objet, comme à son habitude, qui arriverait même à nous faire oublier qu’il s’agit d’une smartwatch, ce qui tombe plutôt bien pour ceux qui échangeront, au bout de deux ans, leur montre connectée pour une version mécanique, moyennant 1500 euros supplémentaires.