C’est en amont du Computex qu’Asus a choisi de dévoiler ses nouveaux smartphones, les Zenfone 3, Zenfone 3 Deluxe et Zenfone 3 Ultra. Et la chose est bien normale, me direz-vous : le constructeur est à la maison. Asus a une longue histoire dans les nouvelles technologies et c’est seulement après s’être imposé chez les plus technophiles d’entre nous sur le marché des composants PC que la marque s’est lancée dans les produits finis. Des laptops, puis des mini-laptops, puis des tablettes, puis des tablettes-smartphone-stylet-téléphones… pour finir par faire, année après année, des smartphones Android avec un rapport qualité-prix vraiment bon. Découverte.

zenfone-3-une

Les Zenfone 3 en vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Cette année, la gamme Zenfone se décline en 3 versions : standard, Deluxe et Ultra. Les deux premiers sont des appareils qui arriveront sans aucun doute sur le marché européen. Pour le dernier, l’espèce de smartphone-tablette de 6,8 pouces avec un écran 4K, les responsables d’Asus France sont moins sûrs. Nous pouvons donc expédier en une phrase la prise en main de ce modèle : il n’entre pas dans nos mains.

Zenfone 3 : un petit air de Galaxy

Passons tout de suite aux choses sérieuses avec le Zenfone 3 et rappelons avant toute chose son prix : l’engin d’Asus sera vendu à partir de 249 dollars. Et malgré une fiche technique qui n’est pas haut de gamme (il manque notamment un Snapdragon 820 à l’appel), l’engin est vraiment agréable à utiliser.

asus-zenfone-3

Côté design, on trouve des finitions glossy qui rappellent celles de la série Galaxy Sx de l’année dernière. Au toucher, l’appareil est lisse et semble bien robuste : on ne peut pas dire qu’on a l’impression d’avoir dans les mains un bout de plastique qui couine. L’écran 2,5D de 5,5 pouces est bien intégré dans le boîtier : pas de bordure qui dérange, pas de contours trop épais, bref, le Zenfone 3 passe inaperçu et on le remercie pour cela. Habitué à manipuler un iPhone de 4,6 pouces, je n’ai même pas senti les fractions de pouces supplémentaires dans la diagonale d’écran — quand un Ultra était carrément impossible à retourner à une main sans se contorsionner. Notez en revanche que la coque arrière est très salissante : en une dizaine de minutes, la représentante d’Asus à mes côtés a dû la nettoyer 2 fois et l’a refait quand je suis parti.

asus-zenfone-3-2

Moi qui ne suis pas un grand fan des boutons directement intégrés à l’interface, je suis ravi de retrouver une barre de boutons tactiles en dessous de l’écran qui propose les 3 fonctionnalités principales d’Android : le bouton retour, le bouton home et le multitâche. Asus a d’ailleurs ajouté un petit truc à lui sur cette fonctionnalité en proposant de fermer toutes les fenêtres d’un coup. Gadget, mais amusant : cela ravira les maniaques de la mémoire vidée, en attendant Android N, qui propose une option similaire.

zenfone-3-deluxe-interface

Malgré une configuration milieu de gamme, le Zenfone 3 n’a pas le moindre problème pour afficher Android. L’interface est parfaitement fluide et ne souffre d’aucun temps de latence, même quand des tas d’applications sont lancées. Les nouveaux effets de parallaxe développés par Asus pour sa version modifiée du système sont agréables à la rétine. Pour les puristes, semble d’ailleurs avoir suivi la tendance actuelle, qui est à l’épuration des versions constructeurs du système. Les fonctions en plus (comme le menu qu’on tire du bas vers le haut et qui est un ensemble de raccourcis bien pratiques) sont très discrètes et n’entachent pas du tout l’expérience utilisateur. Asus nous a même garanti avoir réduit le nombre d’applications préinstallées au strict minimum : nous confirmerons cela dans le test.

Après la photo de nuit, la stabilisation en lumière

Ce qui est plutôt impressionnant de prime abord, c’est la stabilisation optique proposée par le constructeur à la fois sur le Zenfone 3 et le Zenfone 3 Deluxe. Si l’autofocus adaptatif est déjà très bon et permet de filmer sans aucun problème un objet qui bouge et qui change de plan, le stabilisateur d’image permet de faire passer vos prises d’amateurs pour des courts-métrages de pro. On aurait bien aimé filmer ces prises en main avec un smartphone du genre, vu comme la foule se bousculait pour atteindre les appareils.
00014
00015
C’est vraiment cool de trouver ces technos sur le modèle classique d’Asus et de voir que le constructeur ne les a pas laissées au modèle Deluxe. Et alors autant les gadgets et autres fonctionnalités inutiles ont plutôt tendance à me faire sourciller (de scepticisme), autant là, je vois clairement l’intérêt. Ne serait-ce qu’au boulot : pouvoir filmer des vidéos en reportage d’une qualité décente, ou faire des lives, deviendrait un jeu d’enfant. Et il faut se souvenir, par-dessus le marché, qu’on parle d’un appareil annoncé autour de 250 dollars, pas du ultra haut de gamme qui fait un trou dans le porte-monnaie.

En version Deluxe, le Zenfone 3 se fait premium

D’ailleurs, parlons un peu de la version Deluxe de cet engin. Elle reprend bien entendu tous les points positifs du Zenfone 3 tout en mettant un coup de boost côté caractéristiques. On remplace le processeur par un Snapdragon 820, on dope la RAM à 6 Go (que faire de tout cela ?), on passe l’écran à 5,7 pouces et on l’incruste dans un écrin unibody en métal. Asus a insisté sur le fait qu’il était le premier constructeur à avoir su faire un smartphone sur lequel les antennes n’apparaissent pas sur le corps de l’engin.

L’argument est un peu pipeau dans la mesure où on ne voit pas ces lignes sur l’arrière d’un Galaxy S7 par exemple (mais peut-être n’est-il pas unibody au sens où l’entend Asus) et qu’il y a tout de même des lignes sur la tranche inférieure du smartphone, entourant le port USB.

asus-zenfone-3

Mais soit, argument marketing exclu, on se retrouve avec un bien bel engin qui a, très assurément, un feeling luxe. On retrouve sous l’écran une rangée de trois boutons qui contrôlent le système et, cela va sans dire vu le matos embarqué, ce dernier est particulièrement réactif. De la même manière que sur la version normale, il a été épuré de ce qu’il y avait en trop et nous avons hâte de le tester en profondeur pour voir si les ajouts faits par Asus sont pertinents. Nous avons eu la démonstration, par exemple, d’un outil pour composer des albums à partir des photos de la galerie plutôt chouette.

zenfone-3-deluxe-2

De même, ce modèle ravira probablement les gamers mobiles, dans la mesure où Asus a prévu un ensemble d’outils qui permettent de streamer en live ses parties, notamment sur YouTube. Si vous êtes de niveau pretty badass à Clash Royale, cela pourrait vous intéresser. La démonstration de cette techno qui nous a été faite est en tout cas très convaincante et ne met clairement pas à genou le couple processeur / GPU qui doit s’occuper à la fois du jeu et de la capture.

zenfone-3-deluxe-3

Faut-il les attendre ?

Pour résumer tout cela, on peut dire que la gamme d’Asus cru 2016 promet de belles choses. Le Zenfone 3 est un smartphone impressionnant pour son prix qui contentera ceux qui souhaitent que les choses marchent sans pour autant bénéficier des dernières caractéristiques à la mode. Celles-ci se retrouveront sur la version Deluxe de l’engin qui aura déjà plus de concurrence sur ce secteur, bien maîtrisé par les leaders historiques de la téléphonie que sont Apple ou Samsung ou les nouveaux constructeurs chinois comme Xiaomi.

Les deux engins sont prévus entre le milieu et la fin du mois de septembre en France. Leur prix exact en euros, lui, reste à confirmer.