À l’occasion de la Google I/O 2019, un partenariat entre Hyundai et Google a été annoncé pour permettre le contrôle de certains véhicules sur Google Assistant.

Les véhicules font désormais partie de Google Assistant

La bataille fait rage entre Google et Amazon pour devenir leader sur le marché des assistants, ne laissant que des miettes aux concurrents. Bien que souvent perfectibles, ces assistants vont aident dans la réalisation de vos tâches, répondre à vos questions, ou encore contrôler votre domotique. Représentant le futur de Google, l’Assistant se décline sous tous les formats : smartphone, télévisions, enceintes… sans compter les innombrables objets tiers qui l’intègrent à leur produit.

Une nouvelle étape est franchie dans les capacités de Google Assistant, puisque lors de la Google I/O 2019, un accord a été officialisé avec la marque coréenne de véhicules Hyundai. Désormais, certains modèles seront contrôlables à la voix.

Tout cela n’est en réalité qu’une interface vocale pour une application existante : Blue Link. Voici quelques exemples de commandes :

  • Démarrer la voiture
  • Quantité de carburant restant dans le réservoir
  • Ouvrir / fermer les portes
  • Gérer les lumières
  • Modifier la température
  • Localiser la voiture

Un exemple de conversation sur Google Assistant

En réalité ces commandes vocales existaient déjà dans Google Assistant, mais nécessitaient de passer par une application. Cela obligeait les utilisateurs à dire « Ok Google, demande à Blue Link de […] ».

L’annonce de la Google I/O permet de supprimer la mention Blue Link et d’avoir une conversation plus naturelle comme « Ok Google, ferme les portières ». Inutile de préciser qu’il s’agit d’un véhicule, ni du modèle en question, c’est Google Assistant qui interprète le contexte. Concrètement cela se matérialise par l’ajout d’un nouveau véhicule dans l’application Google Home, comme vous le faites déjà pour n’importe quel objet connecté de la maison.

Ensuite chaque commande sera interprétée par le Google Assistant, qui interrogera les serveurs de Hyundai, qui les renverra vers le bon véhicule. Certains peuvent donc y voir de potentielles failles de sécurité, mais ce système existe déjà sur certains modèles de Hyundai. Par ailleurs, pour les commandes critiques comme le verrouillage/déverrouillage des portières, une validation du mot de passe ou de l’empreinte de l’utilisateur est obligatoire.

L’annonce ne consiste au final qu’en la suppression de la « demande à Blue Link » lors des requêtes. Ce changement ne demandera aucune mise à jour côté véhicule. Il faudra en revanche patienter quelques semaines le temps que la fonctionnalité soit totalement disponible sur l’assistant de Google.