Le groupe Yamaha s’est associé à Gogoro pour tenter de pénétrer le marché taïwanais des scooters électriques à batterie échangeable. Un système qui y rencontrerait un succès considérable.

Si le marché européen des scooters électriques se développe progressivement, celui de Taïwan vivrait une véritable révolution. Ces alternatives aux cyclomoteurs à essence y rencontrent en effet un succès considérable, faisant les beaux jours des jeunes pousses spécialisées dans ce segment. À l’image de Gogoro, fondé en 2011, mais déjà considéré comme l’un des leaders de son pays.

Yamaha séduit par les idées de Gogoro

Avec 1200 employés enregistrés, cette start-up devenue grande a fait des scooters électriques et des infrastructures d’échanges de batteries son véritable fer de lance. Et possède aujourd’hui plus de 750 sites (bientôt 1000) éparpillés dans l’État insulaire, pour plus de 17 millions d’échanges de batteries recensées. Un succès et des chiffres prometteurs qui ont visiblement tapé dans l’œil d’un certain Yamaha, récemment apparu dans nos colonnes pour ses vélos électriques tout-terrain.

Le groupe japonais n’a effectivement pas hésité à se rapprocher de Gogoro, avec, à la clé, un partenariat inédit présenté dans un communiqué de presse publié sur son site officiel. Dans l’idée, Yamaha apportera sa puissance marketing et son savoir-faire en matière de construction, quand Gogoro fournira sa technologie. Pour ainsi créer un scooter électrique à batterie échangeable made by Yamaha, normalement commercialisé à l’été 2019.

Pratique, rapide et efficace

Le principe de ce système se veut simple et efficace : lorsque la batterie de la bécane est à sec, le conducteur doit se rendre à l’une des stations, retirer la charge vide située sous le siège du véhicule et la remplacer par une neuve. Le tout réalisable en très peu de temps. À l’avenir, il serait intéressant de voir ce concept débarquer sur le Vieux Continent, à condition que le marché des scooters électriques prenne de la hauteur. Sans quoi l’échec serait inévitable.

Pour aller plus loin, l’idée d’une batterie échangeable adaptée aux voitures a de quoi faire rêver. Alors certes, la batterie d’une automobile est bien plus imposante et lourde que celle d’un scooter, balayant d’un revers de la main un tel système pour un véhicule à quatre roues. Mais des batteries de secours moins encombrantes pourraient par exemple être imaginées, et viendraient alors sauver le conducteur en cas de panne. Après tout, pourquoi pas ?

À lire sur FrAndroid : Vespa Elettrica : un scooter électrique connecté aux 100 km d’autonomie lancé en octobre