Célèbre pour sa conception de motos, le groupe Yamaha Corporation va maintenant tenter de percer le marché des vélos électriques aux États-Unis. Pour ce faire, le constructeur japonais a lancé quatre modèles dont les usages et les tailles sont adaptés à un large public.

Lorsque l’on évoque Yamaha, un seul et unique mot nous vient à l’esprit : moto. Spécialisée dans ce domaine depuis maintenant plus de 60 ans, la compagnie japonaise s’est au fil du temps diversifiée dans d’autres segments (un peu à l’image de Xiaomi, qui avait dévoilé un vélo électrique en 2016) : des motoneiges aux scooters de mer en passant par les circuits intégrés et les appareils électroniques. Et la voilà désormais lancée dans la nouvelle grande bataille des vélos électriques, peut-on lire sur Electrek.

Des vélos adaptés à la taille de tous les usagers

Celle qui conçoit des moteurs électriques pour vélos depuis déjà de nombreuses années s’implante en effet sur le sol américain, à travers la commercialisation de quatre bicyclettes électriques. Leur principale force ? Un large choix de taille (petit, moyen, grand) qui s’adapte au physique de n’importe quel amateur ou professionnel du vélo. Le but étant bien sûr de toucher un maximum de personnes possible.

Drew Engelmann, directeur du pôle Ventes & Marketing de l’entité Power Assist Bicycle de Yamaha, s’est exprimé dans un discours des plus enthousiasmants : « Nous avons reçu des très bons feedback de la part des revendeurs et clients, de la Californie au Maryland. Du cycliste occasionnel au plus invétéré, tous se rendent compte des avantages offerts par un e-Bike au quotidien », clame-t-il.

L’électrique, oui, mais au prix d’un tarif élevé

Et de poursuivre toujours plus emballé : « Yamaha est l’un des leaders internationaux dans la fabrication de vélos à assistance électrique depuis plus de deux décennies, et il est maintenant excitant de déployer nos premiers vélos électriques aux États-Unis ». Plus concrètement, leur gamme de produits se décline en quatre modèles dont les usages diffèrent les uns des autres.

Le CrossConnect (2999 dollars), utilitaire et personnalisable, pourrait être comparé à un VTC, quand l’UrbanRush (3299 dollars) se veut plutôt être un vélo de vitesse fait pour la ville. Le CrossCore (2399 dollars), quant à lui, conviendrait parfaitement aux trajets plus mouvementés — comprenez, avec des côtes. Le YDX-TORC se distingue des autres par son prix, 3499 dollars, mais aussi par son usage : de l’exploration dans les montagnes au beau milieu de sentiers perdus.

À noter que le moteur des vélos Yamaha leur permet de grimper facilement et rapidement jusqu’à 32 km/h. Les batteries en Li-ion se rechargent à 100 % au bout de quatre heures, alors qu’un écran LCD multifonction sur lequel un indicateur de batterie apparaît est installé directement sur le vélo. Bref, Yamaha met ici en place une offre complète et adaptée pour tous, à condition évidemment de mettre la main à la poche.

À lire sur FrAndroid : Comment bien choisir sa trottinette électrique en 2018 ?