L’effet Google semble enfin opérer chez Motorola.

Google a racheté en août 2011 Motorola Mobility afin d’obtenir le portefeuille de brevets du constructeur. L’objectif était bien évidemment de protéger Android face aux attaques qui ne cessaient alors de se multiplier. Toutefois l’entreprise Motorola Mobility ne se limite pas à des brevets, car il propose notamment des terminaux mobiles. Google annonçait alors ne pas vouloir interférer dans la stratégie de l’entreprise.

Mais après des résultats financiers plutôt décevants, Google a commencé à prendre part aux décisions. Son empreinte n’est pas totale, mais commence à se faire sentir. Par exemple lors de l’annonce des trois nouveaux RAZR aux Etats-Unis, Eric Schmidt introduisait la conférence, alors que les représentants du géant de recherche se faisaient discrets jusqu’alors.

Google arrivant aux affaires, une sage décision a été prise : déverrouiller les bootloaders des terminaux vendus. Pour cela des modèles « Developer Edition » sont mis à la vente et qui sont garantis de pouvoir permettre aux bidouilleurs de modifier à leur guise le téléphone. Finalement la stratégie de Motorola est bien plus large, car sont désormais éligibles au programme de déblocage du bootloader :

  • Photo Q 4G LTE
  • DROID RAZR M Developer Edition – Verizon
  • DROID RAZR HD Developer Edition – Verizon
  • RAZR HD
  • RAZR i

Ces deux derniers terminaux nous intéressent particulièrement, car pour le RAZR HD les modèles vendus en Europe, Amérique latine, Australie et au Canada via Rogers sont compatibles. Pour le RAZR i la situation est bien plus simple, car il participe au programme quel que soit le pays. Pour plus d’informations rendez-vous sur ce lien.

Motorola qui ne jurait que par des bootloaders verrouillés fait enfin machine arrière. Il ne reste plus qu’au constructeur à être beaucoup plus rapide sur les mises à jour du système (ou ne les annule pas…), car les nouveaux RAZR sont sous Android 4.0 (Ice Cream Sandwich), alors que la version 4.2 risque d’arriver dans les prochaines semaines…

Source