C’est une nouvelle étape qui s’ouvre pour Cyanogen. La plus populaire des ROM pour Android annonce aujourd’hui avoir réalisé une levée de fonds à hauteur de 7 millions de dollars. Ses ambitions sont simples : « apporter l’expérience Cyanogen à tous« .

Cyanogen

Cyanogen s’est décidé aujourd’hui à raconter son histoire, mais aussi et surtout ses ambitions pour l’avenir. Cela passe par l’annonce d’une levée de fonds amorcée en avril dernier auprès de Benchmark Capital et de Redpoint Venture. Bien qu’aucune somme n’ait été précisée pas Steve Kondik, qui publiait aujourd’hui un historique de Cyanogen en forme de manifeste, The Verge ou TechCrunch évoquent la somme de 7 millions de dollars. Kondik souhaite développer le parc d’utilisateurs de la ROM Cyanogen de manière exponentielle, lui qui compte déjà 8 millions d’utilisateurs dans le monde, et qui l’avoue lui-même : « le pire obstacle que nous souhaitions surmonter, c’est l’horrible processus d’installation« .

La transformation de la communauté Cyanogen a été le moyen pour la ROM d’accéder à de nouvelles fonctionnalités (Voice+, Privacy Guard par exemple) et d’être portée sur de nombreux terminaux. « L’installation doit être facile et sécurisée« , et c’est en ce sens que Cyanogen annonce aujourd’hui le lancement de son propre installateur sur le Play Store, lequel sera disponible d’ici quelques semaines.

Un place à conquérir sur le marché

Pourquoi lancer une telle application ? « Je ne suis pas du genre à laisser les choses stagner« , assure Kondik, qui a abandonné son poste chez Samsung à l’époque de la levée de fonds, et a réuni une équipe de 17 personnes. Il vise sans grand complexe d’autres ROM, mais d’autres systèmes d’exploitation qui déclinent (BlackBerry) ou peine à se faire une place dans le monde des mobiles (Windows Phone).

Cyanogen souhaite devenir « un OS mobile fait par des utilisateurs pour des utilisateurs« . Kirt McMaster, le digital executive de Cyanogen, l’a confirmé à The Verge : « On a toujours beaucoup discuté pour savoir qui serait la troisième plateforme mobile dominante. Windows Phone est peut-être numéro 3 maintenant. Si vous regardez notre base d’utilisateurs actuelle, nous sommes probablement au même niveau ou au-dessus« . Si Cyanogen ambitionne de ne pas en rester là, et propose une version d’Android gratuite, deux questions devront être soulevées : celle de la rentabilité de Cyanogen, mais aussi celle des applications propres à Google (Gmail, Drive…) qui pourraient être bloquées par la firme de Mountain View en cas de conflit.