La Californie vient d’adopter deux textes de loi contre le piratage de photos intimes. Le but est à la fois de réagir au scandale des photographies à caractère sexuel, volées à plusieurs stars, mais aussi de mieux protéger la vie privée des citoyens.

Los Angeles, Californie

Los Angeles, Californie

Comme souvent en politique, il suffit d’un fait divers pour faire avancer les choses, que ce soit dans le bon ou dans le mauvais sens. On apprend aujourd’hui que Jerry Brown, le gouverneur de Californie, a paraphé deux textes de loi contre le « piratage ». En réalité, à lire ces textes, il s’agit plutôt de protéger l’intimité des concitoyens à l’heure du tout connecté.

C’est d’ailleurs ce qu’a expliqué Ed Chau, homme politique à l’origine de ce projet de loi : « Alors que la technologie progresse et que des appareils robotisés deviennent plus abordables pour le grand public, les possibilités d’atteinte à la vie privée augmentent de façon importante ». Et en effet, le premier texte « interdit l’utilisation de drones et de systèmes robotisés aériens pour enregistrer des activités personnelles et familiales ». Quant au second texte, il permet aux victimes d’avoir un « recours légal contre une personne qui distribue intentionnellement une image ou une vidéo à contenu sexuel d’une autre personne sans son consentement », et « avec intention d’infliger une détresse émotionnelle ».

Evidemment, ces textes ne soulèvent qu’une mince partie du problème. Ce ne sont d’ailleurs pas les drones qui sont les premiers incriminés dans des affaires de cet ordre, mais bien nos chers smartphones et les services de cloud qui leur sont associés. Finalement, la Californie protège un peu ses « stars » du « grand public ».