La société KEYS Labs vient de publier ce qu’ils nomment la carte mondiale de la piraterie.

En rouge les pays piratant le plus et en orange ceux qui piratent un peu moins. On peut voir que l’Europe n’est pas épargnée. Ci-dessous la répartition par pays ayant accès au market payant (la Corée n’a pas été comptabilisée dans cette étude, surement dû à son ajout récent) :

Les auteurs expliquent que le zéro pour-cent obtenu au Japon est dû à leur outil de statistiques (flurry) qui commet des erreurs de géolocalisation au Japon. Mais pour le reste du monde ces chiffres sont très alarmants.

Poussons donc la réflexion un peu plus loin…

Nous allons examiner le protocole expérimental qu’ils ont mis en place afin de déterminer s’il est fiable.

Tout d’abord, l’application qui a récolté ces statistiques est Screebl, Elle fut très remarquée au dernier ADC (Android Developer Challenge). Cette application est éditée par KEYS Labs, qui a publié la carte. Donc déjà, les données ne pourront pas être consultées, et en plus elles appartiennent à « l’éditeur » de la carte. Un doute commence à naître.

Le système qui détecte que l’appli piratée est AAL (Auto App Licensing), publié par ….. KEYS Labs (en open source tout de même). Donc le remède à la piraterie, et dont la carte va effrayer de nombreuses personnes, est publié par le même éditeur. Tiens donc.

A ce niveau là de notre analyse, nous pouvons quasiment être sûrs que ces chiffres sont faux (ou erronés). Pour être crédibles, ils auraient dû passer par un organisme tiers pour récolter les résultats.

Et si vous, développeurs, faisiez le test ?

Et oui, ce qu’ils sont censés avoir fait, vous pouvez le faire aussi. Pour cela il vous faudra simplement implémenter dans votre application payante le nouveau système de licence de l’Android Market, le LVL, et d’y ajouter un outil statistique (Flurry, google analytics).

Vous pouvez aussi très bien utiliser les composants AAL et faire exactement la même manipulation que KEYS Labs.

Le LVL vous permet, une fois implémenté, d’obtenir deux réponses distinctes : allow ou disallow. Il vous suffit sur un disallow de demander à votre outil statistiques d’envoyer un évènement (si non disponilbe, afficher une fenêtre « pirates !!! »). Vous pourrez alors demander à votre outil le nombre d’utilisateurs uniques ayant généré l’évènement (ou le nombre de visiteurs uniques de la fenêtre « pirates !!! »). Vous aurez alors une estimation du nombre de copies pirates en circulation (voir même une carte de géocalisation).

Attention à bien pouvoir distinguer les utilisateurs uniques dans vos outils, sinon 10 lancements du même utilisateur vont valoir 10 fois plus que ce qu’ils devraient (c’est peut être la faille dans l’expérience de KEYS Labs).

Si vous vous lancez dans une telle opération, on attends vos retours avec impatience.