Voici un petit tour rapide de l’AOSP d’Android Gingerbread (2.3).

Notez que la version présentée n’est pas à 100% fonctionnelle, puisque c’est une version destinée aux développeurs.

Cette prise en main a été faite depuis un Google Nexus One sur la version d’Android FroYo (2.2) officielle et la version compilée de l’AOSP d’Android Gingerbread (2.3). Rappelez-vous que cette version est instable et destinée aux développeurs. Certaines comparaisons peuvent paraître peu concluantes, puisque le système n’est pas fini et ralenti assez.

Les points remarqués

  • Le navigateur a quelques ralentissements, mais il est plus rapide et possède le pinch-to-zoom (pincer pour zoomer)
  • Petite refonte de l’interface (barre de notifications, écran de déverrouillage, menu d’applications, ainsi que l’effet de passage en mode veille)
  • De meilleures performances globales (performances graphiques, compilateur jit, installation des applications plus rapide)
  • Et autres petits changements (paramètres d’applications étendus, ajouts d’options dans divers menus, etc…)

Ce qui fonctionne

  • Clavier Android : rapide, ergonomique et amélioration du copier/coller
  • Dialer : Le composeur de numéro fonctionne et on peut même appeler
  • SMS/MMS : Fonctionne bien, il peut envoyer et recevoir des messages
  • Navigateur, Recherche et rubrique de téléchargements
  • Calculatrice, Horloge, Musique, Reconnaissance vocale, E-mail et les Paramètres
  • Le Wi-Fi, le GPS, le Bluetooth et la 3G

Ce qui ne fonctionne pas

  • L’appareil photo et la caméra (absence de pilote matériel)
  • La galerie s’ouvre mais n’affiche aucune image
  • Absence des applications Google (logique, on est sur l’AOSP)
  • Synchronisation des contacts (Pourquoi ? l’absence des applications Google)
  • Si vous choisissez de télécharger la nouvelle version de l’AOSP intégrant les applications de Google, les deux derniers points ne sont pas à prendre en compte.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Android Gingerbread (2.3), je vous invite à consulter cet article détaillé.

Pour reparler un peu des performances globales, même si le système n’est pas totalement stable, il y a quelques points gagnés ici et là. Gardez en mémoire que ces comparaisons sont représentatives, et la presque totalité des terminaux supporteront ce gain de performance à une échelle différente. Donc ne prenez pas ces tests comme référence avec un HTC Magic par exemple. Là, il s’agit bien d’un terminal précis, et chaque terminal a des performances différentes, sauf si c’est la même marque et modèle.

Voici la liste des benchmarks utilisés (certains ne fonctionnaient pas correctement) :

Les applications de benchmark sélectionnées sont les plus stables sur Android Gingerbread (2.3). Évidemment, il en existe bien d’autres mais elles ne fonctionnent pas, ou mal.

Voici les tests (dans tous les benchmarks présentés ci-dessous, la première image est Android 2.2 et la seconde Android 2.3).

An3DBench

L’un des benchmark 3D les plus complets dans son genre. An3DBench fait 6 tests sur la partie graphique en appliquant des scènes assez complexes se basant sur une solution 3D de l’OpenGL (JCPT). Le score le plus haut, c’est le plus performant.

Dans celui-ci, le gain est assez important. Sur la plus grosse différence, on gagne pas loin de 16 images par seconde et la plus petite 2 images par seconde. Les scores parlent d’eux-mêmes, on a FroYo à 4 804 et Gingerbread à 5 931.

GPU Bench

Ce benchmark calcule les performances graphiques que votre androphone permet en se basant sur l’OpenGL ES 2.0 et sur les images par seconde que votre GPU (chipset graphique) est capable de calculer.

Comme toujours, à gauche FroYo et à droite Gingerbread. Deux scores pour deux formats de tests différents.

Une fois de plus c’est le pain d’épice qui l’emporte en Absolute à 15 999 contre 14 247, et en Relative 12 386 contre 11 494.

CaffeineMark

CaffeineMark permet d’évaluer les performances JVM (Java Virtual Machine) sur votre terminal.

On savait que d’Eclair (2.1) à FroYo (2.2), la machine virtuel Dalvik avait évolué de la version 1.1 vers 1.2. Pour Gingerbread (2.3), elle est passée de la version 1.2 à 1.4. Je vous laisse donc imaginer le total des performances une fois tout cela optimisé.

Là encore, Gingerbread remporte avec un score de 5903 contre 5251 de FroYo, et gagne 64 places pour arriver au rang 90.

Neocore

Neocore est une application conçue par Qualcomm qui se base sur l’OpenGL ES 1.1, et détermine le nombre d’images par seconde (FPS) que votre appareil peut afficher en tirant partie des performances du processeur et de la puce graphique.

Un gain de 6 images par seconde, soit 31 fps pour la 2.3 contre 24,9 fps pour la 2.2.

Nenamark1

C’est une sorte de Neocore qui tire aussi partie des performances graphiques du terminal, mais basée sur l’OpenGL ES 2.0.

L’application utilise des effets graphiques assez poussés comme les reflets, les ombres dynamiques, surfaces paramétriques, les particules et les différents modèles de lumière, afin d’en tirer le maximum des performances.

Peu de changement ont été remarqués. Pain d’épice gagne 1 à 2 fps en différence à FroYo.

Quadrant Advanced

Quadrant est une application qui se base sur la puissance du processeur, de la puce graphique sur ses performances 2d/3d, la mémoire RAM et la mémoire interne de votre androphone. Elle requiert une connexion Internet pour calculer les résultats finaux.

Constat moyen, puisque Quadrant Advanced fonctionnait à moitié… On notera tout de même, un gain important pour Gingerbread sur l’I/O de 250 points et 86 points avec la 3D.

Linpack for Android

Un benchmark très standard qui détermine la vitesse de votre androphone en donnant un résultat en millions d’instructions par seconde (MFLOPS). Bien entendu, plus le Mflops/s est élevé plus le terminal est rapide.

En moyenne, le Nexus One sur FroYo fait entre 36 – 39 Mflops/s. Depuis Gingerbread, je n’ai eu aucun mal à atteindre les 43.5 Mflops/s.

Speed Pi

Speed Pi permet d’étalonner la vitesse du processeur de votre appareil Android en chronométrant le temps qu’il faut pour calculer PI à un chiffre donné.

Pour  ce dernier, le pain d’épice croque une fois de plus un morceau de Frozen Yogourt avec 325 millisecondes, contre 495 millisecondes.

Tous ces résultats ne sont pas finaux, et pourront évoluer avec l’optimisation de cette dernière version.

—-

Comme il est cité plus haut, cette version est avant tout destinée aux développeurs. Elle sert en quelque sorte de base pour être adaptée à différents terminaux.

Voici les manipulations pour l’installer

  • Une nouvelle version de l’AOSP avec les applications Google vient d’arriver à l’instant (ou sans les applications Google)
  • Ensuite installez un recovery personnalisé (à télécharger ici ou depuis ROM Manager).
  • Relancez votre androphone en restant appuyer sur le trackball (molette) en même temps que « Power ».
  • Regardez si le HBOOT est bien en version 0.35.0017 (c’est important!), puis flashez  » fastboot flash recovery lenomdevotrerecovery.img « 
  • Une fois installé, une pression sur « Power » pour afficher la partie HBOOT
  • Glissez avec les touches volume +/- jusqu’à « Recovery » et appuyez sur « Power »
  • Une fois dans le Recovery, vous devez faire un Wipe ALL (donc pensez à sauvegarder vos données avant de faire ces manipulations)
  • Ensuite, rendez-vous dans la partie « Flash zip from sdcard » et flashez « gingerbread_passion.ctso.zip » ou « gingerbread-rooted-gapps-.. »
  • Redémarrez et bon appétit !

Si vous veniez à perdre les fichiers boot.img et recovery.img d’origine, vous pouvez les re-télécharger depuis ce lien.

Liste des terminaux avec l’AOSP (2.3.1)

—-

On terminera avec une vidéo de prise en main :

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid