Selon des rumeurs, Google pourrait revoir sa stratégie et décider d’utiliser Motorola à sa juste valeur.

L’été dernier Google rachetait Motorola Mobility pour la coquette somme de 12,5 milliards de dollars. Le géant de la recherche l’a toujours martelé : l’objectif était d’obtenir le vaste portefeuille de brevets afin de protéger Android des attaques répétées des concurrents (principalement ceux avec une forme de pomme ou de fenêtre).

Une question essentielle émergeait alors : sachant que Google produit la partie logicielle, qu’allait-il faire de Motorola et de son coeur de métier qui est bien éloigné de celui du Web ? Les dirigeants l’ont toujours affirmé : l’objectif était de laisser vivre les deux entités séparément. C’était une manière d’éviter que les constructeurs tiers qui utilisent Android ne fuient pas devant un éventuel favoritisme.

Jusqu’à présent, nous n’avions pas vu de changement ni d’un côté, ni de l’autre, à tel point que des rumeurs sur un rachat de la partie « hardware » de Motorola par le chinois Huawei venait fleurir le web. Mais il semblerait que Google ait finalement ravisé son jugement, selon deux sources de Business Insider :

Google voudrait désormais s’occuper du matériel, du logiciel et de la vente de ses smartphones

La stratégie des smartphones Nexus a toujours été simple : la partie matérielle revient au constructeur (HTC ou Samsung), la partie logicielle est gérée par Google. Pour ce qui est de la vente, le géant de Mountain View a essayé de vendre son Nexus One sur Internet, mais devant l’échec cuisant, il a du se résoudre à suivre la voie plus classique des opérateurs.

La nouvelle ambition de Google serait d’imiter celle d’Apple, à savoir s’occuper de A à Z de ses terminaux avec l’aide de Motorola. Une telle stratégie mettraient logiquement les constructeurs tiers en colère et il se murmure même Samsung et HTC commencent à entrevoir des changements de politiques. Android ne peut toutefois pas se permettre de perdre ses alliés de toujours. Il se pourrait alors que les fabricants puissent s’unir pour faire céder Google, afin de conserver des barrières entre Android et Motorola.

Vous ne le savez peut-être pas, mais Motorola est aussi un acteur majeur sur le marché des set-top box (principalement aux Etats-Unis). Nous connaissons tous l’échec retentissant de la Google TV et cette division qui semblait jusqu’alors inutile à Google pourrait être un allié de taille pour permettre à cette technologie d’envahir tous les foyers.

Toutefois les dirigeants des opérateurs câblés américains auraient menacé Google. Devant les pressions multiples, le géant aurait fait marche arrière, car cette division devrait prochainement être détachée du groupe. C’est exactement ce qui pourrait se produire avec les fabricants de smartphones : s’unir pour faire changer la stratégie de Google.

Un obstacle de taille pourrait toutefois se produire : contrairement aux opérateurs câblés qui se trouvent sur le même territoire, les constructeurs sont très diversifiés au niveau de leur taille, de leur stratégie et de leur géographie. Cela laisserait croire que le plan d’imiter Apple pourrait ne pas être contré, voire difficilement.

On pourrait alors assister à un attrait de Windows Phone 8 des constructeurs majeurs. Google ne va-t-il donc pas s’enfermer sur lui même et faire tomber Android, alors qu’il possède toutes les cartes en main pour continuer d’être le leader incontesté du marché ?