Google est à nouveau accusé d’avoir volé du code, pour Android.

Le procès Google contre Oracle donne une mauvaise image d’Android. En effet, Oracle (via le rachat de Sun) accuse le père du système d’exploitation d’avoir volé du code Java. Mais la situation ne va pas s’améliorer, puisque de nouvelles accusations viennent d’être lancées. Google aurait volé 2,5 Mo de code Linux, ce qui serait beaucoup plus que l’autre affaire. Cela représenterait 700 fichiers utilisés pour la machine virtuelle Dalvik.

Le problème est critique, car si Google est reconnu coupable, il devrait alors respecter la GPL. Le géant de la recherche et tous les partenaires (constructeurs, développeurs…)) devraient alors rendre leurs codes publics, pour qu’ils soient modifiables et redistribuables. Le modèle économique d’Android s’effondrerait alors.

Florian Mueller, la personne accusant Google d’avoir piqué du code Linux, dit que la seule solution au problème, est de remplacer le code. Par exemple, une bibliothèque alternative pourrait être utilisée. C’est notamment le cas de la « GNU C Library », qui est notamment utilisé par MeeGo ou webOS. Mais un tel changement nécessiterait de réécrire une grande partie du code du système d’exploitation. Cela prendrait donc du temps et le code ne pourrait plus se voir doter, aussi rapidement, de nouvelles fonctionnalités. Des problèmes de comptabilités pourraient également se faire sentir.

Mueller détaille point par point toutes les violations. Google va se retrouver dans une situation extrêmement complexe. Pour l’instant, il est encore délicat de voir ce que l’avenir réservera, mais une telle nouvelle est extrêmement mauvaise pour l’OS.

Source : Phandroid