Depuis la fin du mois dernier, Xiaomi a décidé de verrouiller le bootloader d’une poignée de ses téléphones. Une décision presque classique dans le monde des smartphones Android, mais qui complique considérablement la vie des utilisateurs occidentaux, en plus d’être injuste.

redmi note 3 pro 04

À la fin du mois de décembre dernier, Xiaomi a prévenu ses utilisateurs que trois de ses appareils, le Redmi Note 3, le Redmi Note Pro et le Mi 4c, auraient leurs bootloaders verrouillés avec la prochaine mise à jour de leur firmware. Les raisons évoquées pour cette décision sont classiques et justifiées : cela empêchera des revendeurs peu scrupuleux d’installer des ROM tierces remplies de bloatwares et d’applications-espionnes sur des téléphones de Xiaomi, mais aussi aux voleurs d’installer des ROM ou de contourner les protections d’Android en passant par le bootloader pour remettre à zéro un appareil.

Xiaomi n’est d’ailleurs pas le seul à verrouiller le bootloader de certains de ses téléphones. Des constructeurs comme Motorola ou LG verrouillent le bootloader de leurs appareils et demandent ensuite aux utilisateurs qui désirent le déverrouiller de passer par des logiciels ou des processus de validation de l’identité du propriétaire du téléphone.

 

Des outils de déverrouillage en chinois

C’est d’ailleurs ce que propose Xiaomi sur ces téléphones. Il est ainsi bien possible de déverrouiller son téléphone en utilisant des logiciels que la société a elle-même conçus. Mais le processus est autrement plus compliqué qu’avec les autres sociétés américaines ou coréennes, dont la majorité des formulaires sont en anglais. Dans le cas de Xiaomi, l’intégralité des logiciels et des formulaires à remplir sont en chinois. Il existe heureusement des tutoriels sur les forums de Xiaomi pour s’en sortir. Mais le pire reste le moment où Xiaomi demande à ses utilisateurs pourquoi ils désirent déverrouiller le bootloader de leur téléphone et l’attente qui s’ensuit.

 

Un temps d’attente considérable… sauf pour une poignée de privilégiés

Ainsi, pour un utilisateur lambda, le délai d’attente peut varier de 3 à 21 jours pour que sa demande soit vérifiée manuellement et qu’il reçoive un code lui permettant de déverrouiller leur bootloader. Un délai que n’ont pas à subir les membres les plus actifs du forum MiUI, qui, une fois entrés dans une catégorie, passent dans une liste blanche leur permettant de ne plus attendre pour avoir un code afin de déverrouiller le bootloader de leur téléphone. Une injustice qu’apprécient assez peu les utilisateurs de Reddit, XDA ou des forums étrangers liés à Xiaomi.

 

Le serpent qui se mord la queue

D’autant plus que la mise à jour du firmware effectuée par Xiaomi a eu pour conséquence de dé-rooter le téléphone et de créer des problèmes de bootloop auprès de certains mobinautes. Un problème qu’un utilisateur averti peut généralement facilement réparer… À condition d’avoir accès au fastboot de l’appareil, qui demande préalablement un accès au bootloader. Des utilisateurs qui doivent attendre quelques jours ou semaines pour avoir à nouveau accès à leur téléphone. Difficile de ne pas être déçu par Xiaomi, que l’on pensait un peu plus proche de ses utilisateurs occidentaux, après une telle déconvenue.