Cyanogen ne cache plus son ambition de devenir un acteur majeur des OS mobiles. Et d’annoncer, lors de sa dernière conférence, qu’on le retrouvera sur des terminaux à très bas prix dans le courant de l’année prochaine.

cyanogen

À l’occasion de sa conférence organisée cette semaine à Amsterdam, Cyanogen est revenu sur l’une des grosses attentes l’entourant : la sortie de CyanogenMod 13 (et de Cyanogen OS 13, basé sur la même version de la ROM) permettant à ses utilisateurs de goûter aux joies de Marshmallow. La réponse était claire : le lancement de CM13 interviendra avant la fin de l’année, « avant Noël » si tout se passe bien. Le rendez-vous est pris.

Le Big Android BBQ Europe n’a pas seulement permis d’évoquer le lancement d’une release stable de CM dans moins de deux mois. Steve Kondik, présent sur place, a évoqué plus précisément ce que nous avait déjà laissé entendre son collègue Kirt McMaster, lors du Web Summit organisé à Dublin quelques jours plus tôt. Le cofondateur de Cyanogen nous indiquait alors : « De nombreuses annonces arrivent, dont de nouveaux constructeurs partenaires ».

À lire : Cyanogen : l'autre visage d'Android qui dérange

Alors que l’on connaît déjà des appareils sous Cyanogen, souvent en entrée ou milieu de gamme, comme chez Wileyfox, Micromax ou Zuk (Lenovo), la firme américaine compte également se positionner sur le marché du (très) entrée de gamme. D’après les propos de Steve Kondik, les terminaux à bas prix feront partie des grands axes stratégiques de Cyanogen Inc, suite à des tests concluants menés ces derniers mois. On peut ainsi s’attendre à des « appareils à 75 dollars répartis entre de multiples OEM et sur de nombreux marchés », sans « compromis logiciels » mais avec « un hardware à bas prix ». Peu de détails ont été fournis, notamment au rayon du nom des partenaires que Cyanogen compte s’attacher.

Jouant la carte du contraste, Kondik a ajouté qu’il y aurait également l’an prochain un flagship aux couleurs de Cyanogen dans le courant de l’année prochaine. Alors que mention en était faite sur la présentation qui accompagnait son discours, le responsable technique de la société a préféré rester prudent : « Il pourrait y avoir ou non des projets en cours pour quelque chose au deuxième trimestre de l’année prochaine, mais je vais devoir arrêter d’en parler ou je vais avoir des soucis ». De quoi faire monter la sauce, disons autour… du prochain Zuk Z2 ?