Instagram a mis à jour ses règles de la communauté, et particulièrement celles concernant les photos de « nu ». S’il était auparavant déconseillé d’en poster, c’est aujourd’hui « interdit ».

Instagram

Twitter, Snapchat, Instagram. Les deux premiers réseaux autorisent les photos de nudité sans trop broncher, mais le troisième va durcir ses règles d’utilisation. En effet, Instagram a mis à jour ses « règles de la communauté » et particulièrement celles concernant les photos de « nue » et à caractère sexuel. Cette révision de son règlement suit celle de Facebook, son propriétaire, lui aussi particulièrement tatillon lorsqu’il s’agit de photographies montrant des corps dénudés.

« Nous sommes conscients qu’il arrive parfois que des personnes veuillent partager des images de nudité à caractère artistique ou créatif, mais pour un bon nombre de raisons nous n’autorisons pas la nudité sur Instagram. Cela inclut les photos, les vidéos et les autres contenus numériques présentant des rapports sexuels, des organes génitaux ou des plans rapprochés de fesses entièrement exposées » , peut-on lire sur le document. Certaines raisons invoquées semblent assez légitimes, mais d’autres beaucoup plus floues, comme cette histoire de « plans rapprochés de fesses ». L’anatomie féminine est également disséquée par Instagram, qui n’autorisera pas de photographies de mamelons mais « les photos de cicatrices post-masectomie et de femmes qui allaitent activement un enfant sont autorisées ». Quant à la nudité dans les photos de peintures et de sculptures, elle est « acceptable ». Encore heureux.

Instagram veut également se prémunir contre certains abus qui toucheraient les photos d’enfants nus. « Les gens aiment partager des photos et des vidéos de leurs enfants. Pour des raisons de sécurité, il arrive parfois que des images présentant des enfants nus ou partiellement nus soient supprimées. Bien que ce contenu soit partagé avec de bonnes intentions, il pourrait être utilisé par d’autres personnes de façon inattendue », explique ainsi le réseau social.

Ce qu’il ne dit pas, en revanche, c’est si ces conditions sont également à respecter pour ceux qui possèderaient un compte privé où seuls les personnes autorisées peuvent visionner les clichés publiés.