C’est un sujet qui revient tous les ans sur le tapis. Depuis que les smartphones et tablettes ont trouvé leur place dans les foyers, il est régulièrement question de l’extension de la redevance TV aux terminaux connectés. C’est à nouveau le cas aujourd’hui.

audrey-azoulay

Cela fait des années que la question revient régulièrement sur le tapis, à la faveur de l’avènement des smartphones et autres tablettes. Ces appareils connectés, dont les écrans ont atteint une qualité telle qu’ils peuvent être utilisés pour regarder des programmes de télévision sur Internet en direct ou en replay, via les différents services de « catch-up TV » très en vogue en ce moment.

Interrogée par Le Parisien, la Ministre de la Culture Audrey Azoulay, en poste depuis un peu plus d’un mois, répondait hier à une question portant sur un élargissement de la redevance TV, alias la contribution à l’audiovisuel public.

Aujourd’hui, la redevance repose uniquement sur la détention d’un poste, alors qu’on peut regarder la télévision sur Internet, les tablettes, les smartphones. Il faudra donc réfléchir à la manière d’intégrer ces nouveaux modes de diffusion dans la redevance.

Il y a tout juste un an, Fleur Pellerin ne se montrait quant à elle « pas favorable » à une hypothèse maintes fois évoquée ces deux dernières années au ministère de la Culture, mais systématiquement repoussée par le gouvernement. Audrey Azoulay se contente néanmoins de se laisser une porte ouverte, alors même que vient d’être adopté une « taxe sur les services fournis par les opérateurs de communications électroniques au bénéfice de France Télévisions «  (en date du 2 mars 2016), et qui fait presque doubler la taxe payée par les fournisseurs d’accès Internet en soutien à l’audiovisuel public. À force de tergiversations, on ne doute plus vraiment qu’une disposition visant à taxer les appareils mobiles au même titre que les téléviseurs finira par être adoptée, malgré sa très certaine impopularité.